La crise sanitaire n’en finit plus de nous interroger sur notre société, ses fondements et ses principes. C’est d’ailleurs peut-être son seul mérite. Tandis qu’une partie des Français se drape gracieusement dans les habits de la vertu, une autre, plus petite, cherche désespérément à comprendre comment son voisin, ses amis ou sa famille a pu lui devenir soudain si étranger.

Il faut dire que certains ont pris leur rôle à cœur. Je me souviens, par exemple, pendant le premier confinement, d’avoir fait un peu d’exercice avec mon fils de dix ans dans le respect le plus strict des absurdes contraintes de temps et d’éloignement alors en vigueur. Croisée au hasard, une dame promenant son chien m’avait affirmé de manière très autoritaire que « les enfants n’avaient pas le droit de sortir » (contrairement aux chiens, bien entendu). À sa décharge, la aux sorcières avait déjà pas mal le vent en poupe à cette époque puisque, à l’instar de la minute de la haine de 1984, les médias nous livrent maintenant chaque jour en pâture une nouvelle personnalité à abhorrer.

Si les Français se sont fracturés, il en est de même des politiques. En effet, les « modérés » (LR, PS et LREM) ont majoritairement voté en faveur des mesures sanitaires proposées par le gouvernement, tandis que les « extrêmes » (LFI, RN) s’y sont opposés. Ce qui fait l’étonnement de Mathieu Slama, invité récemment par André Bercoff à la radio, puisque, selon lui, c’est l’extrême qui devrait soutenir ce type de mesures. Il cite Carl Schmitt, qui définit l’ comme « la sensibilité politique affirmant que l’État de droit doit s’effacer devant la décision politique ». André Bercoff ajoute que cette définition s’applique tout aussi bien à l’extrême gauche, donc finalement « aux extrêmes ». On est alors en droit de se demander qui est vraiment un « extrême » ?

En effet, les partis soi-disant « modérés » ont fait la démonstration qu’ils peuvent exercer le pouvoir comme des « extrêmes », que nous pourrions nommer « l’extrême centre ». Comme tout extrême, « l’extrême centre » restreint les libertés pour atteindre ses objectifs. Avec « l’extrême centre », la politique est remplacée par le management dont le maître mot est l’efficacité, « quoi qu’il en coûte ». Les gens ne sont plus des personnes mais des chiffres sur des courbes et des tableaux. Comme tout régime à dérive autoritaire, il crée des catégories de citoyens et sous-citoyens qui, bien qu’ils respectent les lois, n’ont plus les mêmes droits que les autres. Il organise la surveillance des uns par les autres, avec les moyens modernes qui auraient fait le bonheur de la Stasi. Mais « l’extrême centre » ne s’en cache pas. Au contraire, il « assume ».

Et le pouvoir semble être aux mains d’un seul homme, en l’occurrence Emmanuel Macron, qui peut décider de priver de une partie des Français, pour les emmerder, uniquement parce qu’il en a « très » envie. À une semaine du second tour de l'élection présidentielle, cela mérite peut-être d'y réfléchir.

4411 vues

17 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

34 commentaires

  1. Le pouvoir aux mains d’un seul homme ce n’est pas bon, c’est pourquoi il faut y réfléchir pour la présidentielle et pour les législatives.

  2. Extrême Centre, vous êtes gentil ! Je dirai plutôt Extrême Gauche, quand on porte atteinte à la dignité humaine par les injections plutôt obligatoire sous raison fallacieuse afin de conserver la liberté, avec des interdictions multiples du quotidien, alors que tous les vaccins de virus bien plus dangereux que le Covid ne sont pas prévus dans les citoyens avec QrCode.
    Ce sont des filous cette clique de francs maçons mondialistes avec l’alibi d’experts McKinsey via US Biden Mania ! ! !

  3. Merci pour la promenade du chien autorisée et celle des enfants interdites !!!
    Que n’avons nous supporté pendant ces deux dernières années….

  4. Deux questions pour le candidat MACRON: 1 – quel sentiment d’avoir ignoré pendant 5 ans les accords de MINSK, qui auraient évité la mort de milliers d’UKRAINIENS et l’exil de millions d’autres? Cela empêche t-il de dormir. Seconde question: Mais où est Brigitte qu’il tenait par la main partout pendant le premier quinquenat?

  5. Enseignants journalistes c’est à vous de vous réveiller et de vous révolter devant cet « extrême centre ». Centre de quoi au juste ? de la bien pensante doxa où il faut absolument hurler avec les loups aimer ce qu’ils aiment et vilipender ce qu’ils vilipendent. petit à petit vous êtes devenus des sortes de gourous qui nous endoctrines pour les second et formatent nos enfants pour les premiers. Heureusement ils reste encore quelques réfractaires qui pensent par eux mêmes.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter