Le couple et Carrie Symonds – premier couple célibataire à vivre dans la résidence officielle du Premier ministre à Downing Street dans l’histoire britannique – a accueilli un fils. La naissance survient un jour seulement après le retour au travail de , qui vient juste de récupérer du coronavirus.

Le porte-parole du Premier ministre a déclaré que la mère et le bébé « vont très bien ».
« Le Premier ministre et Mme Symonds sont ravis d’annoncer la naissance d’un petit garçon en bonne santé dans un hôpital de Londres plus tôt ce matin. Le Premier ministre et Mme Symonds aimeraient remercier la fantastique équipe de la maternité du NHS (National Health Service). »

La naissance survient moins de deux mois après que Mlle Symonds a annoncé qu’elle était enceinte. Le couple a annoncé attendre un enfant pour le début de l’été sans donner une date d’échéance précise, de sorte qu’on ne sait pas si la naissance d’aujourd’hui — à la mi-printemps — est précoce ou non.

Boris Johnson et Mlle Symonds ont également annoncé qu’ils étaient fiancés depuis la fin de 2019, sans que nous en sachions plus sur une date de mariage. Après avoir été hospitalisé, Boris Johnson s’était installé à Chequers Court, une maison de campagne à l’usage des Premiers ministres, où il a poursuivi son rétablissement. Mlle Symonds a également présenté des symptômes du Covid-19 sans en avoir réellement souffert.

Le quotidien suisse Le Temps avait titré : « Ressuscité à Pâques, Boris Johnson devient politiquement intouchable. » Doutant que des scénaristes de fiction aient osé une telle accumulation de faits improbables : pandémie mondiale, milliards d’humains en confinement, Premier ministre britannique lui-même infecté, « et puis, tel le messie, sa sortie de l’hôpital le dimanche de Pâques. La vie de Boris Johnson, déjà haute en couleur, a pris un tour romanesque supplémentaire. » Nous pouvons ajouter un happy ending avec la naissance de ce fils.

Ce n’est pas le premier enfant de M. Johnson, le Premier ministre ayant déjà été marié et divorcé deux fois. Après Lara Lettice, Milo Arthur, Cassia Peaches et Theodore Apollo, le Premier ministre a, désormais, six enfants si l’on compte Stephanie, née en 2009, issue de sa liaison avec Helen Macintyre, une consultante en art. Celle-ci mena une action en justice pour maintenir le secret sur l’identité du père, mais la Cour d’appel d’Angleterre et du pays de Galles l’a déboutée en 2013, estimant que cette identité était d’intérêt public pour les électeurs. Eh oui ! quand Jean-Edern Hallier révélait la fille cachée de Mitterrand, toute la presse des faux-derches lui tomba dessus au nom de la soi-disant vie privée du chef de l’État.

En mai 2000, Tony Blair, 47 ans, et son épouse Cherie avaient eu leur quatrième enfant, Leo, alors qu’ils étaient installés au 10 Downing Street, inaugurant ainsi un XXIe siècle prolifique dans la résidence officielle.

Août 2010 : Samantha Cameron, l’épouse du Premier ministre britannique (alors âgé de 43 ans) avait donné naissance à une petite fille, quatrième enfant du couple. Le Premier ministre David Cameron avait pris une pause en 2010 après la naissance de sa fille Florence. Qu’en sera-t-il de M. Johnson, qui avait répondu « oui, presque certainement » lorsqu’on lui a demandé, en mars, s’il prendrait un congé de paternité, mais l’eau de la Tamise a coulé depuis.

Félicitant M. Johnson et Mlle Symonds pour la naissance de leur enfant, le président de la Chambre des communes, sir Lindsay Hoyle, a souligné qu’entre la bonne nouvelle et la crainte du Premier ministre en matière de santé, « 2020 est certainement une année qu’ils n’oublieront jamais ».

À lire aussi

Conservatisme : so British !

À l’ère de Boris Johnson, le conservatisme a plus que jamais le vent en poupe... …