Le discours de M. Macron aux Bernardins contenait un appel aux catholiques à s’engager en . Bizarre, pour quelqu’un qui a fait partie d’un gouvernement qui a eu à subir une fronde dont les catholiques formaient les gros bataillons. M. Macron ne voit-il donc pas que les catholiques sont déjà entrés en politique, contre la dénaturation de la et l’instrumentalisation de la vie humaine, pour la liberté d’instruction et d’éducation ?

N’aurait-il pas mieux fait d’appeler à « rendre à César ce qui appartient à César » et de renvoyer la à la « sphère privée » ?

En fait, l’enjeu est de se concilier les catholiques, tout en neutralisant les convictions et les valeurs qui font leur force. Tout comme, de génération en génération, les meneurs des manifestations étudiantes se transforment en députés et sénateurs.

C’est un piège dans lequel le groupe est tombé. Car la capacité de digestion du système est énorme, et il n’existe aucun parti politique dont le programme ne contrevienne pas à la foi. Pour survivre, il n’y a que deux solutions : l’apostasie, à la manière de M. Le Maire, ou le rôle de simple caution, à la manière de Mme Boutin.

Le titre du livre de M. de Villiers, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, met en lumière le fait qu’un homme politique ne peut exprimer ses vraies convictions qu’une fois qu’il n’a plus rien à perdre, autrement dit, une fois qu’il a pris sa . M. de Villiers appelle aujourd’hui à la dissidence, et il a raison. Soljenitsyne, du fond de son exil, a été plus utile à sa patrie que s’il avait prétendu « changer les choses de l’intérieur ».

Ce que M. Macron appelle « entrer en politique », c’est, en fait, en sortir.
Une fois embrigadé dans un parti, il faut donner des gages pour survivre, taire ses convictions pour assurer sa réélection. Ainsi, les exigences de l’Évangile se trouvent ravalées au rang d’intimes convictions qui donnent une touche d’humanité et de respectabilité, peut-être, mais qu’il faut avoir le bon goût – et la prudence – de ne point exprimer, sauf en baissant les yeux.

La politique est, dit-on, l’art du possible et du compromis. Mais les chrétiens doivent savoir dire « non possumus ».

Ils ne peuvent pas adhérer sans réserve à un pouvoir qui, substituant la volonté générale au bien commun, s’arroge le droit de définir le bien et le mal, légifère sur la famille et sur le droit même de vivre ; qui a cessé de « rendre à Dieu ce qui est à Dieu », fût-ce au nom de la ou d’une majorité. Pour ne pas se renier, ils doivent se détourner de la culture du pouvoir pour entrer dans celle du contre-pouvoir.

18 avril 2018

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Affaire Griveaux : ne dites pas ce que je fais…

La fraude morale serait-elle donc moins grave que la fraude fiscale ? …