Ce vendredi 25 mars, quatre individus se sont introduits par effraction, en pleine nuit, dans la propriété d’un agriculteur charentais. Celui-ci, s’étant « senti menacé », a fait usage de son arme et a fait feu sur l’un des agresseurs, qui a succombé à ses blessures quelques heures plus tard.

Une information judiciaire pour meurtre a été ouverte après la mise en examen de l’agriculteur ce week-end. Il risque d’être considéré comme coupable de « violences aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». L’homme est un père de famille de 35 ans, seul à son domicile avec sa fille de 3 ans lorsque quatre individus ont pénétré chez lui. A-t-il été échaudé par les diverses intrusions subies par ses congénères ? Il a choisi la manière forte. L’affaire n’est pas un cas isolé. En janvier 2022, des cambrioleurs s’emparaient du contenu de la caisse et d’une soixantaine de volailles prêtes à la consommation, chez un exploitant agricole du Roannais (Loire). L’homme aurait-il mieux fait de se défendre ? Rien n’est moins sûr, lorsqu’on pense à cette affaire survenue en janvier 2021 : cambriolé pour la quarantième fois en cinq ans, Jean-Louis Leroux a blessé grièvement un énième voleur entré chez lui, ce qui lui a valu d’être lui-même incarcéré. Des dizaines d’exemples pourraient être cités. Ils se soldent presque tous de la même manière : l’agressé devient agresseur, et non content d’avoir vécu une situation traumatisante, il se trouve embarqué dans les méandres de la Justice et inquiété pour avoir défendu son bien. Ainsi, par une inversion tout à fait invraisemblable, l’honnête homme qui gère son exploitation prend-il plus de risque à conserver son bien légitime que le truand qui tente de le lui spolier.

Comment s’en étonner, dès lors que la notion de légitime défense semble appartenir à l’histoire ancienne. Elle est pourtant bien inscrite dans le Code pénal (art 122-6) : « Est présumé avoir agi en état de légitime défense celui qui accomplit l'acte [de] repousser, de nuit, l'entrée par effraction, violence ou ruse dans un lieu habité. » Dans les faits, c’est autre chose. Récemment, des policiers publiaient une tribune sur Boulevard Voltaire dans laquelle ils se plaignaient justement de la quasi-impossibilité d’avoir recours à leurs armes, cette impuissance menant parfois à des situations dramatiques. « Il est donc plus que jamais nécessaire et urgent d’adapter les dispositions légales sur la légitime défense à la réalité que vivent les Français, et ce, afin de donner aux juges la possibilité de prendre en compte l’état émotionnel et psychologique de la victime au moment des faits. » Puissent-ils être entendus par ce gouvernement.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 31/03/2022 à 17:42.

10872 vues

30 mars 2022 à 16:33

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

74 commentaires

  1. Qui ne ferait pas pareil ! Quand cessera-t-on ce manège infernal ?
    Il est plus que temps d’inverser les règles de justices dans le cadre de l’auto-défense et on ne verra plus ces voleurs prendre les risques qu’ils n’encourent pas aujourd’hui.
    Je prêche dans un désert, je le sais, mais je le dis quand même. Votez Z à 300%.

Les commentaires sont fermés.