Editoriaux - Politique - 16 février 2019

Alain Juppé, ou la droite la plus cynique du monde

Alain Juppé était “probablement le meilleur d’entre nous” (dixit Jacques Chirac, le 5 septembre 1993). En novembre 2016, lorsqu’il se voyait président de la République, « Péju » avait même “la super pêche” ! Mais la crise sociale dite « des gilets jaunes » est passée par là. Sa ville de Bordeaux, dont il était le maire quasi historique depuis 1995, voit rouge depuis plusieurs semaines. Il déclare, alors, accepter volontiers la proposition qui lui a été faite par le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand de siéger au Conseil constitutionnel. Car celui qui fut le Premier ministre de Chirac (de 1995 à 1997) n’a jamais senti les aspirations profondes du peuple français. Ce qu’il arrive à Bordeaux arrive dans le reste de la France pour une raison précise : la gentrification au pas de charge. Juppé paie d’abord cela.

Les grèves de 1995 contre sa réforme des systèmes de retraite et de la sécurité sociale avaient sonné le glas d’une droite trop « droite dans ses bottes » et trop imbue d’elle-même. Inspecteur des finances un jour, inspecteur des finances toujours. Pourtant, il théorisait secrètement l’avènement de l’extrême centre – celui qu’incarne, aujourd’hui, le Président Macron – à travers l’image des œufs qu’on casse, mélange et cuit pour faire une omelette dont le cœur est logiquement consistant et dense, ce qui permet ainsi de retrancher aisément ses extrémités. Juppé souhaite que le gouvernement actuel de son poulain Édouard Philippe puisse réaliser, de façon beaucoup plus radicale, les réformes économico-sociales qu’il n’avait pu réaliser en 1995. Il a une revanche à prendre.

Mais nul ne pourra oublier qu’il a sciemment refoulé les personnes les plus modestes hors du centre-ville bourgeois de Bordeaux. Le géographe Christophe Guilluy avait décrit, dans Fractures françaises, le mécanisme par lequel s’opère la gentrification : “Le départ des couches populaires en dehors des grandes villes, provoqué dans un premier temps par le redéploiement du secteur industriel, s’est accéléré avec la flambée des prix de l’immobilier.” Juppé a de qui tenir en la matière : il a appliqué à Bordeaux le même cahier des charges que Chirac à Paris. Les grands groupes du bâtiment et travaux publics français ont, en effet, été gâtés par la Chiraquie du 92 (Balkany, Devedjian, Santini et Sarkozy). Et, malgré l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris (en 1999) – qui aura considérablement retardé les ambitions du secrétaire général du RPR de 1988 à 1994 –, la « droite d’argent » a toujours su se donner bonne conscience en instituant la vidéo-surveillance à chaque coin et recoin des grandes agglomérations urbaines.

La sûreté des biens et des minorités vaut toujours mieux que celle des identités et des ouvriers. Sur ce point précis, l’homme de “l’identité heureuse” a su se surpasser : ses liens avec l’imam de Bordeaux Tareq Oubrou ont beaucoup fait jaser et tranchaient tant avec ses prises de position de 1990 (« Fermeture des frontières », « suspension de l’immigration », « réserver certaines prestations sociales aux nationaux », « incompatibilité entre l’islam et nos lois »…). Assurément, “l’homme intelligent se mesure à ce qu’il sait ne pas comprendre”, comme l’avait écrit le radical-socialiste Édouard Herriot. Juppé restera le ver dans la pomme de la droite française : la désintégration de l’intérieur de la droite nationale par la droite libérale.

À lire aussi

Bellamy, le gendre idéal ?

14 % d’électeurs – ce dont est créditée la liste de Bellamy – ... un total d’à peine 2,6 m…