B.B. de La Ponche à La Madrague, Marie-Madeleine à Saint-Tropez

bardot

Bardot – Et Brigitte créa B.B., série co-écrite et co-réalisée par Danièle Thompson (La Boum) et son fils Christopher, qui retrace une partie de la vie de l’actrice, de ses débuts à 15 ans, en 1949, à la naissance de son fils en 1960, n’évoquera pas la rencontre entre Brigitte Bardot et le général de Gaulle...

L’unique rencontre entre les deux Français vivants les plus connus dans le monde eut lieu à l’Élysée, un soir de 1967. Cela faisait des années que le Général, au grand dam de tante Yvonne - « Cette femme qui se promène toute nue. Mais Charles, vous n’y pensez pas !  » -, rêvait de rencontrer l’actrice de Et Dieu créa la femme qui avait déjà fait dix-sept films, on l’oublie. Pour l’édition 1967 de ce dîner annuel des Arts et des Lettres qui réunit les grands noms de la scène, du cinéma et de la télévision, était conviée Brigitte Bardot. Le Général invoque Babette s’en va-t’en guerre de Christian-Jaque, sorti en 1959 où elle incarne une héroïne de la Résistance qui se retrouve à Londres. On y cite, d’ailleurs, à plusieurs reprises le nom du Général. Ce soir-là, Brigitte Bardot arrive en « pyjama à brandebourgs », selon l’expression de Malraux. Vêtue d’un pantalon noir – peu protocolaire – et d’une longue tunique à galons. « Ah, c’est vous ! De loin, je vous avais prise pour un militaire », s’amuse alors de Gaulle.

Brigitte Bardot confiera regretter de ne pas avoir plus connu le grand général.

À propos de la série, l’ancienne comédienne qui parle toujours sans filtre a ainsi déclaré dans le JDD, en décembre dernier : « Je ne suis même pas au courant de ce truc ! Mais je m’en moque : la seule chose qui importe, c’est ma vraie vie avec moi dedans. Et pas des biopics à la con. » Comme quand elle pose avec son chien, à côté de son antique 4L, chacun arborant fièrement son gilet jaune. Bardot a toujours été une femme de tête.

Racontée en six épisodes de 52 minutes, Bardot – Et Brigitte créa B.B. est l’histoire d’une jeune fille de 15 ans qui cherche l’amour et la réussite et qui rencontre son premier amour, Roger Vadim, lui-même raide dingue de cette jolie poupée à la tête bien faite. Nous sommes à la veille de la révolution sexuelle mondiale des boomers dont B.B. deviendra l’icône malgré elle. Bardot assume sa sexualité, ne veut être ni une bonne épouse ni une mère de famille. C’est une femme amoureuse, libre, rebelle et anticonformiste, qui ne cherche pas à être un modèle, bien loin des écoféministes wokistes.

En 1956, la sortie du film de ce jeune homme, Et Dieu… créa la femme, dont Brigitte est l’héroïne, crée l’événement. Mais comme un train peut en cacher un autre, Vadim filmera jusqu’à l’abnégation la naissance du nouvel amour de Brigitte. Jean-Louis Trintignant prend toute la place. La messe est dite. Normal, l’amour dure trois ans, a écrit Beigbeder.

Dans le film culte, l'interprète de Juliette se lance dans un mambo endiablé, jupe ouverte - scène choquante pour l'époque -, qui fera date et participera à la fondation du mythe. Fiction inspirée de faits réels, la mini-série événement de France 2 réinterprète cette séquence dès le lancement de l'épisode avec, cette fois, Julia de Nunez dans le rôle de Brigitte Bardot.

« C'était rigolo parce qu'en fin de compte, il n'y a rien de choquant ! Le mambo que j'y danse a été totalement improvisé. J’ai laissé libre cours à mon instinct. J'ai dansé comme j’en avais envie, envoûtée par la musique, c’est tout ! Ça vous épate, hein ? », s'était remémoré Brigitte Bardot, en décembre 2016.

En 1973, Brigitte Bardot décide de mettre fin à sa carrière pour se consacrer au combat de sa vie : « En donnant ma vie aux animaux, ce sont eux qui m'ont sauvée, confiait-elle, en 2019, à Vogue. Ils ont donné un sens à mon existence, un sens tellement important qu'il n'a plus jamais été question, par la suite, de mettre fin à mes jours. Ils m'ont apporté la vérité, l'amour vrai. » Là où le péché a abondé, surabonde la grâce, écrivait saint Paul.

Elle mène maintenant une existence paisible dans sa villa de Saint-Tropez, La Madrague, où elle vit en compagnie de son mari Bernard d'Ormale depuis plus de trente ans. Le seul de ses hommes que personne ne connaît.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 01/06/2023 à 14:09.
Thierry Martin
Thierry Martin
Auteur, dirigeant d’entreprise, sociologue de formation

Vos commentaires

12 commentaires

  1. Au moins, contrairement à bon nombre « d’artistes » , elle n’a jamais fait semblant d’être de gauche pour pouvoir rester dans les petits papiers du showbiz!

  2. Bardot , une actrice très médiocre , avait déclaré qu elle aurait préféré accoucher d un chien lors de la naissance de son fils…et que cela ,joint a son « amour » obsessionnel des animaux m incitait a une grande réserve surle personnage…

    • Actrice très médiocre ? C’est TRÈS subjectif. La citation est à prendre avec précaution. Brigitte Bardot ne voulait pas d’enfant et s’est retrouvée piégée. Vous vous rendez compte ? Moi je ne la blâme pas, bien au contraire, et je n’émets aucune réserve. C’est une belle personne. Son amour pour les animaux n’est pas obsessionnel et, si TOUS les humains les aimaient au moins un peu, Brigitte Bardot et sa fondation — ainsi que toutes les associations de protection animale — n’auraient pas à se battre autant pour ceux qu’on nomme les sans-voix.

  3. Elle a simplement sublimé le constat de tout honnête homme  » plus je connais les Hommes, plus j’aime mon chien « .

  4. Elle a le courage d’être elle- même de ne pas jouer un rôle pour la galerie, le courage de dire qu’elle préfère la compagnie des animaux a celle des hommes ( des femmes LGBT et le reste) . Brigitte Bardot est la franchise et l’honnêteté qui manque à ce métier où tout est factice et clinquant. Elle a trouvé sa vérité dans l’amour que lui rendent ses animaux et sa fondation pour laquelle elle donne tout et qui mérite aide et respect.
    Il n’y a pas de causes justes ou injustes il n’y a que la souffrance qui est la même pour tous.

  5. Notre Brigitte (BB) est magnifique de naturel et d’amour. Il y a très très très longtemps, j’avais signé mon engagement, auprès de sa fondation, de ne plus manger de foie gras. Au cours de ma vie, j’ai sauvé de la rue une 30aine de chats et depuis plusieurs années, j’apporte mon soutien à des associations de protection animale. En cela je me sens quelque part proche d’elle. En ce qui concerne le tout dernier biopic, je croyais que la personne dont la vie est retracée devait donner son consentement ? Brigitte appelle ça des biopics à la con, mais ses fans en ont quand même été heureux !

  6. La seule , la vraie , l ‘ unique : notre Brigitte Bardot nationale et mythique ! l ‘ une des rares personnes à savoir être elle même ; j ‘ admire son courage et ses convictions pour la défense des animaux , elle a été la première à dénoncer les horreurs des abattoirs à une époque qui ne s ‘ y prêtait guère ; on est toujours heureux d ‘ avoir de ses nouvelles !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois