Dans sa guerre contre l’ennemi Covid-19, le Président recourt de plus en plus fréquemment au Conseil de et de nationale (CDSN) dont les participants sont choisis et moins nombreux que le gouvernement. Pas moins de cinq se sont tenus durant le dernier mois.

En outre, ses délibérations demeurent secrètes, au grand dam des médias qui ne peuvent qu’épiloguer sur les plateaux.

Ce qui a suinté sur le fonctionnement, c’est qu’en finale, le chef de l’État tranche et décide seul !

C’est ainsi que, lors de sa dernière adresse aux Français, il annonce une nouvelle instance, sorte d’unité commando contre le virus, dont l’étendard portera haut le symbole du .

Sa déclaration : pour « garantir la sécurité sanitaire, un comité scientifique sera chargé du suivi de la vaccination, un collectif de citoyens sera aussi mis en place pour associer plus largement la population ».

Ce n’est pas sans rappeler la Convention citoyenne sur le climat qui a pondu moult propositions.

Cependant, le choix de ces infirmiers virtuels pose encore plus de questions que pour le précédent. En effet, les indiquent que près de la moitié des Français ne souhaitent pas subir la vaccination. Et ce ne sont pas les nouvelles sur les essais contestables d’un certain laboratoire qui vont renforcer l’adhésion de la population !

Dans ces conditions, la première interrogation qui vient logiquement à l’esprit est : comment sélectionner les membres de ce collectif ? Les intéressés devront-ils prêter serment, assurant qu’eux-mêmes se feront piquer dès le vaccin disponible ?

« Associer » des millions de citoyens rétifs avec quelques centaines de recrues semble un défi quelque peu optimiste, voire utopique.

Dans cette bataille contre les récalcitrants, il faudra sûrement beaucoup de temps et, hélas peut-être, un troisième

27 novembre 2020

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Rafale en Croatie, c’est parti !

Amis croates, bienvenue dans le club Rafale ! …