Le parquet de Montpellier, dans l’Hérault, indique, mercredi 28 juillet, à France Info, qu’une information judiciaire « en recherche des causes de la mort » est ouverte après le décès d’un jeune homme à la fin du mois de juillet, « une provoquée par le vaccin contre le Covid-19 selon un homme disant être son père ». Une autopsie va être conduite pour connaître les causes véritables de sa mort.

« Des investigations complémentaires seront sans doute nécessaires »

Le procureur de la République de Montpellier, Fabrice Bélargent, précise que la piste d’une grave allergie alimentaire est aussi étudiée et que « cette autopsie ne sera sans doute pas conclusive ». « En effet, explique-t-il, même s’il est établi à l’issue que le décès résulterait d’une allergie, il est d’ores et déjà établi que le jeune homme a absorbé peu avant son décès un aliment pour lequel il avait une allergie connue ». La piste d’une grave allergie alimentaire est donc aussi étudiée, mais « des investigations complémentaires seront sans doute nécessaires ».

Maxime Beltra, 22 ans, est le 26 juillet, à 23 heures. Il avait reçu une première dose de vaccin le même jour, à 14 heures, au centre de vaccination de Sète. Dans une vidéo montrant le certificat de vaccination du jeune homme, on entend un homme qui affirme être son père accusant le vaccin d’avoir provoqué la mort de son fils et dénonçant les décisions « criminelles » et « corrompues » du gouvernement.

Un autre cas de complication grave fait parler de lui dans l’Aude. Celui de Quentin Caron, 18 ans, entré en réanimation à l’hôpital de Narbonne, quelques jours après avoir reçu une première dose de vaccin Pfizer. Le jeune Audois était victime d’une myocardite, une inflammation du muscle cardiaque. Selon le compte rendu médical, relayé par France 3 Occitanie, « l’imputabilité du vaccin est fortement suspectée ». Il restera huit jours à l’hôpital, dont trois en réanimation.

 

28 juillet 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.