C’est donc Ridley Scott qui se penche sur l'Histoire de France. L’Anglo-Américain vient de lancer sur les réseaux sociaux une bande-annonce à couper le souffle, lançant ainsi la promotion de son prochain film, Napoléon, qui sortira sur nos écrans le 22 novembre. Le génial réalisateur de Gladiator a apparemment obtenu les moyens de ses immenses ambitions : cette bande-annonce montre la tempête révolutionnaire, la foule assoiffée de sang et de spectacle quand la lame de la guillotine portait les « idéaux » de cette époque terrible. Elle saute de Versailles aux déserts de l’Égypte, multipliant les plans larges et les costumes chatoyants. Soldats ensanglantés à l’assaut, vaisseaux en flammes dans la nuit sur une mer lourde, scènes plus intimes, cérémonie du couronnement qui voit l'ancien petit Corse poser lui-même orgueilleusement sur sa tête la couronne impériale, batailles, amours, neige de Russie et chevaux caparaçonnés : il ne manque rien, apparemment, pour faire de cet épisode mouvementé de l’Histoire de France un spectacle grandiose. Ni les stars américaines (Joaquim Phoenix incarne l’Empereur), ni les Françaises (Ludivine Sagnier) pour conter ces quelques années qui ferment le dix-huitième siècle et ouvrent le dix-neuvième dans le bruit et la fureur ne feront défaut. Apple, qui produit le film, a largement ouvert les cordons de la bourse : on parle d’un budget de 200 millions de dollars, soit celui de Titanic qui fut, à l’époque (1997), le film le plus cher jamais produit. Tout est fin prêt, ou presque. Ridley Scott s’est remis à la tâche sur un autre film, la suite de Gladiator.

Le succès sera-t-il à la hauteur des efforts financiers consentis par Apple ? Il faudra attendre la rentrée pour le savoir. Mais la sortie du Napoléon de Ridley Scott a de quoi interroger les Français.

Un film américain a quatre fois plus de succès

Chez nous, le milieu du cinéma se gargarise de son mode de fonctionnement : en gros, le succès populaire des films américains permet de financer un nombre extraordinaire de navets français (287 films français agréés par le CNC, en 2022), idéologiques, petits bras, manquant d’ambition, abscons ou wokistes au dernier degré pour une bonne partie d'entre eux. Copinage dans les comités de sélection, emprise de la gauche, réseaux divers et variés, incapacité chronique – pour ces raisons – à viser l’international : malgré l’usine à gaz mise en place en France, les films français représentaient un peu plus de 40 % de l’ensemble des entrées au cinéma, en France, en 2022, soit le troisième plus haut niveau de la décennie. C’est dire… Les films américains ont récolté le même nombre d’entrées, mais avec seulement… 72 films ! Un film américain a donc quatre fois plus de succès qu'un film français...

Les États-Unis savent faire des films pour le grand public. Et notamment des films qui portent l’Histoire, la subliment, la font vivre, qui rendent hommage au drapeau. Quitte à piocher dans… l’Histoire de France, comme le fait ce Napoléon. Déjà, l’insurpassable Clint Eastwood s’était saisi d’un attentat islamiste arrêté grâce à un Américain, dans un train, en France, pour en tirer un film (Le 15h17 pour Paris, sorti en 2018). Le sujet n’avait attiré aucun producteur français... Combien se saisissent de notre Histoire avec de l’ambition et sans la gangue de plomb idéologique imposée par la gauche ? Il faut signaler, à cet égard, une exception récente : le film de Maïwen Jeanne du Barry montre une vraie sensibilité, un vrai goût du spectacle et de l’histoire et une certaine objectivité. Et, bien sûr, le miraculeux Dernier Panache, sorti en janvier 2023. Les sujets, pourtant, ne manquent pas, de Clovis et Clotilde à de Gaulle en passant par Du Guesclin, François Ier, Louis XIV, Turenne, Anne de Beaujeu, Catherine de Médicis, tant d’autres… L'Histoire de France, si longue, si riche, regorge de personnalités et de scenarii en or massif.

Mais qu’aurait fait le milieu du cinéma français de Napoléon ? Aurait-il montré un épouvantable machiste, avide de pouvoir et de guerre, oublieux du sang du peuple, ou conté aussi l’épopée, le génie, l’héroïsme et la gloire ? Finalement, c'est peut-être mieux ainsi : quand la haine de soi dirige les esprits dans ce pays qui fut le cœur battant du cinéma, mieux vaut laisser à d’autres le soin de dire l'Histoire. Le Napoléon de Ridley Scott portera ainsi les espoirs de ceux qui aiment la France et son passé.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/08/2023 à 13:54.

8857 vues

10 juillet 2023 à 18:42

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

    1. La diversité de l’époque c’était l’armée des 20 nations … européennes ! 100 000 Italiens étaient enrolés dans la Grande Armée qui partit en campagne en 1812 contre la Russie …. 10 000 en revinrent ….

  1. « Le Napoléon de Ridley Scott portera ainsi les espoirs de ceux qui aiment la France et son passé. » C’est pour cela que nos princes aimeraient tant l’interdire, ou au moins plomber sa sortie.

  2. Ce film, évidemment, n’est pas exempt de quelques critiques, et notamment sur le plan historique, et sur ses options de casting (âge des acteurs principaux). Le parti pris qu’il prend est que les pulsions « sentimentales » de Bonaparte seraient le moteur pricipal de l’épopée napoléonienne. Ce qui est sans doute assez loin de la réalité historique …. Mais le spectacle est époustouflant. Les effets spéciaux que vous y découvrirez sont vraiment extraordinaires. Je ne vous en dit pas plus. C’est TOP GUN ramené au 19 ème siècle. Le film sortira juste avant les OSCARS …. Il est oscarsable.

  3. Attendons de voir avant de porter un jugement; mais souvent nos grands faits et moments historiques sont mieux traités par un étranger que par par les néoréalisateurs qui filment à travers le prisme déformant d’une idéologie au détriment de la vérité;

    1. Il s’écrit environ un ouvrage par jour depuis la disparition de l’empereur. Même Jospin s’est cru obligé d’en écrire un ! Et avec quel titre ! Le Mal Napoléonien ! Evidemment le camp du bien c’était lui.

  4. Ça paraît toujours étonnant, mais les britanniques sont parmi les grands fans de Napoléon.
    On compte en Grande-Bretagne le plus grand nombre de collectionneurs d’objets de tous genres ayant appartenus à l’Empereur ou à l’Empire.

  5. Napoléon, un magnifique sujet de film. Un très bon réalisateur. Probablement un succès. Que dire si ce n’est que j’aurais préféré que le film soit français, mais la France n’est plus ce qu’elle était et la culture historique liée au passé de notre pays n’est plus guère valablement transmise aux jeunes générations.

  6. Tout est à craindre de la part des anglo-saxons en remerciant l’empereur de la vente de la Louisiane (pas l’état pas actuel mais tout l’ensemble du Middle West jusqu’au golf du Mexique) pour en faire le pays que nous connaissons, crainte éprouvé en référence aux films « le dernier samouraï » et « Master of commander » tout deux inspiré de faits réels mais dont les protagonistes étaient français et non pas anglais ou américains

    1. Il n’y aurait pas d’Anglais dans « Master of commander »? Alors j’aurais mal vu. J’y ai même vu à l’œuvre la tactique préférée de nos meilleurs ennemis : l’attaque finale par traitrise et dissimulation. Comme d’habitude (cf Mers-el-Kebir entre autres pour 1500 morts désarmés).

  7. Nous avons pu remarquer dans le passé que ce qui nous viens des états unis sont présentés dans un miroir prismatique. Refaire notre histoire est une volonté de destruction qui peux se traduire par un pays sans histoire est un pays sans avenir, vérité avéré. La nupes avec les Anglo-saxons y prévoira.

    1. Venant d’un pays qui n’a pour histoire que les guerres récentes d’indépendance et de sécession, peuplé de descendants d’aventuriers, de bagnards, d’affamés et de réprouvés qui ont commencé par massacrer les populations indigènes et leurs troupeaux de bisons pour ensuite accueillir à bras ouverts de la main d’oeuvre docile à pas cher, comme les esclaves récupérés chez les portugais, puis tous les réprouvés pauvres ou malsains d’Europe, ancien nazis inclus, on peut en effet s’attendre à toutes les inventions tordues..

      1. Mais tous les pays sont comme ça, mon vieux, tous, les Américains ne sont pas pires que les autres…

  8. C’est avec impatience que nous attendons cette nouvelle épopée Napoléonienne qui d’après les images de lancement semble grandiose. N’est pas Napoléon qui veut.

  9. Vous savez bien que pour les gauchistes l’histoire de France commence en … 1789 !! Alors pourquoi faire des films sur Clovis, François Ier et les autres ? Dans le pays qui vu naitre les inventeurs du cinéma, les frères Lumière, il y a eu au 20iéme siècle des monstres du cinéma, qu’il s’agisse de réalisateurs : Abel Gance, René Clément, Jean Renoir et les autres ou d’acteurs magnifiques : Gabin, Orane Demasis, Fernandel, Arletty, Michel Simon et consorts, les « lumières » se sont éteintes pour toujours, hélas.
    Que les autres GRANDS, réalisateurs comme acteurs veuillent bien m’excuser de ne pas les nommer car la liste exhaustive serait trop logue pour un commentaire.

  10. Tout cela est vrai et triste à dire. Si quelqu’un chez nous s’avisait de faire un film sur Napoléon, ce grand homme serait réduit au restaurateur de l’esclavage aux Antilles.

  11. La FRANCE peut se vanter d’avoir eu des « hommes de CRO MAGNON » … L’Egypte s’est targuée d’avoir eu son Toutankhamon … Le Monde connaît NAPOLEON …. En tout cas ceux qui connaissent un peu « l’Histoire » …

    Et depuis mai 2017, au motif que son nom finit par « ON » l’autoproclamé « premier de cordée » veut mettre au panthéon son nom … Il restera comme le « président-des-cercueils » de la Vème République ! …

    1. Son nom devrait surtout disparaître de notre Histoire, qui ne serait pas « déconstruite » pour autant !

Les commentaires sont fermés.