« Si vous souhaitez accueillir une famille de réfugiés, contactez-nous et je vous mettrai en relation avec les bonnes personnes ici ». Tel est le message adressé par Brian Chesky, directeur et cofondateur d’Airbnb, à ses hôtes répertoriés. La plateforme de réservation en ligne d’hébergements promet d’accueillir gratuitement 20.000 afghans. Airbnb paiera pour ces séjours mais a besoin de la générosité des familles prêtes à mettre leur logement à disposition des exilés. Depuis 2012, la plateforme a permis d'aider 75.000 personnes en situation d'urgence à se loger grâce à son programme Open Homes.

Si l’intention de ce directeur qui estime devoir « agir » et espère « inspirer d’autres responsables économiques à faire de même », qu’il répond à « l’une des crises humanitaires les plus graves de notre temps » est louable, l’on regrettera cependant que les femmes et les fillettes Yézidis contraintes de devenir des esclaves sexuelles et massacrées par les islamistes en Irak n’aient pas eu la chance de bénéficier d’un hébergement offert par Airbnb. Lorsque l’ a annoncé sa volonté de vouloir « désarméniser » le territoire du Haut-Karabagh, mettant ainsi tous les chrétiens de ce territoire en danger mortel, pourquoi Brian Chesky ne s’est-il pas exprimé ? Les Etats-Unis comptent 630.000 personnes sans abri, dont 67.000 anciens combattants américains. N’y a-t-il pas déjà avec ces chiffres exorbitants une vraie humanitaire à régler ?

Enfin, si certains pensent comme Sandrine Rousseau que s’il y a des Afghans potentiellement terroristes, il vaut mieux les avoir chez soi pour les surveiller, à l’inverse, le devoir humanitaire et la sécurité des personnes qui accueillent ces exilés s'imposent. Alors coup de com’ ou action sous le coup de l’émotion ? La plateforme Airbnb qui ne s'interroge pas sur les conséquences du qu'elle encourage, ne précise pas non plus combien de temps durera cet hébergement gratuit.

5258 vues

25 août 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.