Voilà des années que les chrétiens sont attaqués, en France, humiliés par le silence assourdissant et le relativisme abject des médias. D’après les seuls chiffres des plaintes, les chrétiens français et leurs lieux de culte subissent plus de 1.000 attaques par an. Chaque jour apporte son lot d’agressions, de profanations, de menaces et de dégradations. Le vol de 21 statuettes représentant le Christ, dans le cimetière de Thionville, la nuit du 26 au 27 juillet, nous rappelle l’immoralité absolue de cette violence. La dégradation d’une statue de la Vierge à l’Enfant, à -en-l’Île, entre le 27 et le 28 juillet, nous rappelle, quant à elle, la haine qui les anime.

Relativisme médiatique

Le 29 janvier 2020, France Info nous appelait à tenir compte des proportions. « Il y a 45.000 églises en France, contre 2.200 mosquées et 500 synagogues. » De toute évidence, si l’on s’en tient aux proportions, les juifs et les musulmans sont bien plus touchés que les chrétiens par les violences antireligieuses. Mais peut-on vraiment résumer les violences christianophobes à une simple histoire de proportions ? Certainement pas. Le pillage d’une église, la destruction d’un édifice religieux ou la profanation d’un cimetière est motivé par des raisons bien souvent idéologiques qui sortent complètement d’une logique de proportion. C’est bel et bien une haine croissante des chrétiens qui anime ces violences.

Mais parlons-en, des proportions. Si l’on analyse le « bilan 2019 des actes antireligieux, antisémites, racistes et xénophobes » du ministère de l’Intérieur, on s’aperçoit que sur 1.052 faits antichrétiens, 56 étaient des menaces et 996 des actions. Autrement dit, plus de 94 % des faits antichrétiens étaient des actions. France Info a relevé cet élément, puis s’est contredit en affirmant que seuls 5 % des faits antichrétiens étaient des actions. Contradiction involontaire ou erreur intentionnelle ?

Il ne s’agit pas, là, de hiérarchiser les violences, mais d’affirmer qu’à l’heure actuelle, les chrétiens sont bel et bien les croyants les plus touchés par les attaques antireligieuses en France. En 2019, les chrétiens et leurs lieux de culte représentaient 82,3 % des actions commises à l’encontre des croyants, les juifs en représentant 12,5 % et les musulmans 5,2 %.

À lire aussi

Affaire Judith Waintraub : l’indigénisme face à la France

Depuis le 11 septembre 2020, la journaliste Judith Waintraub subit une campagne de harcèle…