Avis de recherche : on a perdu le Président Macron !

51419852660_c3f55a3d1e_b

Hou hou ! Où est donc passé Emmanuel Macron ? Boulevard Voltaire se désespère, vous pensez bien ! Ces liens qui nous lient, etc. Le président de la République a disparu. Seul l’écho répond aux appels des Français. Il leur avait pourtant promis monts et merveilles, voilà quelques semaines à peine, lors des élections présidentielles. Macron avait fini par sortir, tardivement, de sa coquille élyséenne pour faire la campagne présidentielle la plus courte et la plus paresseuse de l’histoire de la Ve République. On l’a vu (un peu) entre les deux tours, un peu après aussi. Et puis, soudain, plus rien. Bip, bip, bip : les téléphones des médias appellent et sonnent dans le vide. Pfuit ! Volatilisé. A-t-il fui comme de Gaulle à Baden-Baden ? Ou comme Louis XVI à Varennes ?

Depuis les débordements du match de finale de la Coupe des champions au Stade de France, son silence s’est fait plus pesant encore. Et pourtant, le Président avait toutes les raisons de s’intéresser à la rencontre… N’est-ce pas Emmanuel Macron lui-même qui avait décroché auprès de la l’UEFA, l’organisateur de la Ligue des champions, que la finale se déroule non pas en Russie, comme prévu, mais au Stade de France à Saint-Denis, près de Paris ? L’UEFA avait remercié, fin-février, ce Président si efficace, si convaincant et si généreux « pour son soutien personnel et son engagement à relocaliser le match ». La France avait admiré le coup de génie, les fans de football avaient, l’œil humide, salué le geste du Président, les analystes avaient loué le coup politique. Ils sont surpris que le magicien Macron se soit envolé vers d’autres cieux, le week-end de l’Ascension. Il laisse courageusement sur la terre ferme ses deux apôtres, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, et Amélie Oudéa-Castéra, le tout nouveau ministre des Sports. À eux de se dépatouiller avec le dernier pataquès sécuritaire en date, celui du Stade de France à Saint-Denis. L'hôte de l'Élysée les laisse s’enferrer dans le déni, se débattre dans le piège les yeux grand fermés, tandis que la presse et les responsables politiques se déchaînent. Maudits Anglais !

Allons, on le comprend, notre Président. Il y a quelque chose de lâche chez bien des Français. Tenez, sur l’immigration, par exemple, combien de citoyens, délicats par ailleurs, préfèrent analyser les faiblesses de Le Pen, Zemmour ou Ciotti sur le dossier de l’immigration plutôt que de voter en responsabilité ? Macron fait de même, il a compris. Aux abris ! L’artillerie adverse finira bien par fatiguer ou pas manquer de munitions. Une fois qu’elle aura rappelé que le bilan macronien, en termes d’entrées sur le territoire, est le pire de l’histoire de la Ve République et que les derniers chiffres des reconduites à la frontière (OQTF) n’ont jamais été aussi bas depuis dix ans, une fois qu’elle aura constaté que la situation est, une fois de plus, hors de contrôle, elle se lassera. Ne pas bouger, ne pas sortir, ne pas remettre « une pièce dans la machine ». Ne pas, surtout, « faire le jeu du Rassemblement national » ni de Zemmour, à trois semaines des élections législatives de juin. Le sujet est sensible, la droite ne supporte plus l’abandon de ce dossier immigration-sécurité, la gauche a fait des immigrés sa grande cause et son totem. « Père, gardez-vous à gauche, père gardez-vous à droite », prévenait Philippe le Hardi lorsque son père Jean le Bon se démenait lors de la bataille de Poitiers (1356). Emmanuel Macron se garde à gauche et à droite. Il met consciencieusement la poussière sous le tapis, volets et portes fermés.

On l’imagine volontiers tournant dans ses appartements devant le spectacle des sauvageons qui enjambent les barrières. Peut-être dit-il, à la façon du Président-maréchal Mac Mahon, en 1875, devant les crues de la Garonne : « Que d’eau, que d’eau ! » Le préfet du département avait alors répondu : « Et encore, Monsieur le Président, vous n'en voyez que le dessus… ! »

Macron ne veut voir lui aussi que le dessus. Il sait bien qu’il n’a désormais plus, sur cette affaire de match, que des coups à prendre. Le mal est fait. Virer Darmanin ne réglerait aucun des soucis de sécurité et d’immigration qui pourrissent paisiblement depuis quarante ans, son premier mandat compris. Et puis, il y a ces législatives. Il sait bien qu’il est le seul et unique atout de son camp dans cette bataille. Si son image prend l’eau, le navire LREM-Renaissance passe au fond. Enfin, il y a les échéances sportives, la Coupe du monde de rugby, les Jeux olympiques de Paris. Il lui faut se tenir au-dessus des éclaboussures du match que livrent ses deux ministres pour tenir sur cette ligne impossible : les Anglais ont fauté, et seulement eux. Si cette digue si fragile saute, l’eau risque de monter jusqu’à l’Élysée. Pour l’instant, le soldat Darmanin éponge et tient la position. Jusqu’à quand ?

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 02/06/2022 à 7:20.
Marc Baudriller
Marc Baudriller
Directeur adjoint de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

108 commentaires

  1. Ce qui s’est passé au stade de Saint-Denis… Le silence du président, qui réfléchit peut-être à ce que pourra être cette « fête » 2024, les JO ! 2 ans, c’est long et court tout à la fois. Quel sera alors, l’état « d’énervement » des amateurs sportifs, des fans… un brin fanatiques ? Et quelles seront aussi les circonstances extérieures ? Demanderons-nous à la Russie d’héberger « nos » JO ? Les faits, parlent qui ne sont pas nouveaux, mais que fait notre silencieux ? Eluder ? Jusqu’à quand ? Quoi ?

  2. Si seulement il pouvait vraimant se perdre en foret pour de bon et qu’on ne le retrouve jamais…Et comme il est tellement sùr de lui il n’aura pas pensé a jeter des petits cailloux blancs.

  3. Montjoie ! Saint Denis! était le cri de ralliement des troupes royalistes qui leur assurait la victoire. » 9-3″ ! Saint Denis est entrain de devenir le cri de ralliement de tous ceux qui s’en prennent à ce qui restait de la France. Comme dans la chanson de Sardou, le nom de « France » a porté malheur à son stade et Macron ne s’en relèvera pas. Il va falloir le mettre sous surveillance jusqu’aux Jeux Olympiques pour qu’il ne nous refasse pas le coup de l’Arlésienne.

  4. Enfin une bonne nouvelle ! Le psychopathique Macron deviendrait donc introuvable ? Peut-être est-il planqué sous un banc dans les tribunes du stade de France ? Plus sérieusement, le quinquennat de trop commence bien mal ! Mais pouvait-on vraiment en douter ?… Si l’Histoire de France ne finit pas dans les oubliettes de la déconstruction « progressiste » dont il est , le maître d’oeuvre, sans doute y figurera-t-il en gros plan !

  5. en fait il participe à séminaire de reconversion pour président de l’Europe de retour sur terre car dans moins d’un mois il va devoir s’occuper des tâches ménagères d’un pays qu’il n’aime pas mais pas du tout .

  6. Disparu ? mais non , il se planque pour mieux jouer au Chef de l’Europe et détruire complétement notre beau pays ! il est en train de fabriquer une Assemblée de députés à ses ordres ( élus ou pas ) avec une petite manipulation de chiffres ( comme pour les présidentielles ) le compte y sera ! et le « dictateur dans l’âme  » pourra agir contre les gaulois illettrés , alcooliques et réfractaires !

  7. Arrêtez de nous faire rêver comme ça. On aimerait qu’il ait disparu et ne reparaisse jamais. Hélas ce n’est que du rêve…. le réveil sera douloureux.

  8. C’est pourtant simple: moins il en dit ou fait, plus il a de chances de se maintenir- voir les dernières élections-, d’autant plus que ses opposants de droite s’obstinent à rester divisés…Incompréhensible stupidité politique qui ne servira qu’à conserver l’équipe aussi disparate qu’incongrue d’un président entièrement tourné vers l’Europe et destructeur de son propre pays.

  9. Virer Darmanin ?, mais vous n’y pensez pas cher Marc, tout d’abord il faudrait déjà trouver un candidat assez vil et courageux pour aller au casse pipe, apparemment çà ne se bouscule pas au portillon, et puis faudrait le briffer consciencieusement, lui apprendre à dissimuler ce département au sein du ministère, ultra secret, composé parait-t-il d’une quarantaine de fonctionnaires chargés de collationner et triturer à laide d’un logiciel Américain les résultats des élections, passées et à venir.

  10. Mais il se cache , comme il se cachera quand on parlera Inflation ( c’est pas de ma faute si les français consomment trop , c’est pas de ma faute si les prix augmentent ) quand on parlera Immigration ( c’est pas de ma faute si les gens ne veulent pas repartir , c’est pas de ma faute si ce sont de faux mineurs) quand on parlera de Sécurité ( c’est pas de ma faute toute cette racaille , c’est pas de ma faute si vous êtes renversé par un scoot volé) etc …

  11. Au lieu de gesticuler dans tous les sens et d’être la risée du monde, notre Jupiter ferait mieux de faire le ménage dans son pays. Mais c’est vrai… nous sommes à la botte des US et nous ne sommes qu’un pion sur le grand échiquier US/RUSSIE.

  12. Pour ce jour, c’est l’annonce d’une commission « flash » sur la situation des hôpitaux. Ne nous laissons pas éblouir par cet éclair d’initiative !

  13. C’est GRAVE et IRRESPONSABLE mais peut-être va-t-il enfin comprendre qu’il est incapable de gouverner notre Pays où plus aucune solution n’est à sa portée pour maîtriser les divers dysfonctionnements qui pourrissent la NATION depuis des décennies. La TOLERANCE et les « PAS DE VAGUE » avec des peuplades non civilisées = DANGER. Il aurait fallu qu’il REAGISSE dès son 1er mandat. Il devrait reconnaître sa grande INCOMPETENCE. Mr POUTINE va certainement lui donner quelques conseils à son tour !….

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois