Le journal catholique La Croix, jamais en retard d'une avancée sociétale (ou alors très peu), publie une tribune de l'Association des familles homoparentales (ADFH) représentée par son président. Il y traite de la gestation pour autrui (GPA), c'est-à-dire, pour ceux que les acronymes ont anesthésiés, des mères porteuses. Cette tribune est un petit miracle de mauvaise foi, que le grand journal catholique accueille avec des trésors de charité dévoyée.

Prenant l'exemple de certains de nos voisins, qui autorisent déjà les mères porteuses, le président de l'ADFH détaille longuement les modalités pratiques de cet acte pas tout à fait anodin. Les mères porteuses garderaient un lien à vie avec les familles à qui elles louent leur ventre et, selon une étude de Cambridge (gage de qualité, label rouge de la pensée scientifique), se déclareraient, bien des années plus tard, satisfaites de leur démarche. Deuxième argument d'autorité, les Français seraient plus en avance que la loi sur ce sujet, « comme souvent sur les sujets sociétaux ». Ah bon ? Mais lesquels ? La peine de mort ? Le Grand Remplacement ? Passons. Enfin, les familles homoparentales ayant des enfants conçus par ne connaîtraient pas plus de dysfonctionnements que les familles d'enfants « non conçus par la science reproductive » - une métaphore de vieille fille pour dire « conçus normalement ».

Car, en fin de compte, c'est le fond du problème, et La Croix feint probablement de le méconnaître : il y a une manière normale d'avoir des enfants, qu'on n'accompagnera pas ici de croquis mais que beaucoup de nos lecteurs ont probablement déjà expérimentée. La PMA, la peuvent être des palliatifs scientifiques à un désir d'enfant (j'emploie tous ces mots sans guillemets ni jugement moral) mais ce ne sont pas des moyens normaux. Le fait qu'ils deviennent ou non légaux n'y change rien : par exemple, dans un légal à 14 semaines, on broie la tête d'un fœtus avant de le démembrer. C'est légal. Ce n'est pas moral. Dans une GPA, on loue un ventre (« louer son ventre ou louer ses bras, quelle différence ? » demandait déjà Pierre Bergé, lui aussi en avance sur la loi du point de vue sociétal...) pour permettre à des « parents d'intention » d'acheter leur rêve. Est-ce moral ?

La Croix, si c'était un journal vraiment catholique, se souviendrait que la charité envers les gens qui ne pensent pas comme les catholiques n'est pas nécessairement la même chose que le soutien à toutes les aberrations. Le journal a, me direz-vous, publié une tribune demandant l'interdiction et l'abolition de la GPA, il y a quelque temps. Admirable pluralisme, qui n'est cependant pas tout à fait celui de Jésus (me semble-t-il).

12 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 1 vote
Votre avis ?
7 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires