La cour d’appel de Nîmes vient d’ordonner le démantèlement de sept éoliennes installées depuis sept ans sur la commune de Lunas, dans le département de l’Hérault. Ce jugement confirme l’arrêt de la Cour de cassation, il est donc définitif. La Justice impose aussi la remise en état du site sous quinze mois. Fabien Bouglé, expert en politique énergétique, militant anti-éoliennes, auteur de Guerre de l'énergie : au cœur du nouveau conflit mondial et de Éoliennes : la face noire de la transition écologique, aux Éditions du Rocher, répond aux questions de BV.

Marc Baudriller. Cette décision est présentée comme une grande victoire pour les associations de défense de l’environnement et comme une première en France. Est-ce le cas ?

Fabien Bouglé. C'est une première, car c'est la première fois que autant d'éoliennes font l'objet d'une condamnation, mais c’est la suite d’un autre démantèlement obtenu en Bretagne, à Trédias, où trois éoliennes ont été jugées illégales, avec l’obligation de démantèlement. Le promoteur avait installé les éoliennes sans attendre la fin des recours, le Conseil d’État a donné raison aux opposants : ces éoliennes ont bien été démantelées après un long parcours judiciaire et c’est très intéressant, car la facture du démantèlement des éoliennes a été d’un montant beaucoup plus élevé que l’enveloppe de caution prévue pour cela, soit 50.000 euros. On tourne plutôt autour des 500.000 euros par éolienne. Mais la décision qui vient d’intervenir est très importante.

M. B. L’inquiétude gagne cette filière. Votre combat est-il gagné ?

F. B. Ce qui est incontestable, c’est qu’on commence à avoir sur cette question des jurisprudences très favorables [aux anti-éoliennes, NDLR]. Nous disposons maintenant d’un nombre important de décisions du Conseil d’État sur le respect prioritaire du patrimoine culturel français. Récemment, le même Conseil d’État a accordé l’annulation d’un parc éolien sur le fondement de l’atteinte à l’œuvre de Marcel Proust, car des éoliennes étaient prévues dans la campagne décrite par l’écrivain. Un préfet a aussi annulé un projet d’éoliennes car il allait porter atteinte aux paysages qui ont servi de modèles aux tableaux de Camille Pissaro. Les préfets prennent aussi de plus en plus en compte l’idée que les éoliennes portent atteinte de manière excessive au cadre de vie des Français. On a obtenu des jurisprudences sur le trouble anormal de voisinage. Compte tenu de ces atteintes graves au patrimoine et au cadre de vie de nos concitoyens, il y a fort à penser que les éoliennes pourront, à terme, faire l’objet de condamnations menant à un démantèlement.

M. B. L’industrie éolienne battait de l’aile. Cette décision et cette jurisprudence, si elles se confirment, ne vont-elles pas lui porter un coup fatal ?

F. B. Depuis 2021, les actions en Bourse des principaux fabricants et exploitants d’éoliennes ont perdu entre 50 % et 80 % de leur capitalisation. Cette industrie connaît actuellement - et c’est très peu dit en France - une déroute financière incroyable : Siemens Energie, le principal fabricant d’éoliennes allemand, vient de perdre 4,5 milliards sur son exercice 2023. Le groupe a demandé le secours de l’État allemand, qui a mis 15 milliards d’euros sur la table pour garantir ses pertes. On est donc dans un paradoxe étonnant : il y a une course folle de la Commission européenne et de l’État français pour l’installation d’éoliennes alors que le coût des éoliennes est de plus en plus élevé et que les fabricants n’arrivent plus à être compétitifs, à cause de l’inflation et de l’augmentation des taux d’intérêt. Il faudrait des subventions supplémentaires, mais on a déjà donné tellement de subventions pour un résultat dérisoire... Donc, nous assistons effectivement au chant du cygne de la filière éolienne, qui se radicalise et essaie coûte que coûte de survivre.

Jusqu’à présent, nous luttions pour empêcher qu’une éolienne s’installe. Désormais, on va voir un grand courant de démantèlement des éoliennes en France. Je suis très optimiste, car c’est la fin de la pollution éolienne. J’ai bon espoir que d’ici cinq à dix ans, nous ayons accompli le démantèlement définitif de l’intégralité des éoliennes en France.

17751 vues

08 décembre 2023 à 18:00

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

71 commentaires

  1. Comme on dit chez nous, à Marseille:
    ils nous pompent l’air avec leurs éoliennes
    Laissez le mistral tranquille !

  2. Le début de la fin des éoliennes dans nos campagnes et à fleur de nos plages ?
    Alors, voyez, il y a parfois de bonnes nouvelles !

  3. Dieu vous entende!! Rien de pire à voir que ces monstres, des aberrations écologiques, le symbole parfait d’une hypocrisie majeure. Je les hais, et les paysages qu’elles défigurent sont maintenant légion.
    Derrière tout ça, il y a un cynisme épouvantable. Ceux qui ont promu les éoliennes savaient parfaitement ce qu’il en était mais surtout ce qu’ils pouvaient en tirer dans l’ambiance bobo écolo gaucho générale.

  4. Eh bien, je ne trouve pas que les éoliennes abîmeraient les paysages a priori. Elles sont en fait élégantes et on peut les aimer comme on aime en général les moulins de Provence ou ceux de Mikonos. Bien sûr, il faut tenir compte des nuisances sonores pour les riverains et les impacts sur les oiseaux. – – – – – – Par contre, j’avoue sans connaître très bien le dossier, je me réjouis de l’arrêt probable de l’implantation de nouvelles éoliennes, car leur rapport investissement/efficacité semble bien déplorable : l’argent serait bien mieux placé ailleurs, là où la préservation de la planète est réellement prise en comtpe.

  5. Bien sûr qu’il faut choisir avec attention l’emplacement de ces parcs, et que pour moi le nucléaire reste le meilleure source d’électricité. Cependant, à ceux qui pensent que ça produit 2 fois rien, je les encourage à aller consulter le site RTE Eco2Mix: C’est la visualisation en temps réel (décalé de 15 à 30 minutes. On peut aussi facilement visualiser une moyenne sur la période de dates que vous choisissez) de la production d’électricité par filière. Alors aujourd’hui dimanche 10 déc à 13h : Nucléaire 40TWh, Eolien 14TWh, Hydraulique 8TWh, Solaire 4TWh (nous sommes en hiver). Donc dire que l’éolien ne produit pas est de parti pris. bien sûr, ça dépend des jours et toutes les éoliennes ne produisent pas. Mais y’a bien toujours un peu de vent à un endroit ou à un autre du territoire. Perso je trouve que ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier relève plutôt du bon sens…si l’on souhaite être indépendant, ce qui j’imagine est le cas la majeure partie de vos lecteurs !

  6. Voici une très bonne nouvelle ! Vivement que l’on retrouve, nos belles prairies et nos belles forêts ! Et que cesse aussi la dévastation de notre littorale et notre espace marin ! Amitiés à tous Hervé de Néoules !

    1. Mais que d’argent gaspillé pour en arriver là ! Nous sommes vraiment gouvernés par des benêts.

    2. J’aimerais croire que c’est une très bonne nouvelle, mais je reste suspect quant à ce qui se câche derrière celle-ci.

Les commentaires sont fermés.