Accueil Santé Coronavirus Attaque du Covid-19 : et l’Europe, dans tout cela ?

Attaque du Covid-19 : et l’Europe, dans tout cela ?

Un ennemi qui attaque violemment un pays. Et que font les alliés, alors que le traité d’assistance de l’Alliance leur fait obligation de le défendre ?

Ah oui, ils sont déjà requis dans la grande opération déjà judicieusement nommée Europe defender contre un autre ennemi bien plus menaçant qui est tapi au-delà de l’Oural !

L’Italie devient un État reclus, claustré dans sa botte. Le Covid-19 tient les clés des verrous du mur d’enceinte.

Cependant, mais avec un peu de retard, les chefs européens se ressaisissent ! Ils tentent de s’armer non pas contre cet ennemi invisible, car les contre-mesures actives sont encore quasi inexistantes, mais contre les effets secondaires de la pandémie économique.

Ils se sont « skypés » collectivement – notre Président en bras de chemise pour bien illustrer la rude tâche – et ont hardiment pris deux décisions qui restent à mettre en œuvre. D’abord, assouplir la contrainte budgétaire en ouvrant des brèches dans le rempart des 3 % de déficit. Ensuite, en créant un fonds d’aide aux économies. Fixé, pour l’instant, à 27 milliards d’euros, on ignore d’où viendront les euros de cette dotation qui représente un petit milliard par pays membre.

Les Échos rappellent que Mme Lagarde, patronne de la BCE, a revêtu les habits de pompier, à défaut d’infirmière, pour tenter de calmer les marchés qui s’emballent sur une dangereuse pente. Bon courage, Christine !

On annonce que les ministres de la Santé vont se réunir ce vendredi « pour discuter des mesures concernant le coronavirus ». Il était temps, mais l’ordre du jour paraît bien sommaire et imprécis.

En attendant, notre Président annonce, 24 heures avant, lors d’une allocution télévisée, les mesures que la France va prendre pour contenir la propagation de la contagion.

Il traite surtout et d’abord de la santé tricolore et de la solidarité nationale, avec un petit cantique de morale démagogique en nous rappelant que c’est la plus grave crise sanitaire depuis un siècle. « Priorité à la santé ! »

« Quoi qu’il en coûte » est son leitmotiv concernant les mesures économiques qui s’ensuivent. Décision, donc, nationale qui bouscule la règle de la communauté. Précisément concernant l’Europe, ce sont des vœux qu’il exprime avec un plan de relance et des diagnostics ? « Faire bloc » est davantage une prière qu’une réalité des nations qui se referment sur elles-mêmes.

De l’autre côté de l’Atlantique, Trump, qui s’y connaît en matière de fermeture des frontières, a déjà tranché, particulièrement contre les pays européens, exception faite pour la Grande-Bretagne – qui n’en est plus !

L’Amérique sera désormais interdite, à partir de vendredi minuit – heure de New York -, à toute personne ayant séjourné dans l’espace Schengen, soit 26 pays européens. A-t-il provisoirement imposé un mois d’interdiction pour permettre à ses soldats engagés dans l’opération militaire – citée ci-dessus – de retourner chez eux ?
Quitte à les regrouper un certain temps en confinement à Guantánamo, pour traitement radical…

À lire aussi

Production électrique : l’ère des alternatives

Ne serait-il pas préférable de maintenir le nucléaire et soutenir la recherche pour des én…