C’est une conférence qui aurait pu passer inaperçue. L’association D’Clic basée à Valence va devoir revoir ses plans. La conférence de cette association, qui se présente comme œuvrant dans le social et l’humanitaire, ne pourra pas tenir cette conférence, prévue ce 27 novembre à Montfavet, quartier d'Avignon, en Vaucluse. Alertée par le Rassemblement national vauclusien, la préfète Violaine Démaret a « demandé aux organisateurs d’annuler cette sous peine d’ouverture d’une instruction d’interdiction administrative ». C’est la députée Bénédicte Auzanot qui a eu vent de cette conférence et a alerté les pouvoirs publics. « Mon collaborateur a remarqué la présence, sur l’affiche de la conférence, du logo de l’association dissoute BarakaCity. De quoi intriguer », explique-t-elle à .

Effectivement, l’association fondée par le sulfureux Idriss Sihamendi a été dissoute car promouvant un radical totalement contraire à l’esprit républicain. Du côté de l’association, on plaide l’erreur. « C’est une vieille affiche et le graphiste a oublié d’enlever certains logos », affirme le directeur de l’association à nos confrères de La Provence. Ce dernier a cependant refusé de donner son nom aux journalistes. En tout cas, rien ne laisse transparaître une telle appétence pour l’islamisme sur le site de l’association qui présente la devanture léchée d'une association « humaniste, humanitaire, sociale et culturelle ». En revanche, il suffit de cliquer sur l’onglet « projet » pour en savoir un peu plus : « L’un des grands axes sera la création d’un pôle pour les convertis et débutants. » En tout cas, l’ensemble est savamment soupoudré de citations de Françoise Dolto… Un site aux aspects arrondis mais qui laisse planer un doute sur son mystérieux directeur : Nader Abou Anas.

Ironiquement, c’est dans la salle baptisée des « Lumières » de Montfavet que devaient s'exprimer des orateurs tels que Mehdi, du magazine Islammag, ou encore Ali Alain et Nader Abou Anas, présenté par Arabnews comme fondateur de l’association D’Clic en 2010… Nader Abou Anas, dont les prêches ne sont pas spécialement dans l’esprit de Rousseau ou de Montesquieu, jugez plutôt : « Voilà la femme vertueuse, c'est celle qui obéit à son mari. La femme, elle ne sort de chez elle que par la permission de son mari. […] Restez dans vos demeures, ça, c'est la base. Le soir, il a un besoin, une envie, et elle lui dit non je suis fatiguée, je ne peux pas, je suis ceci, cela. Et l'homme, il craque. […] Qu'elle sache que les anges la maudissent toute la nuit dans le cas où elle se refuse à son mari sans raison valable […] »

Cela n’avait pas empêché le sulfureux imam de cosigner l’appel à manifester contre l’islamophobie, en novembre 2019, aux côtés de Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise, avant de finalement retirer sa signature… Véritable caméléon, il est aussi le propriétaire d’une application de rencontres entre musulmans : mynisf. « L’habileté de ce militant nouvelle génération se trouve dans sa capacité à se conformer à ce que la société attend de lui. Véritable caméléon, Abou Anas sait s’adapter et modifier son discours de manière à présenter une apparence de modernité séduisante pour un public jeune, entretenant ainsi le doute sur son extrémisme religieux », note le site spécialisé Arabnews.

Pour le vauclusien, c’est une victoire un peu amère : « On est dans notre rôle de parlementaire en faisant de la vigilance sur ces sujets », déclare Bénédicte Auzanot. Mais l’élue vauclusienne, qui a fait ses débuts à l’Assemblée en juin dernier, s’inquiète : « Combien d’événements comme celui-ci passent sous les radars ? » Bonne question.

12322 vues

11 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

28 commentaires

  1. Combien d’événements comme celui-ci passent sous les radars ? » Bonne question et c’est sur cette base que nos chers députés devraient travailler et c’est tout à fait un sujet lié à l’immigration.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter