Comment se débarrasser des ? C’est le débat qui anime nombre de villes de France envahies par ce fléau que très peu de municipalités arrivent à juguler. À commencer par Paris où, au début de l’année, des ont été filmés en train de se balader sur la nourriture d’une boulangerie de la gare de Lyon. C’est qu’ils sont chez eux, à Paris, où l’on estime leur population à pas loin de quatre millions d’individus, soit presque deux par habitant.

Et s’ils ne votent pas encore, les rats ont leurs défenseurs au sein du conseil municipal, à commencer par le groupe des Verts dont la tête de liste, David Belliard, tweetait, en 2017 : « Non aux expérimentations sur les rats. réguler la pop. des rats ne doit ps se faire au prix de la souffrance animale ! » Ce David Belliard allié, pour les municipales, au Parti animaliste dont le lancement de campagne avait été organisé, en novembre 2019, par l’association Paris Animaux Zoopolis, défenseur acharné des rats. Une association qui n’hésitait pas à écrire, en 2018, sur sa page Facebook : « Nous devons apprendre à cohabiter avec les animaux. Les animaux sont aussi légitimes que nous à vivre en ville […] Les rats sont intelligents, territoriaux, affectueux et altruistes… Non, les rats ne sont pas nos ennemis. Nous pouvons cohabiter avec eux de manière pacifique. » Les rats sont « aussi légitimes que nous à vivre en ville », oui, vous avez bien lu. Vive le rat, en quelque sorte.

Idem à Strasbourg, où ces « charmantes » bestioles se sont invitées, lundi dernier, à la séance du conseil municipal qui s’enorgueillit de compter dans ses rangs une élue écolo spécialement « déléguée aux animaux dans la ville ».

Et que compte faire Strasbourg contre les rats qui, ici comme ailleurs, prolifèrent joyeusement ? Comme à Paris, la municipalité écolo bobo des bords du Rhin entend privilégier une « régulation douce » en créant une « mission d’information et d’évaluation pour la gestion du rat en ville », une approche « bienveillante » qui pourrait « assurer une gestion pérenne et efficace des animaux »… Oh, my God, si c’est notre élue écolo qui le dit… Sauf que ça fait des années que le problème existe dans la capitale et dans la plupart des villes de France sans que les pouvoirs publics ne parviennent à trouver une solution durable. Et avec les qui freinent des quatre fers, les rats ont de beaux jours devant eux !

Partager

À lire aussi

Il détestait le foot : hommage à Pierre Desproges

Le foot marche sur la tête et ça ne date pas d’aujourd’hui... …