Une fois n’est pas coutume, et comme l’a si bien dit , ancien président de la région Pays de la Loire, le “principe d’absurdité” laïciste n’a donc pas été retenu au sujet de la crèche installée tous les ans dans le hall du conseil départemental de Vendée, à La Roche-sur-Yon. En effet, la “cour administrative d’appel de vient de donner raison au département de la Vendée” (source : Le Salon beige).

Ainsi, à l’issue de cette aux sorcières ahurissante qui durait tout de même depuis trois ans, lorsqu’un juge administratif avait alors décrété qu’elle n’avait pas sa place dans cette enceinte, la bien innocente crèche pourra réintégrer ledit conseil.

Précédemment, le “rapporteur public [avait] préconisé l’annulation du jugement rendu le 14 novembre 2014 par le tribunal administratif de Nantes, qui avait interdit cette crèche au nom du principe de la contenu dans la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État”, précisant que la crèche “n’est pas accompagnée d’inscription quelconque, ni croix, ni crucifix, ni couronne”. “Il n’y a pas de bondieuserie”, avait-il ajouté (source : La Croix).

L’avocat du département de la Vendée avait, quant à lui, expliqué que “l’âne, le bœuf, Jésus, Marie, Joseph, les Rois mages [ne sont] pas le signe d’une volonté d’évangélisation du département de la Vendée” ; selon lui, ils sont “une mise en images de la fête de , inscrite dans notre calendrier laïc”.

Bien entendu, par la voix de l’avocat de la Fédération de la libre pensée, les grincheux laïcards – qui devraient aussi faire interdire le carnaval, marquant “la dernière occasion de célébration des aliments gras et autres avant le début du Carême” » (source : Wikipédia) ! – s’étaient insurgés : “Le siège d’une collectivité n’a pas à accueillir une crèche. Si vous allez dans le sens du rapporteur public, vous allez ouvrir une brèche” (source : La Croix).

Cependant, d’après ce que je peux constater, c’est que ces crèches ravissent les non-croyants autant que les croyants et ce, du monde entier. Beaucoup de bruit pour rien, sinon un certain harcèlement dont sont victimes les chrétiens de France.

En espérant que cette affaire fasse jurisprudence et qu’on en finisse avec ces querelles stériles et sensiblement haineuses, laissons-nous bercer par ces vers libres et fervents de Claude-Henri Rocquet :

“J’apporte pour le petit, votre enfant Jésus,
Un lange, imprégné de Ciel,
Et par mes frères de là-haut tissé, cousu,
Notre cadeau de Noël.”

(Méditation de Noël)

C’est un ange qui parle…

7 octobre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.