La France n’est pas une principauté récente qu’un jeune prince héritier pourrait chambouler à sa guise. Pauvre pays que le nôtre avec son peuple de « Gaulois réfractaires » au progrès qu’il fallait transformer radicalement pour le mettre à l’heure de son époque ! Certains ont cru qu’un pareil projet ne pouvait naître que d’un cerveau puissant. Non ! Il n’était que le produit hasardeux d’une rencontre de la surestimation de soi que produit l’ENA, et plus encore l’Inspection générale des finances, avec l’ignorance abyssale de celui qui a passé sa courte vie dans des cercles restreints sans affronter la réalité d’un pays.

Depuis son arrivée à l’Élysée comme secrétaire général adjoint jusqu’à la présidence, avec un passage au ministère de l’Économie, M. Macron n’a survolé la France qu’à haute altitude, en nourrissant à son encontre un mépris appuyé sur quelques préjugés. Ceux-ci, comme les chenilles en papillons, se sont métamorphosés en intuitions qui se voulaient géniales et qui paraîtront au mieux ridicules, au pis criminelles pour les historiens réduits à étudier cette étonnante page de non-France dont seul le caractère grotesque du Président précédent a pu justifier l’illusion initiale.

Le bilan sera établi sur un schéma unique mécaniquement reproduit : une pauvre idée née de l’ignorance et mue par la volonté de séduire une partie du public, une mise en œuvre cahoteuse, un résultat aux antipodes du but recherché, le tout imaginé et décidé entre soi, dans un bureau de l’Élysée, en ignorant et bousculant les capacités réelles du pays, les corps intermédiaires qui permettent à la tête de faire corps avec la nation.

Trois exemples entre mille : de façon obsessionnelle, M. Macron veut « réconcilier les mémoires algérienne et française » alors qu’il ignore tout de l’Histoire et des rancœurs imaginaires qui alimentent l’agitation des . Sans en prendre conscience, il prend le parti de l’étranger et confie un rapport à un historien que son trotskisme d’origine a conduit à être le thuriféraire du nationalisme algérien. Pas un mot, dans le rapport, sur la barbarie des attentats en Algérie et en France commis par le FLN, sur les enlèvements d’Européens, mais un réquisitoire contre la France. Non seulement cela ne va pas apaiser le pouvoir algérien, qui vit du mythe d’une criminelle, mais cela va fournir des arguments et revanchards aux d’origine algérienne. Quant aux pieds-noirs, leur mémoire est assassinée !

La gestion chaotique de la lutte contre la pandémie repose sur le même travers. Il existe, en France, plusieurs organismes de grande qualité pour conseiller et aider l’exécutif en matière de : la Haute Autorité de santé, le Haut Conseil de santé publique, par exemple, des agences spécialisées également. C’est sur cet ensemble qu’il fallait s’appuyer, et en laissant les médecins user de leur savoir. Non, M. Macron s’est entouré de deux « conseils », privés en quelque sorte, notamment ce Conseil scientifique qui l’a si mal conseillé, dont nombre des membres sont touchés par des conflits d’intérêts et qui émettent publiquement des avis que, politiquement, il a fini par ne plus écouter qu’à moitié.

Parmi les autres erreurs commises par celui qu’on présentait comme un as de l’économie, on pourrait citer son contresens sur l’industrie qui l’a obligé à se contredire sur la nécessité du maintien d’une industrie classique en France, lui qui ne voulait entendre parler que de « start-up nation ». Pendant cinq ans, M. Macron aura offert ses « mots » aux Français. Mais demain, son successeur devra réparer les maux qui s’accumulent. Il faut d’avance lui souhaiter bon courage, un courage modeste qui ne doit réserver sa fierté qu’à la France.

 

26 mars 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Tribune des militaires : seconde frappe et, cette fois-ci, en rangers !

L’objectif est toujours le même, non pas susciter un « putsch » mais, au contraire, préven…