Elon Musk, l’homme qui défie le « Système »

ELON MUSK

J’aime bien Elon Musk. J’entends d’ici les critiques. Quel affreux capitaliste ! Quel horrible libertarien ! Oui, oui, mais je l’aime bien. Il ne fait rien comme les autres. C’est un OVNI. Cela tombe bien : il en fabrique. Voilà qui nous change des patrons de la Silicon Valley. Lui ne rampe pas devant le wokisme ambiant. Sous le Covid, il a envoyé balader les hygiénistes de tout poil. À la place du masque chirurgical, il arborait un bandana de cow-boy de l’espace qui s’apprête à aller piller la banque avec Billy le Kid et mettre le feu à Skynet avec Sarah Connor. Aujourd’hui, il veut expulser tous les procureurs qui sévissent sur Internet. Qui s’en plaindra ? Il a, un temps, caressé l’idée de créer une plate-forme pour évaluer la crédibilité des médias centraux. Son nom ? Pravda.com. Elle n’a pas vu le jour. Autant contrôler directement la source de désinformation, Twitter en l’occurrence, dût-il lui en coûter 44 milliards de dollars. « Le virus de l’esprit woke, avertit-il, pousse la civilisation vers le suicide. Il faut un contre-récit. »

La censure en un clic

Avant son rachat, Twitter s’était fait une spécialité de supprimer des comptes. D’un clic. La guillotine, c’était couic ! Twitter, c’est clic ! Le résultat est le même, symboliquement parlant. Celui qui croyait pouvoir gazouiller librement est condamné au silence. La censure n’a plus, comme au temps de Victor Hugo, « l’haleine immonde et les ongles noirs ». Elle est propre sur elle, aussi dématérialisée qu’un algorithme. Ce n’est plus le pouvoir qui en tient les ciseaux, les fameux ciseaux d’Anastasie - du nom de la censure au XIXe siècle -, mais ces nouvelles ligues de vertu que sont les GAFAM, agences non gouvernementales de surveillance. Aucun censeur dans l’Histoire n’a concentré autant de moyens financiers et technologiques. On parle des plus grosses capitalisations boursières mondiales, liguées pour museler la liberté d’expression.

Elles la musèlent momentanément ou définitivement. Momentanément : comme le compte de telle doctorante en biologie qui a l’affront de rappeler qu’il existe deux sexes biologiques. Définitivement : comme celui de Donald Trump, véritable coup d’État numérique, le premier de l’Histoire, furtif, insensible, chirurgical. A contrario, jamais les GAFAM n’envisagent de suspendre les comptes de rappeurs qui appellent à pendre des Blancs, du CCIE, cache-sexe du CCIF, des mollahs iraniens, spécialisés dans les fatwas, qui ont fort à faire en ce moment avec la révolte du voile.

Oui, il était temps de libérer l’oiseau, pour parler comme Musk. « Plus j’en apprends, a-t-il tweeté, pire c’est. Le monde devrait connaître la vérité sur ce qui se passait chez Twitter. » En attendant de la connaître, les annonceurs décampent et l’action Twitter dévisse. Rien d’alarmant pour Musk. Il peut perdre deux milliards de dollars en une après-midi parce qu’il snobe des analystes financiers. Ou 100 milliards, comme cette année.

La science-fiction appliquée

Quoique sud-africain de naissance, rien de plus américain que lui. C’est un pionnier, un homme de la Frontière, un lecteur de Benjamin Franklin, roi des self-made men. Qu’on l’aime ou pas, l’Amérique est la dernière station avant la conquête spatiale, une rampe de lancement vers Mars. Le point de chute de Musk. On l’a souvent comparé à Iron Man, alias Tony Stark, play-boy mégalo, milliardaire tapageur et inventeur de génie imaginé par l’intarissable créateur de super-héros que fut Stan Lee. Tony Stark a beau être insupportable, on finit par s’attacher à lui, surtout grâce à l’entregent de son assistante, la mutine Pepper Potts. Musk est pareillement fantasque et frimeur. Roi de l’autopromotion, il exhibe un ego stratosphérique et enfantin. Quand il ne défie pas Poutine en combat singulier, il se prend pour Dieu, en tout cas son service après-vente. Il y avait l’homme augmenté, lui, c’est la Création augmentée jusqu’aux confins de Mars. Au choix : Iron Musk ou Elon Man.

On ne sait d’ailleurs pas qui est la copie de l’autre. Tony Stark a été créé à partir du personnage de Howard Hughes, touche-à-tout de génie, dont le destin évoque celui d’Icare. Un péril qui guette Musk, aujourd’hui dans la position du pot de terre contre le pot de fer – le Système. Depuis six mois, il doit faire face à des attaques en rafale. On ressort une affaire d’inconduite sexuelle dans un avion. On lui reproche d’avoir dédaigné des accusations de racisme dans les usines Tesla. Une sénatrice démocrate vient de le qualifier de parasite qui ne paye pas d’impôts sur le revenu ; et l’Union européenne, par la bouche de l’exponentiellement prétentieux Thierry Breton, commissaire politique au marché intérieur dont le numérique, lui fait savoir que « l’oiseau volera selon nos règles ». Les siennes, en vérité – et celles, orwelliennes, de l’UE.

La force de Musk, c’est qu’il poursuit à sa manière Le Rêve le plus long de l’Histoire (Omnibus) si cher au grand historien Jacques Benoist-Méchin, mais projeté dans le futur. Quand on lui demande comment lui est venue l’idée de fabriquer des fusées réutilisables ou de se lancer dans l’industrie de la voiture électrique, il répond : « J’ai lu des livres ! » Lui, l’enfant de la science-fiction qui a grandi avec les sagas futuristes d’Asimov et de Iain Banks, qui a découvert Mars avec La Trilogie martienne (Omnibus) de Kim Stanley Robinson, qui tweete comme Douglas Adams, blague dans Le Guide du voyageur galactique, son livre de chevet enfant, qui ne jure que par le très réac Robert A. Heinlein, pionnier de la SF, ou Le Seigneur des anneaux. Tant et si bien qu’il a forgé le prénom de l’un de ses enfants à partir de Galadriel, la dame des bois imaginée par Tolkien. Un autre de ses enfants a eu moins de chance, puisqu’il a reçu le nom d’une capsule spatiale : X Æ A-XII. De l’elfique, sûrement, peut-être du martien. Mais comme il fera sa scolarité au Texas, ça risque d’être compliqué pour lui.

Le plus grand ingénieur depuis Wernher von Braun

Qui a cru aux projets fous de Musk ? Quasiment personne, au début. Certes, coloniser Mars – la raison d’être de SpaceX – sera une autre paire de manches que de fabriquer des berlines électriques. Mais enfin, quand il a lancé SpaceX il y a vingt ans, les grands acteurs de l’aérospatiale ricanaient. Même chose des géants de l’automobile qui le regardaient de haut. Aujourd’hui, il s’invite à leur table.

Musk n’est pas un scientifique au sens académique du terme. Son originalité, c’est qu’il a repensé de fond en comble les processus de production. Tout maîtriser dans la chaîne de fabrication, aucun sous-traitant, pas de syndicats ni de numéros 2, 3 ou 4. C’est lui, ingénieur en chef de ses entreprises. Christophe Bonnal, spécialiste chevronné des lanceurs au sein du CNES (Centre national d’études spatiales), dit de lui que c’est le plus grand ingénieur spatial depuis Wernher von Braun, le cerveau qui a conçu les V2 et le programme Apollo. Tony Stark peut aller se rhabiller, fût-ce dans l’armure en titane d’Iron Man.

Même le procès en transhumanisme qu’on lui fait est à nuancer. Il est bien plus pessimiste que transhumaniste. Il pense que tout est foutu, écologiquement parlant. Peu importe qu’aucune des conditions propices à la vie ne soit réunie sur Mars, il croit à la mort programmée de notre planète. Elle nous obligera à coloniser des exomondes. Rien ne lui fait plus peur que l’IA [intelligence artificielle, NDLR]. C’est, à ses yeux, la plus grande menace qui pèse sur l’humanité, même s’il a une curieuse façon de s’en prémunir en cherchant à transplanter directement l’IA dans notre cerveau via des puces. Tel est son projet Neuralink, qu’il appelle, en bon lecteur de SF, de la « dentelle neuronale ». Au moins la formule est belle. Il n’y a pas, chez lui, de frontière entre la SF et le monde réel. Le monde réel, ce n’est jamais que de la SF appliquée. Assis sur une montagne d’or, il est prêt à tout perdre pour restaurer un peu de liberté d’expression ou pour aller sur Mars, où il sait qu’il ne trouvera que de l’oxyde de fer. C’est mieux que tous les Jeff Bezos du monde, peu importe s’ils s’appellent Mark Zuckerberg ou Bill Gates. N’en déplaise à ses détracteurs, Musk est le gentil dans une superproduction Marvel, pas le méchant.

François Bousquet
François Bousquet
Rédacteur en chef d’Éléments et directeur de la Nouvelle Librairie

Vos commentaires

12 commentaires

  1. « Le virus de l’esprit woke, avertit-il, pousse la civilisation vers le suicide. Il faut un contre-récit. » Ce n’est pas la civilisation qui se suicide, mais le seul monde anglo-saxon, berceau et serre nourricière du puritanisme, le wokisme n’en étant qu’un de ses nombreux bâtards, qui nécessite un tel terreau pour prospérer. Et ce puritanisme malfaisant, mais qui mène le monde car la finance internationale en est pétrie, peut se résumer ainsi : un monde qui tolère qu’une femme soit pénétrée par un poignard mais qui est révulsé si c’est par un sexe mâle.

  2. Il est amusant d’entendre « Thierry Breton, commissaire politique au marché intérieur dont le numérique, lui faire savoir que « l’oiseau volera selon nos règles ». » Cela traduit bien que cette UE est tout sauf démocratique.

  3. A propos de personnes ayant su penser l’avenir dans un domaine précis, il y a un certain Dassault, Marcel qui a imaginé les avions de combat de l’avenir.

  4. Nous aimons cet entrepreneur. Plus proche du populisme que de cette élite rampante toujours disposée à se soumettre pour sauvegarder ses privilèges et exubérances, son soutien au wokisme en étant une démonstration. Mais qui vivra verra. Car entre ses nobles intentions, libérer l’expression, et les hommes en charges des applications, autant de résistances, de remparts à bousculer. Seule la puissance des algorithmes peut nous extraire de cette censure humaine à géométrie variable. Censure qui nous prive de la véritable température du climat social. A bien y réfléchir, la peur exprimée au travers de cette censure évitera -t-elle le danger d’insurrection ?

  5. Parait-il qu’hyperloop … ce n’est plus lui !!?? Va comprendre Charles, … une future légende « hollywoodienne » ???

    Cela ressemble à l’histoire des pilotes mercenaires de Bouaké en Côte d’Ivoire qui ont tué des soldats français, le 6 novembre 2004.

    A cette époque, en 2004, les pilotes mercenaires étaient Ukrainiens, avec le temps ils sont devenus Biélorusses.

    Une nationalité plus conforme à la géopolitique atlantiste du moment. De la Science Fiction dans la néscience humaine, sans doute.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois