Editoriaux - Médias - Politique - Radio - Table - Télévision - 14 octobre 2017

Vous avez aimé Belkacem, vous allez adorer Obono !

C’est aujourd’hui un véritable principe de notoriété médiatique : plus on se répand sur les plateaux en déclarations ou propositions d’une incommensurable sottise, en provocations outrancières ou en propos absurdes, plus les radios, les journaux et télévisions vous invitent et relaient à longueur de journée cette bonne parole… Dites n’importe quelle énormité, les médias feront le reste et vous deviendrez une star politique du petit écran ou le héros d’« On n’est pas couché » ! La bêtise a toujours existé, certes, et déjà au XIXe siècle, Flaubert envisageait d’en constituer le dictionnaire. Mais notre époque semble la générer, la susciter, et nos médias avoir fait de sa quête le but suprême de leur existence.

Ainsi nous avaient-ils régalé pendant cinq ans des fadaises égalitaristes de madame Belkacem, représentante de la diversité, comme la lutte contre les stéréotypes, les ABCD de l’Égalité, l’abolition de la notation et autres innovations pédagogiques ridicules…

Mais depuis qu’elle était retournée au néant dont elle n’aurait jamais dû sortir, s’il n’y avait eu le Président Hollande, le nouveau gouvernement Macron/Philippe n’avait pas réussi à lui trouver un(e) équivalent(e) et l’on pouvait craindre que ne s’installe rapidement, dans notre vie politique, cet ennui qui, dit-on, naquit un jour de l’uniformité. Heureusement – et que tous les lecteurs des aventures de Bécassine en politique se rassurent ! -, l’opposition choisie des Insoumises et Insoumis va nous régaler en ce nouveau quinquennat en la personne de madame Obono.

Madame Obono, qui se sait à l’abri de toute critique de par son statut de victime potentielle du racisme, du fait de sa négritude, et de victime potentielle du sexisme, du fait de sa féminitude, et qui a bien compris que, pour se faire une célébrité aujourd’hui dans les médias, il faut dire n’importe quoi, et que plus c’est gros, plus ça passe, multiplie comme son inspiratrice les déclarations médiatiques ou parlementaires les plus énormes. Avec, en plus, un art de bafouiller et de noyer le poisson sous des euh euh euh qui n’en finissent pas ! À l’évidence, elle n’arrive même pas à soutenir sa propre argumentation, tant elle est dénuée de bon sens, et même de sens tout court…

Interrogée sur son soutien à Nique la France, elle qui est une députée de la France – fût-elle insoumise – redouble de euh euh euh… et lorsqu’un journaliste lui demande si elle pourrait dire “Vive la France”, elle bafouille des arguties que personne ne comprend. Heureusement, ceux qui s’en sont offusqués ont été immédiatement taxés de racisme par notre nouveau Robespierre ! Ah, racisme, que de piètres plaidoiries tu remplis de ton nom !

Revenue au Parlement, la voilà qui cherche dans la Torah des fragments de textes qui pourraient constituer des appels au meurtre, et sans doute bientôt en sortira-t-elle des Évangiles revisités par ses soins, et ce ne sera plus « Celui qui se servira de l’épée qui périra par l’épée », mais « Celui qui poignardera son prochain qui ira au paradis »…

Ou bien elle bafouille et s’embrouille à nouveau, sur un plateau, lorsqu’on lui demande si elle approuve l’attitude de ce musulman qui refuse de conduire un autobus après une femme. La journaliste a beau s’étonner, insister, elle tient bon. Pour madame Obono, le sexisme et le fanatisme religieux s’arrêtent là où commence l’islamo-gauchisme.

Et pour achever en beauté un parcours déjà bien calamiteux, la voilà qui se lançait récemment, face à une journaliste consternée, dans un parallèle des plus hasardeux entre les terroristes islamistes et les familles de la Manif pour tous ! Et il est vrai que l’on voit, tous les jours en France, des terroristes chrétiens, catholiques ou protestants, peut-être même des orthodoxes, se jeter sur des passants un poignard à la main et le leur enfoncer dans la gorge en criant “Alléluia” ou “Je vous salue Marie”.

À quand sa prochaine intervention à l’Assemblée, à la radio ou sur un plateau de télévision ? On attend avec impatience, pour s’esclaffer à nouveau et remplir le sottisier, la prochaine déclaration mémorable de madame Obono.

À lire aussi

Le coq gaulois réfractaire a résisté à l’incendie : mauvais présage pour Macron !

Le chant de ce coq évoque les trois reniements de saint Pierre. Il met en garde les França…