On se demandait, à l’époque des attentats de Charlie Hebdo, où étaient, dans cette foule de moutons caucasiens qui se prétendaient collectivement Charlie, les musulmans modérés. On ne les a toujours pas vus dans les médias, à la notable exception de Hassen Chalghoumi, imam de Drancy, qui aurait d’ailleurs reçu plusieurs milliers de menaces de mort, nous apprenait, dimanche, le JDD.

M. Chalghoumi est courageux jusqu’à l’inconscience : au lendemain de la décapitation de Samuel Paty, rapidement érigé en statue de la République martyre, il a été le seul à appeler les musulmans de France à se réveiller. Le seul à féliciter les Français de souche de ne pas avoir répliqué au sang par le sang. Il est, fort logiquement, le seul imam à être inondé de menaces de mort, ces jours-ci.

Les esprits chagrins et les complotistes affirmeront peut-être que M. Chalghoumi n’est que la énième réincarnation de la figure médiatique du « théologien musulman modéré » – figure dont les contours ne cessent de gagner en subtilité. Tariq Ramadan, dans les années 2000, incarnait l’islam des Lumières (ce fameux concept introuvable) face à Sarkozy surjouant la fermeté régalienne. On sait, maintenant, qu’ils mentaient tous les deux.

Tareq Oubrou, grand imam de Bordeaux, aurait pu reprendre le flambeau. Las ! Le théologien modéré, décoré par l’inflexible et honnête Alain Juppé, a fait jadis ses gammes chez les radicaux. Depuis cette funeste découverte, il peut bien gigoter en tous sens : désormais, l’ombre de la taqiya plane sur lui.

Alors, il reste Hassen Chalghoumi. Condamné par Daech pour qui « il est encore plus crasseux que ces mécréants de Français », il fait l’objet de nombreux appels au meurtre et a même demandé à notre bon maître de lui accorder, depuis sa solitude élyséenne, des renforts pour sa protection. Rien que de très normal, somme toute.

Ce qui surprend quelque peu le spectateur naïf, c’est, en revanche, l’assourdissant silence des autres musulmans, les « fidèles de base », comme on dit. Ceux qui rappellent à chaque attentat que l’islam, religion de paix et de lumière, « ce n’est pas ça ». Mais qu’est-ce donc, alors ? Des centaines de milliers de jeunes, dans nos écoles, se tromperaient-ils ? Des dizaines de milliers de familles, qui ne savent que menacer et réclamer, se tromperaient-elles ?

Bref, où sont les musulmans modérés, en France ? Et s’il y en a, auront-ils le courage de se lever pour défendre Hassen Chalghoumi, dont les propos relèvent du simple bon sens ? Dans un monde où tout est judiciarisable, je me contenterai d’inviter chacune-et-chacun à garder sa réponse en son for intérieur – et à observer le réel.

9 novembre 2020

À lire aussi

Livre : L’incident, de Nicolas Lévine

Pour lui, les causes du désastres sont multiples mais peuvent se résumer en un mot : l'idé…