« Qui cette statue a-t-elle blessé ? Quel autre pays au monde est en train de détruire ses symboles ? Je crois que nous avons besoin de retrouver le sens de notre identité », rappelait le philosophe et député européen François-Xavier Bellamy, samedi, à La Flotte-en-Ré. Car cette Vierge est, en effet, un vrai symbole et pas seulement religieux. Elle est notre identité.

Une nouvelle fois, la Vierge Marie est la cible de la Libre Pensée. Le 3 mars, ce groupuscule procédurier et sectaire va, sans doute, obtenir du tribunal administratif de le déplacement d'une statue vers un domaine privé. Sa vue au débouché d'un carrefour est insupportable !

À La Flotte, petit port charmant de l'île de Ré, cette statue en pierre de la Vierge avait été érigée à l'une des entrées du village, suite à un vœu formulé durant la Seconde Guerre mondiale. La statue avait été détruite par un automobiliste en mai 2020 et reconstruite par un artiste local à la demande du maire Jean-Paul Héraudeau. L'édile expliquait au Phare de Ré : « S’il n’y avait pas eu cet accident en mai 2020, nous n’aurions jamais eu cette discussion. On parle bien d’un mobilier urbain, patrimonial, qui a été remis à sa place. » Claude Biardeau, président de la Libre Pensée 17, affirme au contraire que, quoi qu'il arrive, cette statue contredit la loi de 1905 qui interdit l'installation de monuments à caractère religieux sur le domaine public. Il a même déclaré aux juges de que « si cette statue fait référence à la Seconde Guerre mondiale et à ceux qui ont survécu, n’oublions pas que ce conflit a brassé de multiples confessions ».

Souvenons-nous de la statue de Jean-Paul II déplacée à Ploërmel, du calvaire interdit à Plorec-sur-Arguenon, de la statue de l'archange saint Michel déplacée à la demande des juges, de l'imposante Vierge de Publier en Haute-Savoie qui, en 2016, a fait l'objet d'un grand déplacement...

À La Flotte-en-Ré, il ne s'agit pas là d'une œuvre d'art exceptionnelle mais d'une simple statue de 1,80 m qui rappelle, effectivement, les racines profondément chrétiennes de la France, malgré une déchristianisation dont doivent se réjouir les libres penseurs. On peut, au passage, se demander quelles sont les vraies motivations de cette société à quelques jours des présidentielles.

Reste à espérer que les juges du tribunal administratif de Poitiers suivront l'exemple de leurs confrères de Savoie. Les juges savoyards ont en effet débouté six habitants de leur demande : ils souhaitaient déplacer, en 2014, une statue de la Vierge sur le territoire d'une autre commune, Saint-Pierre-d'Alvey.

14 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 9 votes
Votre avis ?
31 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires