Abaya contre laïcité, le Nouveau Front populaire relance le combat

© Capture écran TikTok
© Capture écran TikTok

Les vacances scolaires débutent à peine que la rentrée de septembre fait déjà l'actualité. Le Nouveau Front populaire, fort de ses 187 députés fraîchement élus, a décidé de remettre le sujet de l’abaya sur le tapis. Après une rentrée 2023 houleuse, suite à la publication de la circulaire Attal, alors ministre de l’Éducation nationale, pour interdire le port de ces vêtements « qui manifeste ostensiblement en milieu scolaire une appartenance religieuse », comme indiqué dans le Bulletin officiel du 31 août 2023, le NFP remet de l’huile sur le feu.

Ce lundi 8 juillet, Rodrigo Arenas, député de la dixième circonscription de Paris, était sur le plateau d’Olivier Truchot dans BFM Story. Il a relancé le débat. Il a d’abord affirmé : « Le Nouveau Front populaire est pour la loi de 1905 et la loi de 2004, donc il n’y a pas de sujet là-dessus. » Après cette référence à la séparation de l’Église et de l’État et au principe de laïcité, il a déclaré : « La laïcité, ça ne se résume pas à une histoire de chiffons. » En l'occurrence, les « chiffons » sont les qamis et l’abaya dont certains musulmans aiment se vêtir.

L’abaya, un chiffon laïque ?

Olivier Truchot, le journaliste, tente à plusieurs reprises de savoir si le NFP va continuer à interdire ces fameuses tenues ou non. Le député tourne autour du pot. Il prétend que les chefs d’établissement pouvaient, avant la circulaire, interdire ces vêtements « quand ça portait atteinte et quand ça perturbait l’ordre public ». Il a sans doute raison mais, comme le fait remarquer le journaliste, cette circulaire était demandée par les chefs d’établissement « pour être protégés ». Rodrigo Arenas ne veut pas l’entendre. Il considère qu’il y a « des choses qui ne se régulent pas parce qu’il y a des choses qui se gèrent d’un point de vue humain ».

Enfin, il rappelle « qu’un élève ne peut pas venir dans un établissement avec un signe ostentatoire à caractère religieux ». Par cette phrase, il insinue que ces vêtements ne sont peut-être pas véritablement des tenues musulmanes alors même que le Conseil d’État a levé ce doute en jugeant que le port de l’abaya et du qamis « s’inscrit dans une logique d’affirmation religieuse ».

Vers une rentrée difficile pour les chefs d’établissement

Un retour en arrière qui n’est pas du goût de tous. Le directeur d’un lycée marseillais, interrogé par BV, confie : « Au début de l’interdiction, il y a eu des tensions mais les élèves ont finalement intégré la nouvelle règle et le sujet était quasiment clos. Maintenant, si la circulaire est supprimée, les chefs d’établissement qui voudront interdire l'abaya vont avoir des difficultés à le faire. » Il ajoute : « Les élèves et les parents vont vouloir faire pression sur les établissements et les directeurs ne pourront plus se ranger derrière la loi. Pour beaucoup, la rentrée s’annonce très compliquée. » Comment lui donner tort ?

Revenir sur l’interdiction voulue par Gabriel Attal est un pas en arrière pour la laïcité, mais également dans le soutien apporté par l’État aux chefs d’établissement. Évidemment, cela met aussi un coup d’arrêt au retour du port de l’uniforme, un projet aussi porté par l’actuel Premier ministre lorsqu’il était en poste à la rue de Grenelle. Et encore, ce n’est rien, l’école est une toute petite partie de ce que peut et veut dégrader le Nouveau Front populaire. Comme l’a écrit Marc Baudriller, avec le NFP, « préparez-vous au pire ». Ce, sur bien des sujets.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 10/07/2024 à 23:29.

Vos commentaires

37 commentaires

  1. Les Frères Musulmans ne pouvaient pas rêver d’adversaires aussi idéaux que les profs ! Les enseignants Français sont depuis la Commune de Paris la cause de nos problèmes. La science n’a de valeur à leurs yeux que si, et seulement si, elle peut servir à détruire la société libérale capitaliste dénommée société bourgeoise en bon langage marxiste. Les manuels scolaires ne traitent que de sujets susceptibles d’accréditer cette idée. Plus le niveau s’effondre et plus on se dirige enfin vers le Nirvana de l’égalité entre enfants de pauvres (bons et travailleurs) et gosses de riches (petits morveux nés avec une cuiller en argent dans la bouche)… Or à force de démolir le réel, on se trouve fort dépourvu quand la bise islamique fut venue. Les bases scientifiques des programmes scolaires étant plus que discutables (et je suis très indulgent), idéologie wokiste, escrologiste, malthusianisme, maths modernes, méthode globale, etc. etc. , les islamistes ont beau jeu de dire que le contenu de leur méphitique bouquin vert détient, lui, la vérité avec un « V’ majuscule. De plus, faute de candidats, l’éducation national embauche de plus en plus de profs incultes et ne possédant pas la culture générale suffisante pour battre en brèche les arguments religieux soulevés par leurs élèves. Quant au respect de la discipline, n’en parlons même pas.

  2. Envisager ces accoutrements d’un autre âge sous le seul prisme de la laïcité est insuffisant car il ne permet pas d’affronter le problème existentiel qui nous est posé. Ainsi, on devrait interdire ces tenues, pour les femmes, mais également pour les hommes, dans l’espace public et dans la rue. Ataturk et Nasser les avaient interdit, au motif qu’ils contreviennent au principe fondamental d’égalité entre les hommes et les femmes. Les cours de laïcité à l’école sont perçus par les collégiens comme la physique quantique peut l’être pour Monsieur et Madame Toulemonde. Par contre, si on explique aux collégiennes et aux lycéennes que se déguiser de la sorte revient à ne pas être l’égale de leurs camarades masculins, je pense que le ressort sera autrement puissant.
    L’autre élément sur lequel il faut absolument travailler dès l’école c’est sur la déconstruction des croyances inculquées par les familles et qui sont contraires aux principes scientifiques les plus élémentaires. Autrement dit il faut faire avec cette religion ce que la 3ème République a fait avec le catholicisme. Religion et sciences n’ont pas être mis sur le même plan. Faire cela revient à générer des réactions hostiles dues à la dissonance cognitive entre ce que ces ados se voient inculquer à la maison et ce que l’école doit leur transmettre d’un point de vue scientifique. D’éventuelles réactions hostiles me semblent être le prix à payer pour cela. Mais la situation est suffisamment grave pour que l’on puisse accepter ce risque.

  3. Le RN est un parti politique qui ne pratique ni ne préconise la violence, en face le NFP est un quarteron de gauche qui comprend LFI , et les Ecolos , deux partis dangereux .
    LFI brandit plus souvent le drapeau palestinien que le drapeau français , pratique la violence dans les rues , protège l’islam conquérant , pratique l’antisémitisme.
    Les Vert , pastèque (vert à l’extérieur et rouge gauchiste à l’intérieur) ou kiwi (vert à l’extérieur et vert islam à l’intérieur).

  4. Mettre la patrie en danger, ils s’en contrebalancent. Dans pas si longtemps, il n’en demeure pas moins qu’ils devront céder leur place : « Noir, c’est noir », comme le chantait Johnny. Mais un tout autre mot peut faire l’affaire aussi. Il sera trop tard pour venir pleurer.

  5. Les costumes régionaux seront il eux aussi acceptés dans les établissements scolaires? quel beau spectacle de voir le costume de Mireille dans les lycées d’Aix en Provence, ou la coiffe des bigoudens à Quimper, ou le joli noeud noir des alsaciennes , et la liste n’est pas exhaustive.

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois