Editoriaux - Médias - Télévision - 2 décembre 2019

CNews a accordé l’asile politique à Éric Zemmour

C’est rare, mais il y a parfois des nouvelles qui font du bien. Ainsi la chaîne CNews a accordé l’asile politique à un migrant, malgré un patronyme – Zemmour – qui ne sonne pas très français, mais qui y est désormais invité du lundi au jeudi, de 19 à 20 heures.

Du coup, elle est passée en tête des chaînes d’info sur ce créneau horaire, dépassant de plus en plus régulièrement LCI et BFM TV, même si celles-ci se classeraient plus justement dans la rubrique « chaînes de conformation ».

On dirait que beaucoup de gens en ont assez de ces news qui sont à l’information ce que la Sodexo est à Alain Ducasse. De ces buffets insipides où de fades chroniqueurs ne proposent que des plats aux éoliennes, des assaisonnements de petits crachats sur le Rassemblement national, un dessert anti-Trump et un pousse-café hystéro-féministe, l’entremets pédophilie dans l’Église étant en supplément…

Avantage supplémentaire du « Face à l’info » animé par Christine Kelly, l’absence de toute interruption publicitaire : aucun annonceur ne pourra ainsi être soupçonné de soutenir un tant soit peu un homme « définitivement condamné pour provocation à la haine raciale », comme le rappelle si confraternellement Libé.

Qui ajoute les précautions prises : « passage en léger différé […] décidé par CNews après plusieurs sorties polémiques de Zemmour sur les musulmans, les homosexuels ou la colonisation en Algérie ». Sur le CO2, les femmes, Pétain et Aliénor d’Aquitaine, il pourra donc tout dire, mais on imagine le pauvre Marcel, en régie, l’index trémulant sur le bouton rouge d’effacement d’une toujours possible « nauséabonditude »… Un sacré métier !

Amis de gauche, si vous voulez briller dans les dîners en ville, dites simplement comme plusieurs personnalités (Attali, De Haas, et même la CGT…) que vous avez décidé de boycotter la chaîne – et a fortiori tout débat avec lui – tant qu’Éric Zemmour y serait présent. Parce que ce sera tout bénéfice. Si c’est faux, ça renforcera votre image dans le camp du bien. Et si c’est vrai, ça vous évitera de vous faire laminer devant 300.000 téléspectateurs comme un quelconque Yassine Belattar…

Mais c’est une occasion à saisir tout de suite, façon Black Friday, parce que quelque chose nous dit que ça risque de ne pas durer longtemps.

À lire aussi

Retraites : quand Alexandre Benalla s’en mêle !

Il lui sera beaucoup pardonné d’avoir exprimé l’opinion d’une majorité de Français. …