C’est bien connu, on fait dire ce que l’on veut aux chiffres. Il n’empêche.

Il n’empêche que la France, avec 67 millions d’habitants, ne représente même pas 1 % de la population mondiale. Et pourtant, avec le système de que le monde entier lui envie, elle concentre à elle seule, à ce jour, 10 % des morts du coronavirus dans le monde : plus de 22.000 décès pour 200.000 : 341 décès par million d’habitants. Bien sûr, on l’a dit, on fait dire ce que l’on veut aux chiffres. Certaines parties du monde ne sont, à ce jour, que très peu touchées par la pandémie, notamment l’Afrique, qui comptabilise à peine plus de 1.300 décès.

Il n’empêche que si l’on se compare avec des pays comparables et si l’on reste en Europe, il n’y a pas de quoi, non plus, fanfaronner. L’Allemagne, pays de vieux, on l’a assez rabâché pour expliquer cette générosité de Merkel vis-à-vis des migrants, l’Allemagne, donc, ne compte, à ce jour, qu’environ 5.800 morts pour plus de 81 millions d’habitants, soit 69 décès par million d’habitants.

La Hongrie d’Orbán, cette affreuse Hongrie qui réinventait les frontières lors de la migratoire, un peu moins de 10 millions d’habitants, n’a à déplorer que 250 décès, soit 26 par million d’habitants. La très identitaire Pologne, pratiquement 38 millions d’habitants, compte moins de 500 morts, soit 13 morts par million d’habitants. L’Autriche, 8,9 millions d’habitants, ne déplore que 530 décès, soit 59 par million d’habitants. Nos voisins helvètes, 8,7 millions d’habitants, compte près de 1.600 décès, soit 184 par million d’habitants. On pourrait évoquer le très isolé Portugal, un peu plus de 10 millions d’habitants, qui compte 850 morts, soit 84 par million d’habitants.

Alors, bien sûr, on peut « se consoler » en consultant les chiffres terribles de l’Espagne et de l’Italie. Près de 23.000 morts en Espagne pour 47 millions d’habitants, soit 482 par million d’habitants. 26.000 morts en Italie sur plus de 60 millions d’habitants, soit 430 par million. Et la Belgique, c’est pire encore, avec 6.700 décès sur 11,5 millions d’habitants, soit – c’est le triste record dans l’Union européenne – 576 décès par million d’habitants.

On va arrêter la litanie des chiffres et on se gardera bien de tirer de quelconques conclusions sur cette présentation très rapide et incomplète. On retiendra seulement que la France, sixième ou septième puissance mondiale, se classe dans les quatre premiers du peloton funèbre en Europe pour le nombre de morts par million d’habitants. Mais, une fois encore, l’on fait dire ce que l’on veut aux chiffres. Il suffit d’écouter le professeur Salomon pour s’en convaincre.

26 avril 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.