Coup de tonnerre dans le milieu de la . Le site est visé par une enquête pour « viols » et « proxénétisme ». Le propriétaire du site pornographique, Michel Piron, et quatre autres personnes ont été placés en garde à vue, mardi 14 juin. François Billot de Lochner, président de Stop au porno et Liberté politique, livre à Boulevard Voltaire sa réaction.

Kevin Tanguy. Une enquête pour « viols » et « proxénétisme » a été ouverte à l'encontre du site pornographique . Est-ce que cela vous étonne ?

François Billot de Lochner. Compte tenu de ce qu’est , il est tout à fait normal de s’intéresser à ce que font les dirigeants. C'est un immense scandale. Ça a été une bonne surprise de voir la Justice se mettre en branle, car d’habitude, les défenseurs de la échappent aux attaques.

K. T. Est-ce que cet événement marque une étape dans la lutte contre la pornographie ?

F. B. C’est une étape fondamentale, car on touche directement les dirigeants. Les dirigeants ont des conduites inacceptables comme des viols, du proxénétisme ou des violences à l’encontre des actrices et acteurs.

K. T. Ce n’est pas la première fois que les sites pornographiques sont pointés du doigt. Pensez-vous que les restrictions que la France essaie de mettre en place vont porter leurs fruits ?

F. B. On est face à un problème qui semble insoluble. Il y a un puritanisme apparent. Il s'agit, en réalité, d'une contradiction absolue. Le moindre acte public sous-tendant du harcèlement sur une jeune femme entraîne une répression immédiate. Parallèlement, la société promeut ces comportements, notamment par la pornographie.

K. T. Qu'espérer, dans ce cas, pour l'avenir ? 

F. B. On voit une véritable révolte des femmes, d’un certain nombre d’institutions, et même de la classe politique. Le problème est que la classe politique s’agite, envisage de légiférer mais, en réalité, il ne se passe jamais rien. Mais je pense qu’on peut avoir une régression assez rapide de cette société pornographique.

K. T. Pourquoi est-il important de se battre contre la pornographie ? Quels sont les dangers ?

F. B. C’est dangereux pour le corps, l’intelligence, l’esprit et l’âme. La consommation détruit des vies. J’ai des témoignages de gens qui n’ont plus de vie, ne sortent plus, ils sont devant leurs écrans parfois dix heures par jour. S’adonner à la détruit peu à peu la dopamine, certaines personnes sont incapables d’envisager une sexualité saine. Par ailleurs, la femme devient un objet de consommation. Ça détruit tout sentiment normal d’un homme envers une femme. Aujourd’hui, la pornographie est reconnue par tous les analystes sérieux comme un drame. Dans le dernier sondage, 75 % des Français se disent très inquiets par la pornographie, alors qu’ils n’étaient que 20 %, il y a vingt ans.

2158 vues

16 juin 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

6 commentaires

  1. Je crains qu’il ne se passe pas grand chose ….car cela arrange bien des gens (hauts placés ) et cela rapporte beaucoup de sous .
    C’est très dangereux pour les jeunes ,pour l’avenir des couples et pour les acteurs de ces sites ….on le sait depuis longtemps ,on le dit mais curieusement rien ne se passe pour y remédier

  2. Quand on voit qui est au gouvernement difficile de croire que des mesures sérieuses vont être prises pour lutter contre la pornographie et la pédophilie .

  3. Comme faisait remarquer habilement et à juste titre Jean Lassalle (que l’on regrette déjà), « pendant le confinement on a fermé les écoles, mais les club échangistes sont restés ouverts ! »
    C’est le résumé de tout un éclairage de notre classe politique !
    Combien de nos politiques sont dans les cassettes, DVD et disques-durs de ce bon, opportunément suicidé, Harvey Weinstein ?
    Quelle douce chansonnette leur fera-t-on annoner ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter