Pour la seconde fois – la dernière remonte au 12 octobre –, s’adresse aux Français, sur . L’occasion pour lui de confirmer que tout ne va pas au mieux dans notre pays, mais que dans les autres nations européennes, ce serait plutôt pire. Si l’on résume, les Français ne connaissent pas leur bonheur.

Heureusement, l’État est là. Qui dépense donc à tout va ; ce qui provoque l’ qu’on sait. Une fois encore, nos voisins européens sont encore plus mal lotis, paraît-il. Un discours vite noyé par une pluie de pourcentages et de statistiques auxquels le téléspectateur de base ne doit pas entraver grand-chose. D’ailleurs, même l’auteur de ces lignes est à la peine…

Bref, pour résumer, ce Président qu’on tenait pour libéral se révèle ce soir encore plus dirigiste que jamais. Il est vrai que l’heure est grave. Mais pourquoi une telle usine à gaz ? Surtout quand on apprend que pour se maintenir à flot, l’État français devra au moins emprunter, l’année prochaine, plusieurs centaines de milliards d’euros sur les marchés financiers alors que les taux d’emprunt ne sont plus négatifs depuis longtemps. Mais « tout en maîtrisant la dépense publique » et en « remboursant notre dette », affirme Emmanuel Macron. La quadrature du cercle, en quelque sorte : à cœur vaillant, rien d’impossible.

Après avoir visionné un reportage consacré à un couple de Français vivant avec un enfant et gagnant 4.000 euros mensuels (exemple pas véritablement emblématique, car ni trop riche ni trop pauvre), le Président se lance à nouveau dans une autre sarabande de chiffres tout en y mêlant dividendes d’actionnaires et gros bénéfices des industries pétrolières. À croire qu’il est en train de passer son diplôme d’expert-comptable. Que déduire de son discours ? Rien, concluront ceux qui ne se sont pas encore endormis.

Ce, d’autant plus que monsieur Trogneux affiche une grise mine, loin de la « dimension christique du pouvoir » qu’il évoquait durant la campagne présidentielle de 2017. À en croire Franz-Olivier Giesbert, dans son dernier éditorial du Point, évoquant « la dépression du Président », serait même « dans le déni », « comme le jongleur qui a perdu ses boules et continue à faire le geste de les lancer en l’air ». Pas faux. Où est passée la rage de naguère ? Il est vrai que depuis, l’homme aura découvert que la France multimillénaire était un peu plus qu’une « start-up nation » et que l’Histoire, par nature, était tragique. Pourtant, les antidépresseurs doivent faire des miracles, Emmanuel redevenant peu à peu Macron lorsque parvenant enfin à s’enivrer de ses propres paroles.

La réforme des retraites ? Hormis le fait qu’il recycle volontiers le plus que vulgaire slogan de Nicolas Sarkozy, « travailler plus gagner plus », nous apprenons qu’il faudra travailler plus longtemps pour éviter de gagner moins plus tard. Et qu’en « concertation avec les partenaires sociaux », il faudra prendre en compte la pénibilité de certains métiers et éviter que les salariés se trouvent virés dès la cinquantaine passée, histoire d’être plus longtemps au avant de faire valoir leurs droits à la retraite. Voilà qui n’a pas tout à fait la saveur de l’inédit.

Sans surprise, les groupes parlementaires ayant proposé une contre son gouvernement sont renvoyés au rang des irresponsables. Ne manque plus qu’à stigmatiser ces fameux « extrêmes qui se rejoignent » ; mais nous n’en sommes pas loin. Surtout qu’une autre urgence s’invite dans ce vrai-faux débat, celle donnée pour être « climatique ». Mais qui se révèle tôt être « sino-sceptique », sachant que la majeure partie des voitures électriques et des batteries leur permettant de rouler nous viennent aujourd’hui de Chine. D’où une timide esquisse de « protectionnisme européen » à base de ce lithium dont nos sous-sols regorgeraient. Fort bien, mais seule question : d’où viendra l’électricité ? De cette industrie nucléaire que ses prédécesseurs ont sciemment massacrée pendant des décennies, on imagine, sans que réponse soit véritablement donnée à cette question.

Puis, le gros morceau, l’immigration… « 5,6 % de reconduites à la frontière appliquées, c’est peu », lui glisse son intervieweuse. Mais voit haut : il veut « 100 % ». Mais à condition de poursuivre l’aide au développement des pays concernés. On disait déjà la même chose du temps de Valéry Giscard d’Estaing. Mais pas question, pour autant, de faire « le lien entre et délinquance », prévient le premier des Français, même si c’est un peu vrai à Paris et dans les grandes villes, mais moins ailleurs bien au contraire, toutes choses étant égales par ailleurs.

En revanche, ce dernier admet que la société française « devient de plus en plus violente ». Au contraire de cette émission hypnotique et placée sous le signe de l’autosuggestion, soit dit en passant.

15000 vues

26 octobre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

39 commentaires

  1. Ce type n’est qu’un petit technocrate qui se trouve bien dans sa propre bulle et ne veut surtout pas en sortir . Quand il parle, il ne cherche qu’à se convaincre lui-même , ce qui n’est même pas gagné d’avance .

  2. Encore la tarte à la crème de l’aide au développement de l’Afrique pour tarir l’immigration ! Il y a 60 ans que ça dure et ça ne marche pas du tout. De plus, comment la France peut-elle prétendre aider l’Afrique étant donné sa dette démesurée et l’ état inquiétant de ses finances ? En appauvrissant encore les Français pour des gens qui nous détestent et nous le font savoir quand ils viennent s’incruster chez nous !
    Par ailleurs, le grand démocrate Macron insulte les députés d’opposition, qui ne devraient pas exister, selon lui. Or, dans toute démocratie, il y a une opposition !
    Macron parle pour ne rien dire et insulte les Français une fois de plus. Il n’est pas un Président mais un ambitieux qui profite du pouvoir à des fins personnelles.

    1. Ca ne marche pas parce que, pour certains pays, ce ne sont pas les pauvres qui viennent, mais les criminels et les fous dont ces pays se débarrassent à qui mieux mieux et refusent leurs retours.
      Elles ne sont pas folles les guêpes.

  3. Il y a bien longtemps que je ne regarde plus ce prétentieux et que je zappe dès que je l aperçois. Il est rare de voir autant d autosatisfaction chez un être humain

  4. Je cherche encore ce que peut avoir de vulgaire: « Travailler plus pour gagner plus ». N’oublions pas que cette formule chère à Nicolas Sarkozy, était la réponse à une éloge de la paresse issue de mai 68 et un doigt d’honneur au livre « bonjour paresse » de Corine Maieur. La gauche à toujours beaucoup de mal à comprendre que le fondement de toute société est le travail et non le jeu. C’est grâce aux fourmis que les cigales survivent. Comment espérer avoir mieux dans la vie en faisant le moins d’effort possible ? La vulgarité est chez ceux qui vivent aux crochets des autres.
    Aujourd’hui, je suis un sarkoziste repenti, mais cela ne me fera pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Et je dirais plutôt, pour me différencier de vous, que c’est le prédécesseur de Macron et lui-même qui ont sciemment massacré notre industrie nucléaire. J’épargne Nicolas Sarkozy de cet injuste procès.

    1. La valeur travail n’a de noblesse que si elle contribue au bien des acteurs. Aujourd’hui le travail enrichi quelques uns d’une manière outrancière et appauvri les pauvres enfin ce qui béats le sont devenus.

  5. Nous ne regardons ni n’écoutons ce prétentieux et désagréable personnage …il nous suffit de voir l’état de notre pays .et prier pour un changement radical ..

  6. Le président de la honte il détruit la France. Comment peut-on revoter pour lui après un bilan aussi catastrophique à tous les niveaux.

  7. Un Macron de plus en plus enclin à oublier le refus Européen des fessées et disposé à brandir le martinet. Nous allons limiter l’inflation sur l’énergie à 15% en empruntant à mort … jusqu’à quand ? Il n’est responsable de rien, les irresponsables sont la NUPES et RN . Il va faire son miel sur les épargnants, cantonnés à 1,5 % d’intérêt (2% certes, mais pas toute l’année) et qui perdront d’un coup 13% sur l’inflation (soit 80 milliards sur 50 milliards de dépôts. Voilà le tableau idyllique qui nous attend, mais il est très content de lui et grâce au CNR (et au col roulé), lui sera très confortable. Merci Président Macron !

  8. Nous aimons l’expression directe et sincère de Nicolas Gauthier. Macron ? Nous ne l’avons pas écouté. Nous nous doutions qu’il est toujours le meilleur, que nous vivons dans le meilleur des mondes, que ses performances sont exceptionnelles, que l’insécurité est un sentiment, une vue de l’esprit. Ajoutons, le respect est-il dû à un personnage qui a « envie d’emmerder des professionnels de santé » dévoués à sauver des vies ? A un personnage qui qualifie la majorité de la population de « lépreuse » ? Il est donc classé dans les infréquentables. Ce ne sont pas ses attitudes christiques qui le rendront honorable. Nous le supportons malgré nous. Certainement le Président le plus exécrable de la 5 ième République. Il gangrène, détruit tout ce qu’il touche. Recherchez un seul domaine qu’il a su redynamiser. Pas un seul, bien au contraire. Ils citent par exemple le chômage comme performance. Mais cela fait des dizaines d’années que nous sommes toujours au-dessus de la barre des 3 millions de chômeurs. Il se fait donc mousser sur du vent. Toujours théâtral donc pas crédible. Mais il est très généreux. A qui profite cette manne ? En final, à la bourgeoisie qui le soutient. Les pauvres, les classes moyennes restent en l’état. L’argent ne fait que les traverser.

  9. Ne plus jamais le regarder ne plus jamais l’écouter telle est ma devise…
    Il me démoralise et m’énerve trop

    1. J’ai la fierté d’affirmer que JAMAIS je n’ai écouté une seule fois cet intermittent du spectacle..pour la simple raison que je n’ai plus de Tv depuis 2015. Sur internet il m’arrive d’entendre parfois sa voix insupportable lors d’un de ses discours alors qu’il voyage pour se faire applaudir en Afrique , alors vite j’ouvre BV ou Riposte laïque, voir VA ( de moins en moins quand même pour ce dernier )

  10. Dans les années 60 , Roger Lanzac animait à la Tv «  la piste aux étoiles «  …des jongleurs , des trapézistes, des dresseurs d’animaux sauvages ……des clowns . Hier soir c’était le grand cirque mais sans les animaux et les athlètes , seul nous reste le triste burlesque .

  11. Elu une première fois grâce à un coup d’Etat judiciaire , on n’avait jamais vu la justice fonctionner aussi vite , et d’une conspiration médiatique ; et une deuxième fois grâce au vote « castor » , il faut faire barrage au premier tour au RN et à la NUPES , et au deuxième tour au RN.

  12. Ayant lu un bon bouquin au lieu de participer à la séance d’hypnose collective, je crois pouvoir déduire de la lecture de cet article que ce pauvre garçon a besoin d’aide. Soyons bons garçons, faisons quelque chose pour lui : depuis le temps qu’il nous enjoins, périodiquement, de « venir le chercher », soyons compatissants : allons y, une bonne fois pour toutes !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter