Pouvoir d’achat, politique sociale, sécurité intérieure, toutes les armes sont bonnes pour Éric Zemmour et ses partisans afin de conquérir le vote des français. Ce samedi 5 février, la bataille était lilloise. La métropole du Nord, bastion socialiste chaudement gardé par Martine Aubry, constituait une étape importante pour la marche vers l'Élysée de celui qui a bousculé le jeu politique français. Arrivé dans l’arène en octobre dernier, Zemmour a planté ses piolets dans la roche et ne compte pas les décrocher de sitôt, sa stagnation sondagière pouvant évoluer à tout moment.

Tant pis si Martine Aubry ne juge pas « bienvenue » la présence d’Éric Zemmour dans sa commune ! Lille était, pour le candidat conservateur, l’occasion de passer en revue ses troupes, notamment ses dernières et toutes fraîches recrues. L’eurodéputée guadeloupéenne Maxette Pirbakas, qui vient de rejoindre les rangs de Reconquête, a ainsi livré un plaidoyer en faveur des ultramarins « oubliés des politiques métropolitaines depuis trop d’années », tandis que Gilbert Collard, ancienne figure majeure du Rassemblement national désormais passé, lui aussi, sous giron zemmourien, s’en est donné à cœur joie pour réjouir une foule déjà surdynamisée. L'avocat a multiplié piques, punchlines et provocations envers Mme Aubry, la « gauchiste » qu'il dit jalouse de la faculté d’Éric Zemmour à remplir les salles là quand le maire de Lille comblerait, selon lui, à peine « un Abribus™ ».

Quant à l’ex-LR Guillaume Peltier et à son premier soutien de poids Philippe de Villiers, leur rôle était sans ambiguïté : peaufiner la stature de celui qui se rêve en premier opposant à Emmanuel Macron et renforcer l’image d’un homme que certains continuent à trouver « trop clivant » ou « pas assez présidentiable ». Appuyé sur ses « 36 ans d’amitié avec Éric Zemmour »? Villiers a vanté cet « enfant adopté par la France » qui, pour lui rendre la pareille, « la bercera dans ses bras toute sa vie ».

Une nouvelle mesure en faveur du pouvoir d’achat

Au climax de son intervention, alors que les « Zemmour Président ! » et les « Ben voyons ! » se confondaient dans le brouhaha assourdissant d’un Grand Palais de Lille plein à craquer, le candidat de Reconquête a annoncé officiellement une nouvelle mesure phare de son programme : la « prime zéro charge ». Pensée pour alléger le portefeuille des travailleurs sans alourdir la fiscalité des employeurs, cette sorte de prime de fin d’année figurerait comme « un treizième mois, mais aussi un 14e et 15e mois ». Dénuée de toute cotisation fiscale, patronale et salariale, la prime ne couterait « que » 3.000 euros brut à l’employeur, qui pourrait ainsi récompenser ses salariés sans se ruiner.

La démarche d’Éric Zemmour résonne comme une charge frontale envers ses détracteurs socialistes qui, lorsqu’ils ne le qualifient pas de « fasciste xénophobe », perçoivent en lui un ultralibéral au service du grand patronat. Zemmour voit dans cette mesure « une révolution économique et sociale » et espère attirer vers lui la partie de l’électorat RN encore méfiante à l’égard de cet urbain jusqu’alors assez frileux en matière de politique sociale. Cette image d’urbain déconnecté de la réalité des ruraux populaires, Zemmour veut s’en débarrasser. Il a ainsi confirmé son projet de « bourse à la naissance » de 10.000 euros qu’il distribuera à chaque famille rurale qui mettra au monde un enfant. Une idée concrète destinée à la « France des territoires ». Dans un élan très trumpiste, Éric Zemmour a aussi promis à cet électorat qu’il prendra le chemin inverse des écologistes : « Vous garderez vos voitures et je vous aiderai à financer vos trajets. » Indigné par « l’injustice » qui existe entre « urbains » et « ruraux » en matière de remboursement des trajets professionnels, Zemmour promet la fin des taxes sur le carburant et le financement à 50 % par l’employeur des coûts de carburant du trajet domicile-travail…

Le meeting de Lille restera dans les mémoires comme une étape majeure de la campagne d’Éric Zemmour. Alors que les antifas s’écharpaient avec la police devant le Grand Palais, le journaliste devenu politique a lancé un assaut décisif sur un électorat qui lui échappait encore : celui de la ruralité paupérisée. Avec son équipe de fidèles compagnons, Éric Zemmour poursuit sa route vers le premier tour d’avril tout en continuant d’électriser ses militants.

5581 vues

5 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

128 commentaires

  1. Il a raison, une « révolution conservatrice », voila notre voie. Evidemment, l’expression peut provoquer des « commentaires », mais l’essentiel, c’est d’avoir raison.

  2. Zemmour a un veritable talent , du charisme, de la culture, de la constance de la sincerité et l’amour de la France. est ce que ce sera suffisant ?

  3. De meeting en meeting Zemmour s’affirme, densifie sa stature présidentielle et excelle en art oratoire ! Bravo à lui pour ses excellentes prestations et sa grande maîtrise des sujets et du verbe! Encore un meeting vibrant de ferveur dans une salle comble.

  4. Il y a bien longtemps que nous n’avons entendu l’accent de la sincérité dans un meeting politique, voilà cela est fait.

  5. Monsieur Eric Zemmour un homme d’exception. Enfin de l’espoir pour notre pays.
    Monsieur Zemmour à 100%.

  6. Eric Zemmour a été applaudi par une salle « remplie à craquer  » dites vous (en ne comptant par inadvertance que 4.000 personnes ?)
    Il est essentiel de rappeler que pour lui , les Français musulmans sont nos frères et nos concityens à 100% , s’ils reconnaissent dans la sphère publique la prééminence des lois du pays sur la charia.

    Telle est sa conception chaleureuse d’une France fidèle à elle même.

  7. Correction le zénith de Lille c’est 8000 places pas 4500, Le sondages comme disait Coluche c’est pour que les gens sachent quoi penser, mais ça c’était en 1981. Si Zemmour n’est pas élu, je quitterais la France à mon grand regret, j’ai les moyens de le faire, mais je serais triste pour mes concitoyens qui eux devront rester et voir notre patrie s’enfoncer dans le néant.

  8. Meeting REUSSI ! Il a été excellent en tous points. E.ZEMMOUR incarne la Force, l’Autorité, la Volonté, la Sincérité et plus encore… Il a tout ce qu’il faut pour GOUVERNER et remettre en BON ETAT notre PAYS au bord de l’abîme.

  9. Vu de Wallonie, l’état de déliquescence de la France fait peur. Il est clair qu’Eric Zemmour amène de nouvelles idées (enfin disons qu’il dit tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas) mais, sans expérience politique il n’est pas sûr qu’il puisse faire un bon président. Les Français n’ont-ils justement jamais songé à retirer du pouvoir à leur président, qui semble omnipotent ?

  10. J’émettrais un bémol sur le terme « conservateur » utilisé dans votre papier…. Pour un candidat qui bouscule l’ordre politique habituel, n’utilise pas comme c’est l’usage la langue de bois, trace son sillon sans se soucier de la bien-pensance des médias mainstream, le terme est absolument mal choisi et même contraire à la réalité.

  11. Je corrige une petite erreur, ce n’est pas 4500 personnes qui étaient présentes à Lille mais 8000.
    Je regarde, J’entends ce discours, au fil du temps, je sens que mon attention diminue, L’ambiance, l’énergie de Z, ses paroles, sa gestuelle me rassurent, l’espoir renaît.
    Je pense ses propos depuis si longtemps et me demander s’ils sont partagés !
    Quand un air vous possède
    Il faut chanter avec lui
    Chanter à vos amours
    Qui renaîtront un jour
    Vous aimerez sa mélodie
    Merci Z

  12. MLP a fait la faute qu’il ne fallait pas faire et je ne suis pas surprise ….Critiquer Z . C’est le b à ba en politqique

  13. On ne sait pas ce qui se trame en coulisse mais ça ne doit pas être bon pour « Z ». Si la ferveur populaire s’exprime pour lui, des pièges tordus se façonnent en catimini pour mettre un terme au danger qu’il représente, et les roitelets au pouvoir doivent le renverser avant qu’il ne renverse la table. Mais les combinards ont plus d’un tour dans leur sac et il est à craindre qu’un coup bas (imparable ?) vienne anéantir les espoirs d’une grande majorité de vrais citoyens.

    1. Aucun coup bas ne sera imparable tant qu’il mobilisera les foules. Il restera seulement l’élimination à la Kennedy, mais aucun de ces couards n’osera.

    2. Effectivement, à voir le dernier coup bas avec Mr UBEDA, trop efficace ; on lui met dans les pattes, allez un petit coup de viol fera l’affaire.

  14. Cette pauvre Marine n’arrive pas à la cheville de Zemmour , c’est dommage qu’elle ne veuille pas débattre avec lui elle a bien trop peur d’être ridicule .

Les commentaires sont fermés.