Des semaines qu’Emmanuel nous jouait la valse-hésitation, telle une jeune fille sur le point de perdre sa virginité : j’y vais ou pas ?

Il peaufinait sa mise en scène, aidé par un contexte « porteur » : posant ici en chef de l’Europe, là en vainqueur du Covid, au bout de la table en artisan de la paix mondiale… tellement occupé qu’il n’avait pas le temps de sacrifier à cette contrainte administrative qu’est une déclaration de candidature. Il l’avait dit, en a même fait un slogan : je serai « Président jusqu’au dernier quart d’heure ».

Et puis voilà que survient « LA surprise, celle qui, à chaque campagne présidentielle, vient bouleverser la donne et rebat les cartes du scrutin à quelques semaines seulement de l’échéance », comme disait Nicolas Beytout, ce vendredi matin (Europe1). En 2017, elle avait eu François Fillon : explosion judiciaire en plein vol.

est allé voir ailleurs. À l’Est, justement : il est entré au conseil d’administration du groupe pétrolier russe Zaroubejneft. Alors, il a commenté LA surprise du jour, celle de l’attaque de l’Ukraine par le camarade Poutine. C’est « le refus des Occidentaux » d’entendre les revendications russes concernant l’ qui a conduit à ce drame, dit-il dans un tweet, ajoutant que « cette attitude conduit aujourd’hui à une confrontation dangereuse qui aurait pu être évitée ». À quoi son ex-amie Valérie Pécresse a répondu : « Il n’est plus dans la vie française, ses propos ne nous concernent pas. »

Il est vrai que l’avis de Fillon est de ceux qu’il ne fait pas bon exprimer aujourd’hui, toute la nation étant censée se ranger derrière le Président, de Zemmour à Mélenchon en passant par Le Pen et Jadot, quitte à manger son chapeau.

Ben oui, parce que la voilà, la grande chance d’Emmanuel Macron, celle qui – en apparence – rend obsolète la campagne : le chef de guerre, père de la nation et tuteur de l’Europe, ne peut être contesté. Juste soutenu dans ses œuvres. Le conflit qui démarre le place d’office au-dessus de la mêlée, dans les hautes sphères de l’inaccessibilité. Comme le dit un de ses proches dont Le Figaro (24/2/2022) reprend les propos : « Tout le monde comprend ce que ça veut dire que d’exercer la fonction de président de la République. » Et, dès lors, « difficile de se livrer aux petites polémiques qui rythment l’ordinaire d’une période électorale. Résultat la retenue s’impose, et met la campagne sur pause. Y compris celle d’Emmanuel Macron », écrit le quotidien.

Certes, le Président ne pourra échapper à la déclaration de candidature, puisque la loi l’y contraint, mais ce sera assurément a minima. Déjà, on nous explique que l’agenda est bouleversé : Emmanuel s’est fait représenter au dîner du CRIF par son Premier ministre, et s’il inaugure samedi le Salon de l’agriculture, pas de déambulation dans les allées car l’heure est grave. Ce « devrait être cette fois de simples rencontres avec les organisations syndicales agricoles présentes sur place, pour évoquer les conséquences directes et indirectes de cette crise », notamment sur les cours du blé, des céréales et des prix de l’énergie.

Ce qu’on croit comprendre, c’est que le Président, jusqu’au dernier quart d’heure, n’aura pas de temps à perdre à dérouler et discuter son programme. Pas la peine, la situation à l’international fait le job pour lui mieux encore que la crise du Covid. L’un de ses proches résume : « Dans ce contexte compliqué, le Président peut bénéficier d’une prime à quatre valeurs : le sang-froid, la détermination, la préservation de l’unité nationale et européenne, et l’expérience. »

D’où la question : est-ce encore bien utile de maintenir l’élection présidentielle ? On pourrait la supprimer peut-être, et voter Macron par acclamations. Ça ferait des économies…

5782 vues

25 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

87 commentaires

  1. Il faut vraiment aimer les Américains !! le marché des sous marins Australiens, la mise en danger de l’Europe …se faire jeter du Mali, jeté par Poutine, et il va lui mettre sur le dos la situation où va se trouver la France, un sans faute, pardon cent fautes

  2. Macron peut remercier Poutine ( même si ce dernier ne lui montre aucune considération).
    L’Elyséen va donner sa pleine mesure dans le rôle de chef de guerre en dentelle, avec réunion à n’en plus finir, photos du Conducator mal rasé et le nez sur les cartes d’état-major etc…etc…Qui va prévenir M. Le Pen, Zemmour, Mélenchon et les autres que l’élection est pliée ?

  3. Depuis Chambéry hier soir 25 Février 2022, Eric Zemmour a lancé son Programme pour la Paix. Je lui fais plus confiance qu’au Pouvoir en Place. Dés que les pays se soumettent aux désidérata de l’Oncle Sam (les démocrates mondialistes) c’est la chienlit. Biden rêve de venir délivrer l’U.E…..Seras une 3ème fois ? Pourtant la ligne gaullienne nous en protège. Il suffit de dire Oui à Zemmour.

  4. Puisse ce dernier quart d’heure survenir dès ce jour !
    Balayé par Biden sur la question d’Australie, tenu à distance comme intrus par Poutine et ridiculisé par Bamako, Macron est une balle de ping-pong dans le monde où l’on prend des décisions. Il n’y a pas de Chef d’Etat en France actuellement.

  5. ………un Sanchez en Espagne, un Trudeau au Canada….c’est ce que l’on élit, surtout depuis 2007, en donnant au personnage élu la faculté de surpasser les pouvoirs qu’eurent L. XIV et N.1er de faire la guerre sans argent consenti par leurs conseils respectifs! Et on a eu la Lybie et le Mali: aurons-nous la peau de Poutine? ,

  6. Nous n’en serions sûrement pas là si F. Fillon avait été élu, il n’avait pas eu peur de dire que la France était en faillite !!!

  7. Macron a demandé à Poutine de dire à ses soldats de montrer leur pass sanitaire avant l’invasion et surtout respecter les gestes barrières c’est à dire de tirer sur l’ennemi à plus d’un mètre…..
    Maçon est en guerre contre le COVID ,quand les mots sont inadéquats voilà ce qu’il arrive quand une une VRAIE guerre éclate ,on a plus de vocabulaire….
    Macron est un tout petit monsieur !

  8. Je suis outrée des déclarations des « Grandes voix » d’Europe 1.
    Ces messieurs-dames considèrent que la chose est entendue. Pour Macron, ce sera « J’y suis, j’y reste ».
    Pourquoi ? Parce que :
    1. Macron est le président.
    2. Macron est le chef des armées.
    3. Macron est le président du Conseil de l’Europe.
    Ah bon !
    Mais cinq ans, ça suffit et donc :
    1. Le 24 avril à 20h00 il peut ne plus être président.
    2. Ipso facto, il ne sera plus chef des armées.
    Quant au reste, le 30 juin, ce sera FINI.
    Alors ?

  9. Macron a voulu se présenter comme sauveur du monde en allant seul voir Poutine au lieu d’organiser une réunion avec tous les acteur européens. Résultat, comme d’habitude , Poutine l’a méprisé, ignoré et Macron croit faire oublier son bilan calamiteux par ses déclarations sans importance. Et personne ne réagit u fait qu’il envoie des troupes dans les pays baltes. Le petit caporal incapable de gérer son pays , bouffi d’orgueil ira peut être jusqu’à utiliser l’arme nucléaire. Rien ne l’arrêtera.

Les commentaires sont fermés.