Emmanuel Macron vient de s’exprimer lors d’une allocution télévisée sur le coronavirus. Plusieurs mesures ont été annoncées : maintien des élections municipales, fermetures des établissements scolaires, des crèches et des universités.

Réaction du Docteur Bertrand Legrand, qui rappelle la dangerosité de ce virus et la mobilisation sans précédent des personnels de santé.


Vous avez écouté le discours d’Emmanuel. Il a annoncé la fermeture des écoles et des universités, le maintien des élections municipales et la non-fermeture des transports en commun.
Emmanuel Macron a-t-il été à la hauteur de « l’évènement » ?

D’un point de vue du discours, il a été à la hauteur de ce que nous attendions, nous médecin. C’est-à-dire avoir un discours extrêmement rassembleur et responsabilisant pour les Français qui n’ont toujours pas compris ce à quoi ils vont faire face. Je vous rappelle que si des personnes pensent encore que le coronavirus est une gripette, qu’ils regardent leurs parents de plus de 60 ans qui sont les prochaines victimes. C’est eux qu’on ne réanimera pas, qu’on laissera mourir à la maison et qu’on ne pourra pas venir chercher. Ceux qui pensent encore qu’il faut aller manger à l’extérieur, sortir et ne pas restreinte sa vie sociale sont des criminels.
Le président de la République l’a dit entre les lignes avec beaucoup plus de rondeur, mais il l’a dit clairement. Nous, soignants, avions besoin que ce message passe et soit entendu.
Pour ce qui est des mesures, je pense que la fermeture de l’université est tout à fait attendue. La fermeture des écoles est plus contestée d’un point de vue épidémiologique entre différents vecteurs. On se pose la question de savoir le niveau de contamination des enfants. On essaye de se rassurer en reprenant un taux de contamination lié plutôt à la grippe, mais dans le doute c’est une bonne mesure.
Il a également annoncé le passage de la médecine de ville, infirmière, médecin et kiné pour aller soigner les malades en ville. Les kinés seront les soignants de premier rang. Ils feront tousser et cracher les malades au moment où il faudra les aider à respirer. Ils n’ont pas de masques pour se protéger et pour empêcher la contamination si eux même sont contaminés. Les infirmières à domicile n’ont pas de masques. Et les médecins généralistes ont une cinquantaine de masques pour deux ou trois médecins. C’est totalement insuffisant.


Que pensez-vous du maintien des élections municipales ?

C’est une pure folie qui se vérifiera à l’aune du nombre de morts. Que chaque responsable politique sache que ce genre de décision se compte en centaine de milliers de morts. Ils auront du sang sur les mains. C’est vraiment absurde et abscons. J’imagine qu’il y a des règles législatives qui empêchent de prendre cette décision. Mais est-ce qu’une règle législative vaut des centaines de milliers de morts ? Je n’en sais rien, mais je pense que c’est le meilleur moyen de diffuser le virus. Ce ne sont pas les mesures derrière qui permettront de calmer les choses. Je pense que l’appel au vote est une bêtise.


En écoutant le discours d’Emmanuel Macron, on a l’impression que la France est sur un tempo assez particulier. Elle n’est pas dans une situation d’urgence telle que l’Italie, mais elle ressert toutefois la visse comme si la France avait son propre calendrier médical qui n’est pas celui des autres pays européens…

Le Covid-19 attaque tous les pays et sature le système de santé de la même manière. Quand des pays comme la Corée ou la Chine ont des systèmes de santé très bien organisés, il attaque un peu plus tardivement. En revanche, il attaque beaucoup plus rapidement dans des pays comme l’Italie, ou dans les pays européens où le système de santé n’est plus à la hauteur.
En 10 jours, la Chine a créé l’équivalent des capacités de réanimation de la France. Cela laisse quand même rêveur. En Chine, un scanner thoracique est effectué en 20 min à partir du moment où le médecin l’a décidé. En France, on en est très loin, et on ne pourra pas le corriger d’ici là.
Quand tout est perdu, il ne reste plus qu’à éviter la diffusion du virus. Ces mesures barrières sont le confinement. L’Italie l’a compris tardivement, contrairement au Danemark qui lui l’a appliqué immédiatement. En France, nous continuons à penser que les élections municipales sont plus importantes à la vie de la nation.

12 mars 2020

Partager

À lire aussi

Dr Bertrand Legrand : “Les politiques ne savent pas gérer cette épidémie, ils n’ont rien prévu et n’ont pas corrigé les erreurs passées”

À la veille du nouveau confinement annoncé par Emmanuel Macron, le Docteur Bertrand Legran…