Les printemps - électoraux ou pas - sont aussi la période des examens, des partiels, des concours - blancs ou pas. Et ils sont encore, ces jours-ci, des milliers de ou moins jeunes, étudiants ou professionnels, à vivre l'intensité et le stress des révisions, des épreuves qui s'enchaînent, des 7 heures de dissertation ou autres joyeusetés. Et pour les enseignants, avec la fin du second semestre dans les universités, ce sont les copies des partiels qui vont arriver et, parmi leurs récriminations, une antienne nouvelle s'élève : la dégradation inquiétante de l'écriture. Ils ne déplorent plus seulement le manque de culture, le déficit de lecture, le manque de maîtrise des bases de leur discipline, de la syntaxe et de l'orthographe, et le vocabulaire incertain. À ce tableau alarmant du niveau des étudiants s'ajoute un autre fléau : les copies illisibles, avec une écriture difficile à déchiffrer.

Le phénomène n'est pas nouveau et il était prévisible qu'il atteigne l'université. En effet, ces dernières années, la sonnette d'alarme a été tirée à l'école. Chaque année, au moment de la rentrée et de la passation des évaluations en CP-CE1, des professeurs des écoles montent au créneau. Pour eux, les raisons sont évidentes : omniprésence des écrans, réduction des heures de classe consacrées à l'apprentissage du geste : « Dans les années 1960, un instituteur de CP y consacrait dix heures hebdomadaires. Aujourd'hui, si on arrive à deux heures, c'est la fête ! » remarque Laurence Pierson, professeur des écoles devenue graphopédagogue, citée par Le Parisien. Le tout numérique à l'école doublé de l'addiction aux écrans à la maison n'a pas fini de produire ses dramatiques conséquences : parmi elles, la perte du geste de scripteur.

Pire : l'on se rend compte que cette perte en entraîne d'autres. En effet, les neurosciences montrent que la fin de cet apprentissage et de cette pratique induit des modifications du fonctionnement du cerveau et de ses capacités d'apprentissage, comme le rappelle un article des Échos, cette semaine. En 2020, le magazine Pour la science rendait compte de l'étude d'une chercheuse norvégienne qui avait montré la supériorité de l'écriture manuelle sur le clavier : « Ces résultats suggèrent que les mouvements délicats et finement contrôlés de l’écriture manuscrite contribuent aux schémas d’activation cérébrale liés à l’apprentissage. Nous n’avons trouvé aucune preuve de tels schémas d’activation lors de l’utilisation d’un clavier. »
Même une prise de notes en amphi, dans un cours magistral ou lors d'un colloque, lorsque l'écriture ne peut être soignée, est toujours plus stimulante qu'une prise de notes sur ordinateur.

Alors, sachant cela, que faire ? À côté des modules de remédiation en expression française type Voltaire, on voit se multiplier les initiatives tendant à développer l'évaluation de la compétence « lisibilité de l'écriture », y compris en licence de lettres ou d'histoire, un comble ! Évidemment, les choses sont à reprendre bien en amont, dès l'école maternelle et primaire. On voit aussi se multiplier les consultations, à tous âges, chez des graphothérapeutes, souvent d'ailleurs des anciens professeurs s'étant reconvertis. Pour eux, la boucle est bouclée. Pour l'Éducation nationale et son prochain ministre, c'est un nouveau chantier à ouvrir.

9 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
24 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires