Observateur et acteur de la vie rurale, Yves d'Amécourt est père de famille, vigneron, ancien élu de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine*, porte-parole national du Mouvement de la ruralité (ex Chasse, pêche, nature et traditions, CPNT). Durant l'été, période propice pour s'intéresser à nos campagnes, il nous donne son éclairage sur l'actualité paysanne. 

Gabrielle Cluzel : Yves d'Amécourt, qu'a pensé le rural que vous êtes de la sortie de notre président de la République, prophétisant la fin de « l'insouciance et de l'abondance » ?

Yves d'Amécourt : Je me suis dit qu’il commençait une critique de sa propre depuis 2017 ! L’insouciance et l’abondance résument assez bien ce qui se passe en France depuis son élection : la dette a augmenté de 474 milliards d’euros, les impôts de 15,3 milliards, les dépenses publiques de 189 milliards.

L’Europe a fait tourner la planche à billets. L’argent était « gratuit ». Un ministre expliquait en séance budgétaire qu’« avec les taux négatifs, l’emprunt créait des recettes nouvelles » ! On a même entendu Bercy expliquer doctement : « Ce sont les taux négatifs qui vont nous permette de financer les mesures "gilets jaunes" ! » Oui. C’était l’abondance.

C’était aussi l’insouciance et Emmanuel Macron a laissé filer les dépenses de l’État. Il fallait « penser printemps » ! Les grandes réformes annoncées ont été retardées, tronquées, déshabillées. Contrairement aux engagements, les effectifs de la fonction publique ont augmenté de 87.000 postes entre 2017 et 2019, loin de l'objectif de baisse de 120.000 agents publics d'ici 2022. Mais cette augmentation du personnel ne s’est pas accompagnée d’une amélioration du service public qui, au contraire, n’a cessé de se dégrader !

La vérité c’est qu’on a augmenté la bureaucratie bien plus que le service public ! On a fermé des lits dans les hôpitaux, fermé des gendarmeries, fermé des classes, fermé des trésoreries … et ouvert des bureaux ! De nouveaux bureaux, il y en a pléthore. Les fonctions publiques, les entreprises et les citoyens croulent sous la paperasse ! C’était l’insouciance et Emmanuel Macron a abandonné nos souverainetés : l’énergie et l’alimentation, sur l’autel de l’écologie politique, l’industrie et la défense sur celui d’une mondialisation heureuse…

G. C. : Puisqu'on parle de sobriété, voire de sobriété forcée, le mouvement de la ruralité vient d'interpeller le maire de Grenoble Éric Piolle à propos des repas végétariens prévus, à la rentrée, dans les cantines scolaires. Pourquoi vous y opposez-vous ?

Y. A. : Oui, le 27 juin dernier, la municipalité écolo de Grenoble a voté la création d’un nouveau menu 100 % végétarien quotidien dans toutes les cantines scolaires à partir de la rentrée de septembre 2022. Il nomme ce menu le menu « vert ». C’est Odile Gitton, présidente du Mouvement de la ruralité en Isère, qui a tiré le signal d’alarme. Elle rappelle dans son communiqué que « les humains sont omnivores et que la sous-consommation de viande est dangereuse pour la santé ». De ce fait, ni la viande ni le poisson ne sont des « options », notamment pendant la période de croissance des enfants qui ne tolère aucune carence. Le restaurant scolaire est aussi un lieu d’éducation des enfants.

Le discours qui accompagne cette décision est le suivant : « Le climat nous oblige : 40 degrés début juin, des catastrophes naturelles à la chaîne, les cours d'eau à sec. » Mettez-vous à la place d’un enfant face aux trois menus proposés : le menu « vert » (celui qui va sauver la planète), le menu « bleu » (avec du poisson) et le menu « rouge » (avec de la viande) ! Lourde responsabilité pour nos bambins ! Et l’on s’étonnera ensuite que le dérèglement climatique s'invite chez les pédopsychiatres.

Dans le tweet qui accompagne cette annonce, Éric Piolle écrit trois mots clefs : « condition animale, santé, écologie ». Je serais très curieux de faire le bilan « écologique » complet de chacun des menus proposés. L’élevage est aussi source de biodiversité. Les pâturages captent et stockent le carbone, ils protègent les sols de l’érosion et participent à l’équilibre des milieux. Là où disparaissent les pâturages disparaissent les insectes et, par conséquent, des oiseaux, des chauves-souris, etc. Qui plus est, l’Isère est un département exemplaire où les systèmes herbagers en plein air et semi plein-air se multiplient. L’abattoir de Grenoble, au Fontanil, travaille énormément sur la question du bien-être animal et la gestion du stress des animaux. Le message envoyé par la mairie de Grenoble n’est pas respectueux du travail des professionnels du département.

G. C. : « Désert administratif », « réseau à la ramasse » : vous avez relayé sur les deux enquêtes du magazine Valeurs actuelles détaillant ces maux qui frappent encore et encore la ruralité. On pouvait penser que l'engouement pour la campagne et le télétravail engendrés par la sanitaire allaient y mettre un terme...

Y. A. : La première fois que la trésorerie de Sauveterre-de-Guyenne menaçait de fermer, en 2008, nous avions reçu dans la mairie, avec l’ensemble des maires de son ressort, Monsieur le Trésorier payeur général (TPG). Il nous avait expliqué que Paris lui demandait de supprimer des postes, qu’il avait regardé la carte des trésoreries de la Gironde, que nous avions la plus petite (quatre agents) et que, en conséquence on commencerait par nous !

Nous lui avions répondu que c’était un service de proximité pour les élus du territoire et pour les contribuables et qu’il serait certainement plus simple de supprimer 4 postes sur les 150 que comptait la trésorerie générale à Bordeaux. Un maire lui avait demandé s’il ne serait pas plus simple de commencer par supprimer son chauffeur qui attendait dehors pendant que nous débattions… Bref, la discussion était animée. En sortant, le TPG m’avait confié : « Sur le fond, vous avez raison. Il serait certainement possible, avec quelques optimisations, de supprimer quatre postes dans les bureaux de Bordeaux. Mais, socialement, c’est plus simple pour moi de fermer Sauveterre-de-Guyenne ! » Nous avons obtenu un léger sursis, puis notre trésorerie a fermé.

Lorsque je suis arrivé à Sauveterre-de-Guyenne en 1998, nous avions encore une antenne de la « DDE[1] ». C’est là qu’étaient instruits les permis de construire du canton déposés dans les mairies, avec toujours une visite sur le terrain. Les maires y disposaient d’un interlocuteur privilégié qui était un « directeur technique » mutualisé, son action étaient régie par une convention nommée ATESAT[2]. Puis la DDE est partie à La Réole. Elle a ensuite été transférée au département qui l’a installée dans la sous-préfecture à Langon. L’instruction des permis de construire a été ensuite transférée au bloc communal, qui l’a lui-même confiée au « pays ». Ont été créés des schémas directeurs : PLU, PLUI, SCOT, SRADDET… L’ATESAT a disparu. Désormais, les permis de construire sont instruits sur dossier et les anciens ingénieurs de la DDE ont créé des cabinets de conseil qui vendent leurs prestations techniques aux communes.

En 2000, l’hôpital de La Réole a fermé. Mon épouse a été l’une des dernières à y mettre au monde un enfant. En 2015, c’est le canton, espace de travail et de dialogue, qui a disparu. Maintenant, ce sont les gendarmeries qui ferment. Tout cela a-t-il amélioré la qualité du service public ? La réponse est clairement « non ». Des économies budgétaires ont-elles été réalisées à cette occasion ? Non plus ! Avons-nous moins de fonctionnaires ? Non !

La France n’a jamais eu autant de fonction publique qu’aujourd’hui et aussi peu de service public ! Les premiers à en pâtir, dans tous les domaines, sont les territoires ruraux. Nous pensions que la des gilets jaunes réveillerait les consciences, que ce sujet serait au cœur de l’élection présidentielle… Que nenni !

Il faut aujourd’hui supprimer de la bureaucratie partout et réaffecter les personnels vers les services publics, cela, dans toutes les administrations et sur tout le territoire. On estime le poids de la bureaucratie à 8 % des effectifs de la fonction publique, soit environ 450.000 fonctionnaires. Il faut le faire maintenant car, vous avez raison, je pense sincèrement que le mouvement d’un exode urbain est à son commencement !

En juillet 2020, nous avions publié avec Jean-Christophe Fromantin et quelques autres une tribune dans Le Figaro qui appelait à rompre avec le modèle de la métropolisation pour s’intéresser à l’équipement des villes moyennes. C’était avant la crise du Covid ! Nous étions visionnaires !

 

[1] Direction départementale de l’équipement

[2] L’Assistance technique fournie par les services de l’État pour des raisons de solidarité et d’aménagement du territoire

* 2004-2021 : conseiller général, maire, président de communauté de communes, conseiller régional

7035 vues

27 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Ce n’est pas fini, Macron II n’a pas fini de caser les potes de Macron I. Combien de « machin » vont-ils être créés pour les mettre au chaud, aux frais du contribuable ?

  2. En parlant d’administration.
     Il ne fait aucun doute que le but inavouable de la Haute Administration (l’oligarchie) est de conserver, par tous les moyens, la mainmise de l’administration sur le pays (toujours plus de fonctionnaires qui fonctionneront à vide). L’Occupant intérieur veut continuer à toucher ses rentes. Les privilèges ne seront pas modifiés, les petites habitudes ne changeront surtout pas et la mise en coupe réglée continuera.
    Ainsi tout sera fait pour augmenter les impôts courants et futurs avec une explosion de la dette publique et réduire nos libertés en invoquant la crise sanitaire, le méchant variant, la crise financière qui ne dépend pas de Bruno of course, la guerre en Ukraine, le vilain Poutine et le froid hivernal russe, afin d’assigner plusieurs dizaines de millions de Français à la trouille permanente et au lexonil.
    L’inculture économique étant maintenant distillée avec application dès les âges les plus jeunes à chaque petit Français, il n’est pas étonnant qu’aucune connexion n’ait été faite entre l’appauvrissement global de ceux-ci et l’augmentation parallèle de la place de l’État glouton et de ses ponctions toujours plus grandes pour un résultat, lui, toujours plus médiocre : dès lors, si la situation s’aggrave de mois en mois dans le pays, c’est évidemment qu’il n’y a pas assez d’État ! C’est ainsi que l’on se retrouve avec 50% d’administratifs dans l’hôpital public pour surveiller les docteurs qui dépensent trop, les infirmières qui ne travaillent pas assez ou qui ne piquent pas assez ces salops de non vaccinés.
    Interdictions, obligations, contraintes, formulaires et vexations administratives de tous ordres continueront donc de s’abattre sur le peuple qui, à la prochaine crise, constatera la nullité (voire la létalité) des services qu’il paye pourtant fort cher…

    1. On peut penser que les élections ont été truquées, deux heures avant les résultats, Marine Le Pen avait 2 millions de voix d’avance.

  3. Les acteurs de notre élite dirigeante ayant recours aux « cabinets conseils » devraient être licenciés. Quelle est l’entreprise qui garde un employé incompétent incapable de faire son travail? Licenciement sans indemnité. Tout le monde doit… se serrer la ceinture.

  4. Les verts prônent le végétarisme pour des raisons idéologiques. Ce qui n’est pas par exemple le cas des Indiens (d’Inde). En Inde pays de plus de 1 milliard d’habitants ceux-ci sont en grande majorité végétariens, mais pour des raisons SPIRITUELLES et non idéologiques. Il ne semble pas non plus que les carences soient un problème pour eux. Je précise que je ne suis pas végétarien.

  5. Monsieur Allègre parlait de dégraisser le mammouth mais depuis ils n’ont fait que l’engraisser. Et nous, nous ne faisons que payer

  6. La France….. pays surtaxé, suradministré, mais sous géré et sous équipé ! Le paradoxe français ! Gabegie, incompétence et mauvaise gestion déclassent ce pauvre pays.

  7. 120 000 fonctionnaires de moins c’est comme les 15 000 places de prison ! Résultat : du vent, du pipo puisque nous avons 87 000 fonctionnaires de plus (comme il est dit) et des milliers de délinquants en liberté faute de places de prison ? Cherchez l’erreur dans l’insouciance doublée d’incompétence de macron.

  8. Ils ont été élus, alors payez maintenant ou virez les ils commettent assez de fautes pour les virer proprement mais surtout n’oubliez pas de leur retirer aussi leurs grosses rentes Républicaine à vie pour fautes commises.
    C’est cela aussi la démocratie.

  9. Insouciance de l’avenir et abondance de dettes : c’est le résumé du mandat présidentiel.

  10. Ce n’est pas parce qu’on est visionnaire et que l’on a raison, que l’on vous donne raison.
    La réalité nous démontre que Macron (et ses prédécesseurs ) ont tort sur toute la ligne, mais ils ont eu le pouvoir.
    La vérité n’est pas toujours bien acceptée. L’élection présidentielle l’a démontré. La démagogie a souvent le dessus.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter