D’après les plans d’aménagement, Chapelle International, le nouveau quartier au cœur du XVIIIe arrondissement de Paris, possède tous les arguments pour attirer de nombreux habitants. Crèches, école maternelle et primaire, campus universitaire, gymnase, équipement culturel, commerces, bureaux… Tout semble avoir été pensé pour faire de cette ancienne friche ferroviaire de près de 7 hectares « un centre vivant et dynamique ».

Des logements inoccupés

Et pourtant, la réalité paraît plus bien complexe. En effet, d’après Le Parisien, il semblerait que « presque personne ne veut habiter » dans « ce quartier flambant neuf ». Sur les quelque 1.100 logements pouvant accueillir 6.000 personnes, seules « les petites surfaces destinées aux jeunes, aux étudiants, trouvent preneur », rapporte le journaliste. « On a du mal à faire venir les familles avec enfants », admet Christine Laconde, directrice de la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), deuxième plus gros bailleur social de Paris. Et ce, alors même que 47 % des logements sont estampillés habitation à loyer modéré (HLM) et que le prix au mètre carré est 20 % moins cher que dans le reste du XVIIIe arrondissement. Résultat : sur le dernier lot de logements gérés par la RIVP, plus de 70 % d’entre eux restent encore inoccupés. Outre les logements, la vente des bureaux ne semble pas obtenir plus de succès. Côté commerce, même constat. « Plusieurs gérants ont jeté l’éponge en quelques mois » faute de rentabilité, constate le journaliste du Parisien.

Crack, insécurité,

Sur les réseaux sociaux, les internautes ne semblent pas surpris du manque d’attractivité de ce nouvel ensemble urbain. « On se demande bien pourquoi personne ne veut y vivre », ironise l’un d’eux après la publication du reportage du Parisien. En cause, notamment, des problèmes récurrents d’insécurité.

En effet, seul quartier de républicaine de la capitale, la porte de la Chapelle était, il y a encore quelques années,  « le plus grand supermarché du crack en France », selon les mots de Pierre Liscia, élu du XVIIIe arrondissement de Paris. Jusqu’en 2019, date de l’évacuation définitive de la colline du crack, les riverains étaient confrontés quotidiennement à « des zombies accros au crack » et à leur dealer. Au trafic de drogue s’ajoutaient la prostitution, les cambriolages et les camps de migrants. Malgré une présence policière quelque peu renforcée, l’insécurité demeure encore présente, porte de la Chapelle. Ainsi, début juillet, à quelques centaines de mètre de ce nouveau quartier, une rixe violente faisait un et un blessé. Les riverains, lassés, dénoncent « un quotidien compliqué ».

Avec l’Arena – nouveau complexe sportif qui accueillera les épreuves de badminton et de gymnastique rythmique des Jeux olympiques de 2024 – construit à quelques pas de Chapelle International, les promoteurs du projet espèrent débloquer la situation. Mais les habitants, rencontrés par Le Parisien, se montrent plus sceptiques. « J’ai qu’une fois les JO passés, tous ceux qui, pour le moment, chouchoutent Chapelle International nous oublient », confie l’un d’eux.

Chapelle International sera-t-il « le berceau de la ville de demain », comme le laisse entendre Éric Lejoindre, maire socialiste du XVIIIe arrondissement, ou simplement un futur quartier laissé en proie à l’insécurité ?

5805 vues

19 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

15 commentaires

  1. Quelle actrice cette Anne Hidalgo ! Sur la photo elle nous fait croire qu’elle étudie un dossier !

  2. Mais de quoi se plaignent ils tous ces riverains, c’est bien eux qui ont élu Eric Lejoindre, socialiste pur jus de Science Po; depuis 2014, ils ne l’ont pas délogé en 2020….donc tout va très bien, regardons ailleurs

  3. Et Anne Hidalgo, lors de sa campagne disait en souriant : « vous avez vu ce que j’ai fait de Paris ? Eh bien je ferai la même chose dans toute la France »
    Résultat : 23.000 votes de parisiens à sa candidature

  4. L’horreur socialiste dans toute sa splendeur. Importer de nouvelles populations, ponctionner les contribuables, toujours plus d’insécurité, toujours plus de misère. Qui voudrait vivre dans ces enclaves ? Tout y sera rapidement vandalisé, détruit, mis hors d’usage et remplacé aux grands frais de la classe moyenne parisienne. Il est très loin le temps des quartiers populaires exemples de maillage social. Paris avant d’être une ville à visiter, est devenue ville à fuir.

  5. Comment croire qu’un quartier même rénové mais au coeur du Kosovo français va faire revenir des familles « françaises de souche » qui ont fui celui-ci depuis 50ans. C’est trop tard ! La « Goutte d’or » et « Barbès » ont pris trop d’ampleur. Et les nouveaux habitants, d’origine africaine essentiellement, attendront que l’Etat récupère ces immeubles neufs inhabités et les relogent gratuitement (ou presque)

  6. Encore une usine à rats, oh pardon, à surmulots, à mettre au palmarès de la mairesse et de ses sbires bobos allant du rose pâle au rouge vif en passant par le vert-de-gris !
    C’est certain que le mots « Chapelle » est tout-à-fait inapproprié, idéal pour faire fuir la clientèle préférée des « HLM-prioritaires-nouveaux-venus » de la même « Madame de la Faillite parisienne » !

  7. J’aimerais bien savoir pourquoi certains peuples ne semblent pas dérangés par le fait de vivre dans des poubelles géantes, puisqu’ils jettent leurs déchets n’importe où.

  8. Paris n’est autre que la cours des miracles du XVII fuirent le cloaque et le raquette des honnêtes gens semble a se jour la seule solution

  9. Crèches, école maternelle et primaire, campus universitaire, gymnase, équipement culturel, commerces, bureaux …En voila des surfaces à tagger, des equipements collectifs à vandaliser, des volumes à squatter …
    Il n’a pas été question d’un nouveau commissariat pour veiller sur ces installations. Oubli funeste … Comme la salle de shoot et un grand parking pour faire des rodeos au milieu des carcasses de voitures.

  10. Qui a dit : »Saint-Denis n’est Paris ! »
    En fait Paris devient petit à petit Saint-Denis !
    Quelle pub pour les JO !
    Tous le monde va se presser de regarder cela , en sécurité, du fond de son canapé.
    Les journalistes seront équipés comme des footballeurs américains pour faire face aux « locaux ».
    Hidalgo a-t-elle penser à faire appel à McKinsey ?

  11. Le Paris de Mme Hidalgo, c’est la ville complète qu’il faut fuir. Qui serait assez fou désormais pour investir dans cette ville en pleine dégénérescence; on me proposerait le logement gratuit que je n’y viendrais pas. Ca va finir en zone de « Reconquête Républicaine » miné par la délinquance et associés…

    1. On ne peut pas mieux dire, on verra sous peu des annonces : suis prêt échanger 3 pièces Paris 18eme contre petite maison à restaurer dans la Creuse.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter