Émeutes à Nanterre : quand la poudrière s’embrase

Nahel Nanterre

« Si vous vous rendez seule à Nanterre, soyez prudente, faites attention. Restez en centre-ville, ne vous aventurez pas dans certains quartiers, n’allez pas dans la cité Pablo-Picasso. » En octobre dernier, déjà, alors que BV réalisait un reportage sur des échauffourées aux abords d’un lycée, un fonctionnaire de police nous mettait en garde contre l’insécurité grandissante à Nanterre. Sept mois plus tard, la ville des Hauts-de-Seine est devenue l’épicentre des émeutes en France. La mort tragique de Nahel, originaire de Nanterre, a mis le feu aux poudres. Ces 27 et 28 juin, à la nuit tombée, des centaines de jeunes, habillés de survêtements et capuches sombres, affrontent les forces de l’ordre. En quelques heures, ce 28 juin, Nanterre devient hors de contrôle. Explosions, tirs de mortiers, voitures incendiées… la violence se déchaîne dans les rues de la cité Pablo-Picasso. Soumises à d’importants assauts, les forces de l’ordre finissent par se replier, laissant les émeutiers maîtres de la rue. Au petit matin, les cris et explosions cessent enfin. Sur les trottoirs, les voitures incendiées la veille fument encore. Stigmates de la nuit de violence, les tags hostiles à la police – « Nanterre nike les condés, on va vous faire une Shoah » (sic) - fleurissent sur les murs de la cité. « Nous sommes à deux nuits d’émeutes et la situation est vraiment tendue à Nanterre », nous confirme une source policière. « Des policiers sont à court de munitions », alerte le fonctionnaire de police qui craint de nouvelles nuits d’émeutes dans les Hauts-de-Seine. Ce 29 juin déjà, en marge de la marche blanche d’hommage à Nahel organisée à Nanterre, les affrontements reprennent.

Une ville gangrenée par la violence

« Je ne suis malheureusement pas étonné que Nanterre s’embrase », confie Christophe Versini, délégué départemental du Rassemblement national (RN) des Hauts-de-Seine, joint par BV. « La ville est gangrenée par la violence depuis de nombreuses années », soupire-t-il. Ici, le trafic de drogue règne en maître. Au pied de La Défense, dans la cité Pablo-Picasso, les dealers agissent en toute impunité. « Ils agissent en pleine rue, aux yeux de tous », s’insurge un policier. Ces trafiquants vont jusqu’à imposer aux habitants des célèbres tours Nuages un règlement de bonne conduite« Nous ne sommes pas là pour perturber votre quotidien, uniquement pour travailler. Nous tenons absolument à ce que tout se passe bien pour vous et nous », indique l’affiche placardée dans le hall d’un des immeubles de la cité. Et ce trafic ne date pas d’hier. Au milieu des années 2010, les règlements de comptes sur fond de trafic de drogue se multiplient. Excédés, des riverains finissent alors par se substituer aux forces de l’ordre. En 2019, certains habitants de Nanterre ont ainsi organisé une vaste opération de surveillance afin de démanteler un réseau de trafic de drogue et le livrer à la police.

À cela s’ajoute une forte insécurité. Vols de véhicules, vols violents… en 2022, Nanterre apparaît haut placée dans le palmarès des villes les plus touchées par la délinquance. La presse regorge de faits divers – agression, viols, menaces… - survenus à Nanterre ces dernières années. « Il est, par exemple, très difficile pour des femmes de se promener dans Nanterre à certaines heures », explique Christophe Versini. Il en veut pour preuve l’agression gratuite subie par l’une des filles et le neveu de Marine Le Pen en 2018 à la sortie d’un bowling de Nanterre. Ou celle de Marine, 18 ans, qui raconte avoir été projetée au sol et frappée à la tête alors qu’elle rentrait de soirée avec une amie, en octobre 2021. Une délinquance qui va jusqu’à impacter le campus de la ville où les étudiants dénoncent de fréquentes intrusions de jeunes venus des cités voisines et des agressions. Même les processions catholiques ne peuvent se dérouler dans le calme. En décembre 2021, une procession mariale est prise pour cible par des islamistes. Les fidèles se sont vus insulter et le prêtre en tête de cortège agressé.

Ville populaire de l’Ouest parisien, Nanterre compte, d’après les derniers chiffres de l’INSEE, près de 25.000 immigrés (personne née étrangère à l'étranger et résidant en France), soit 25,5 % de sa population. Un chiffre qui ne comprend pas les descendants d’immigrés arrivés dès les années 1950 dans cette ville. Immigration, drogue, délinquance… il ne manquait plus que la NUPES mette le feu aux poudres pour que Nanterre s’embrase.

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

57 commentaires

  1. Chaque fois qu’il y a un problème où un jeune des cités et des policiers sont impliqués les réactions sont toujours les mêmes le prétexte est donné aux pillages , incendies et autres cailllassages de pompiers et FDO. Au delà des apparences il faudrait aussi regarder sous le tapis , et dénoncer l’omerta des médias concernant certains des ingrédients sous jacents qui explliquent des comportements outranciers des émeutiers et ceux qui les poltiques qui les cautionnent . Quid du traffic de drogue ? De l’origine géographique de la majorité des drogues qui arrosent le marché , de l’argent généré par la drogue et donc de la corruption que cet afflut d’argent peut engendrer ? Par rapport à cela on est étonné de constater l’extrême bienveilllance de certains politiques et magistrats concernant les exactions qui ont suivi. Qui donne l’argent aux associations qui fournissent presque dans l’heure, les tee shirt à l’effigie des victimes ? Qui organise le top départ des émeutes et l’arrêt ? Des narcos trafiquants ,des associations gauchistes subventionnées par les communes ou l’état , les frères musulmans, Soros , les pays d’origine des personnes qui s’adonnent à ces actes de vandalisme ? Quid des personnes qui vivent dans ces cités et subissent souvent la double peine de travailler plus dur que les autres et de de moins bonne conditions et de subir tout cela , leur voitures brûlées leur écoles saccagés etc. Et de voir que ceux et leurs familles qui se sont rendus coupables de ces actes odieux vont continuer à toucher allocs , RSA et tout le jack pot de l’assistanat social et continuer parrallèlement ,leurs petits business lucratifs !

  2. Nous avons des problèmes aux urgences hospitalières mais pas pour imprimer le T-shirt de la mère du petit ange….déjà sur elle le lendemain du drame…

    • Pour cette mère, plutôt que de pleurer maintenant, elle aurait mieux fait d’éduquer son gamin.

  3. La politique de la ville (40 milliards d’euros dépensés dans les banlieues) commence à porter ses fruits. Notre argent a été utilisé efficacement, mais malheureusement contre la France et les Français.

  4. Quand comprendra-t-on que ces gens ne pensent pas comme nous, ne se comportent pas comme nous, que nous n’avons rien de commun avec eux ? Ils ne respectent et ne comprennent que la force (comme dans leur pays d’origine). Toute tentative d’apaisement ou de négociation sera considérée comme de la faiblesse et cela nous rend méprisables à leurs yeux. La seule réponse efficace, c’est la force, si nous en avons encore la volonté et les moyens, ce qui est loin d’être sûr. On a déjà vu des villes « ouvertes » en temps de guerre, mais jamais un « pays ouvert ». C’est pourtant ce qui nous arrive, ces gens défilent, cassent, incendient, pillent, détruisent, ravagent en toute liberté et en toute impunité. Ils ont un boulevard devant eux. Si ça monte d’un cran que feront-ils demain ? Des viols de masse, des massacres ? Il va falloir se bouger et vite, sinon ce sera à la population de se défendre elle-même … et ça, c’est une guerre civile.

  5. Un voyou est tué et la France s’embrase? Le « vivre-ensemble » n’a pas plus de substance que le « couple franco-allemand ». Des années de mensonge. Nous les payons.

    • D’ailleurs le voyou n’est qu’un prétexte, les délinquants se moquent complètement de Nahel.

  6. Ils sont à l’affut du moindre incident , ou drame dans le cas présent , pour étaler leur haine , leur violence, de consommateur frustré , d’ancien colonisé , de musulman conquérant .

  7. On ne peut s’empêcher de se projeter dans les prochains J.O dans un an et à l’image que donnera la France au monde. On peut s’attendre en plus des grèves opportunistes habituelles de la CGT à une explosion de la délinquance contre nos visiteurs étrangers, à des tentatives terroristes et à de nouvelles violence urbaines au moindre prétexte. L’occasion est trop belle.

  8. La mort de ce Nahel est juste l’élément qui leur manquait pour exploser . De toutes façons , cette situation serait arrivée . Cette population était prête pour la guérilla, Je ne vois même plus le langage qu’on pourrait leur tenir pour les faire revenir à la raison. Le point de rupture est dépassé . Je ne sais pas ce qu’il va sortir de tout ça .

    • Oui, je partage votre avis, cela serait arrivé de toute façon. Le moment de la confrontation, que nous avons repoussé par nos lâchetés est devant nous, ils ont le nombre, la force et la détermination. Nos petits « anges » se sentent pousser des ailes. Ce n’est probablement que le début.

    • On y est la France seul pays européen à avoir 30% de musulmans entre en guerre civile, le seuil d alerte de 10% qui commence à montrer des troubles importants partout où l islam la atteint est largement dépassé, une simple étincelle manquait pour faire démarrer le flot de haine retenu sous pression depuis des années , ces émeutes vont s amplifier jusqu au 14 juillet, il y aura sûrement des morts des 2 cotés, la guerre civile totale va devenir inévitable

      • D’ailleurs le voyou n’est qu’un prétexte, les délinquants se moquent complètement de Nahel.

  9. Macron : « Nous avons un adolescent qui a été tué, c’est inexplicable et inexcusable. » La mort d’un jeune homme est un drame, mais comment peut-on affirmer avant l’enquête qu’elle est « inexplicable et inexcusable » ? Le président de la République, garant de l’équilibre des pouvoirs, n’a-t-il pas empiété sur le judiciaire ?
    Les médias ont fait de même. Les grandes chaînes d’information, notamment en continu, ont passé en boucle les mêmes images (partielles), et les mêmes mots, portant sur le jeune âge du mort, sans rapporter le moins du monde son pédigrée chargé. Ce choix du système, qui revient à désigner la police, avant enquête, comme coupable, et Nahel comme victime sans tache, culmine dans la réaction de Kilian Mbappé qui a tweeté : « J’ai mal à ma France. (…) Naël, ce petit ange parti beaucoup trop tôt. » Que la mère et la grand-mère de Naël expriment leur douleur après sa mort est naturel, mais qu’un Mbappé profite de sa notoriété pour répandre sciemment une fausse image de la victime est sidérant. Et Mbappé parle de « sa » France. Est-ce à dire qu’il y aurait « plusieurs France » ?

  10. Que la justice soit faite mais que la présomption d’innocence soit respectée pour ce policier déchu et massacré médiatiquement, ayons également une pensée pour sa famille et ses proches. Egalement un grand merci à nos forces de l’ordre, dernier rempart devant une guerre civile qui vient ouvertement de commencer. Triste et pauvre France, quelle image donne-t-on à l’étranger.

  11. Les « zozotorités «  ont expressément demander à leurs larbins des médias mainstream de ne communiquer qu’à minima absolu sur les émeutes qui explosent partout en France… » cachez ce sein que l’on ne saurait voir « 
    Stratégie du pourrissement qu’ils vont essayer d’appliquer une nouvelle fois , pas sûr que ça fonctionne cette fois car là il n’y a aucun syndicat acheté, aucune corporation ou catégories sociales à dresser l’une contre l’autre , ça va être très intéressant « à vivre » tout ça

  12. Il y a deux différences avec ces révoltes françaises et les révoltes raciales qu’on a pu voir aux Etats Unis , en France il y a la haine des anciens colonisés , et il y a une guerre religieuse conduite par l’islam conquérant.

  13. Les trafiquants de drogue eux-mêmes sont dépassés, ils ont besoin de quartiers calmes pour ”travailler ” !!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois