Cliquez pour acheter

Zemmour, Villiers, Onfray, Finkielkraut, Brague, Scruton, Sévillia, etc. Que lire en priorité ? Que retirer de toutes ces lectures ? La de pensée dite réactionnaire n’a jamais été aussi foisonnante qu’aujourd’hui et nos politiques n’ont jamais été aussi décevants avec leurs débats de techniciens et leurs discours abêtissants.

Avec ses Chroniques pour une révolution conservatrice, Raouldebourges nous livre le compte rendu de ses lectures hebdomadaires pendant plus de dix-huit mois. Chaque semaine, il a lu un de ces livres de cette famille de pensée qui refuse le . Chaque semaine, il en a fait une recension pour transmettre. Aujourd’hui, l’ensemble forme un livre publié aux Éditions Nouvelle Marge et une véritable bibliothèque de combat apparaît sous nos yeux.

Le monde moderne est, pour l’auteur, une forme d’hydre à plusieurs têtes qui cherche à détruire l’homme et la . Ces têtes se nomment tantôt gender, tantôt , tantôt l’ de Bruxelles, etc. Et il utilise philosophes, pamphlétaires, écrivains, historiens comme armes pour empêcher le monstre de croître. Donquichottisme ? Non, Raouldebourges écrit pour transmettre à ses enfants dont il sait qu’ils ne pourront faire l’ de se battre. Comme Dantec, il sait que les guerres se gagnent d’abord en constituant une bibliothèque. C’est ce qu’il fait. Il faut boire à la source de la pensée pour résister au monde.

Raouldebourges sait aussi que seule une espérance folle peut encore nous permettre d’obtenir une victoire et c’est par l’exemple qu’il donne qu’il nous convertit. Comment ne pas espérer face à un homme qui, comme un moine copiste, se soumet gratuitement à la discipline de lire et de commenter pour transmettre, semaine après semaine ? Oui, l’homme est obstiné car on l’est toujours quand on est amoureux de son pays et de sa civilisation.

5 novembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Jaroslav et Djamila : parabole pour notre temps

La réalité est le multiculturalisme, ultime phase du libéralisme qui arrache l’être à son …