D’ici dix ans, le gouvernement -démocrate danois ne veut plus un quartier avec plus de 30 % de « non-Occidentaux », et la délinquance dans ces quartiers sera deux fois plus punie, relate 20 Minutes.

Le Danemark va durcir la loi visant à réduire la part des « non-Occidentaux » dans les quartiers défavorisés, a annoncé, mercredi 17 mars, le gouvernement social-démocrate. Dans un nouveau projet de loi, le ministre de l’Intérieur veut que la part de la population d’origine « non occidentale » dans chaque quartier ne dépasse pas 30 % d’ici dix ans – alors que dans le plan actuel, adopté par la il y a trois ans, la proportion retenue était de 50 %.

Lutter contre « une société parallèle religieuse et culturelle »

Selon le ministre Kaare Dybvad Bek, une proportion trop importante d’étrangers de pays non occidentaux « augmente le risque de voir grandir une société parallèle religieuse et culturelle ».

Par ailleurs, le terme controversé de « ghetto » pour désigner les quartiers sensibles va disparaître des textes. En effet, jusqu’à présent était qualifié légalement de « ghetto » les quartiers de plus de 1.000 habitants avec une population à plus de 50 % d’origine « non occidentale », remplissant au moins deux des quatre critères suivants : plus de 40 % des personnes au chômage ; plus de 60 % des 39-50 ans ne sont pas allés au-delà du collège ; une criminalité trois fois plus importante que la moyenne nationale ; un revenu brut des habitants inférieur de 55 % à la moyenne régionale.

La crèche est obligatoire sous peine de suppression des allocations familiales

Dans ces quartiers, les délits sont sanctionnés deux fois plus sévèrement qu’ailleurs et la crèche est obligatoire pour tous les enfants de plus d’un an sous peine de suppression des allocations familiales.

D’après l’institut statistique national, 11 % des 5,8 millions d’habitants du Danemark sont d’origine étrangère, dont 58 % de citoyens d’un pays classé « non occidental ».

18 mars 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.