Editoriaux - People - Société - 1 décembre 2019

Bilal Hassani, la bulle médiatique qui veut survivre à ses fiascos…

Bilal Hassani vient de lancer une ligne de vêtements non genrés… Vous ne savez pas ce que c’est ? Cela veut dire des vêtements qui ne distinguent pas hommes et femmes ; unisexes, quoi…

Vendra-t-il plus de tailleurs et combinaisons que d’albums ? Celui qui nous a été présenté comme « l’idole des jeunes », comme le favori de l’Eurovision, avant de finir 14e du concours, a vendu en réalité… 3.000 albums ! Et ce, après une exposition aussi exceptionnelle que l’Eurovision ! Pour une soi-disant idole, c’est faiblard, vous ne trouvez pas ? Le bide du disque me réconforte un peu, moi qui lui trouvais autant de talent musical que le sifflet de ma Cocotte-Minute™, et qui restais médusé devant le concert de louanges qui accompagnait un temps ses lamentables prestations.

Bilal Hassani n’est rien d’autre qu’un produit fabriqué par l’oligarchie, une aubaine qui colle à merveille avec ce que l’on cherche à nous servir à longueur de journée, une ode à la sexualité décomplexée, débridée, dégenrée et musulmane ! Une incarnation parfaite de la déconstruction de la société, de l’ego postmoderne gonflé à l’hélium. De la jeunesse décadente que l’on cherche à promouvoir. Mieux que Loana, Nabilla et Paris Hilton réunies dans une télé-réalité débile. On n’en trouve pas un comme ça à chaque coin de rue. Alors, quand on l’a sous la main, on lui pardonne ses petits écarts : en l’occurrence, ce fut la divulgation de tweets antisionistes publiés deux ans plus tôt… Une erreur de jeunesse, commenta-t-on : eh oui, un Bilal Hassani, ça ne se remplace pas en claquant dans les doigts…

Mieux vaut le garder, le préserver, le chouchouter et s’en servir à fond : disques, vidéos, vêtements, demain peut-être savonnettes, liquide vaisselle, chasses d’eau, préservatifs ou gels lubrifiants à son effigie… Jusqu’à ce que la bulle éclate, faute de spectateurs…

À lire aussi

Réforme des retraites : enfumage et amateurisme du gouvernement

Qui va payer la facture de cette capitulation ? …