Comparons l’incomparable, c’est-à-dire le CV du Pr Raoult contre les CV de ses détracteurs ou, plus précisément, les compétences professionnelles dans le domaine médical, et notamment en infectiologie, entre le Pr Raoult, de renommée internationale et classé parmi les plus grands microbiologistes au monde, et des journalistes supposés sérieux, objectifs et attentifs à produire de l’information de la plus haute qualité, aucun d’entre eux n’étant cependant spécialisé en médecine !

Lorsque je consulte mon médecin pour une douleur ici ou là, il m’ausculte, pose un diagnostic et me prescrit le médicament adéquat. Après de longues études, il possède le savoir, lui. Sollicitons le même type de conseil auprès de l’un de ces messieurs, Szafran, Goosz, Duhamel, Namias et autres Cohn-Bendit, osant exprimer doctement un avis réservé à quelques scientifiques de haut niveau, des vrais, des érudits. Est-ce que ces sachants seraient en mesure de me prescrire ne serait-ce qu’un simple cachet d’aspirine ? N’y a-t-il pas là matière à s’interroger ? Quels sont leurs domaines de compétences pour évaluer celles, mondialement reconnues, d’une sommité de l’infectiologie ?

En lisant les critiques acerbes émanant de « personnalités » médiatiques, je plonge dans un abîme d’incompréhension et d’étonnement. On imagine, peut-être naïvement, que les journalistes suivent des années d’études pour apprendre à penser par eux-mêmes, en vue d’évaluer et d’analyser en toute objectivité une situation, des faits et en établir un compte rendu basé sur une étude approfondie du sujet. Le but, théoriquement, étant d’offrir au lecteur une information dépourvue de tout parti pris, documentée et sérieuse en lui laissant le soin de se faire sa propre opinion.

Comment de telles approximations, affirmations à l’emporte-pièce, voire inepties, peuvent-elles émaner de telles personnes à qui l’on prête généralement une réputation de sérieux ? J’avoue que je ne comprends pas bien et j’aimerais qu’on m’explique. Le formatage des esprits, peut-être ?

, titulaire d’un doctorat en pharmacie, ex-ministre, personne supposée équilibrée, sensée, pondérée, pourrait éventuellement émettre un avis relativement circonstancié mais de manière intelligente, loin de la vulgarité. De la part de Raphaël Enthoven, normalien, agrégé de philosophie, on attendrait des paroles sages, mesurées. Cohn-Bendit ! Diplôme(s) ? Compétences ? Laissons aboyer ce pantin politico-médiatique, son seul moyen d’expression, sa vulgarité « Qu’il ferme sa gueule » ne méritant même pas que l’on s’intéresse à lui.

N’est-il pas effarant de constater que la pensée unique continue d’être imposée au citoyen et que des individus se prêtent au jeu, au mépris total de leur honneur, leur probité et autre crédibilité ?

À lire aussi

Des conventions citoyennes pour tous : tout plein d’idées à proposer…

Si la démocratie participative s’intéresse au climat en 2030, pour quelles raisons ne sera…