Entretien - Politique

Emmanuelle Duverger-Ménard : « Je suis venue à l’Assemblée défendre des convictions ! »

Emmanuelle Ménard, élue députée grâce à une véritable union des droites, vient de faire sa rentrée à l’Assemblée nationale.

Elle réaffirme sa volonté d’être « un pont entre le FN et la droite plus classique ».

Venue défendre des sujets rattachés au territoire biterrois, elle entend aussi agir, sur le plan national, pour la protection des plus faibles, des retraités menacés par l’augmentation de la CSG, pour la sécurité, l’éducation et les valeurs familiales.

Hier, c’était la rentrée à l’Assemblée nationale. Vous étiez assise sur les bancs à côté de Jean-Luc Mélenchon, l’ordre alphabétique aidant. Comment s’est passée cette rentrée ?

Ça c’est très bien passé. C’était impressionnant. C’était émouvant. C’était dans un lieu chargé d’Histoire et d’âme. Monsieur Mélenchon a été très courtois avec moi.

On parle beaucoup de l’immense majorité qu’a obtenue Emmanuel Macron à l’Assemblée. Des gens sont aussi dans l’opposition, vous en faites partie. Sur quel sujet vous apprêtez-vous à agir et à parler à l’Assemblée nationale ?

Les sujets sont multiples. Certains sujets sont d’ordre national et d’autres sont plus rattachés au territoire biterrois que je défends et dont je serai la porte-parole.
Sur les questions nationales, qui intéresseront plus particulièrement les lecteurs et les auditeurs de Boulevard Voltaire, je serai évidemment très attentive à la protection des retraités. Monsieur Macron veut mettre en place cette augmentation de la CSG. Elle va toucher les retraités soi-disant aisés. Je pense qu’en touchant 1200 euros par mois, on ne se dit pas très aisé. Monsieur Macron n’a jamais dû toucher 1200 euros par mois dans sa vie.
Évidemment la protection des retraités sera une de mes priorités, mais il y aura également la lutte contre l’insécurité. J’y suis très sensible. Cela a aussi été un de mes chevaux de bataille pendant cette campagne électorale. J’ai déjà commencé à rencontrer plusieurs interlocuteurs sur le territoire biterrois.

Une autre question se pose, celle des alliances. Nous avons un peu de mal à y voir clair. Vous avez été élue sur une liste d’alliance des droites. Qu’en est-il à l’Assemblée ? Allez-vous réussir à vous entendre avec d’autres députés ?

C’est effectivement ce qui a motivé la fin de semaine dernière et le début de cette semaine. Beaucoup de rencontres, de nombreux contacts téléphoniques pour pouvoir constituer un groupe. Malheureusement, nous n’y sommes pas arrivés, mais je ne me déclare pas vaincue.
J’ai été élue sur une liste d’union des droites soutenue par six partis politiques. Pour moi, c’est très important. J’espère que je pourrai être le pont entre cette droite représentée par le Front national et la droite plus classique. J’y suis très attachée. Les contacts que j’ai pris sont bons. Il est peut-être encore un peu trop tôt, mais je pense que lorsqu’on se sera tous mis au travail, les différents députés verront que l’on connaît nos dossiers, que l’on est vigilant sur des sujets comme la sécurité, la protection des personnes les plus faibles ou les plus défavorisées.
C’est cette capacité de travail qui nous permettra de gagner en crédibilité. Les œillères et les a priori que certains ont à notre égard tomberont alors petit à petit. On pourra alors travailler tous ensemble.

Vous étiez ce matin en face de Léa Salamé. Elle vous a posé une question étonnante. Elle vous a demandé si vous étiez venue défendre les idées de votre mari, ici à Paris au palais Bourbon. C’est cela que vous êtes venue faire ?

Évidemment, non. J’ai été très surprise de la question. Je pense que cela s’est entendu, parce que je n’ai pas pu m’empêcher d’éclater de rire à l’énoncé de sa question.
Je ne suis pas là pour défendre les idées de mon mari, Robert Ménard, que tout le monde connaît à Boulevard Voltaire.
Je suis là pour défendre le territoire biterrois, mais le mandat de député, c’est aussi un mandat national.
Je suis là aussi pour défendre des convictions sur lesquelles les électeurs biterrois m’ont fait confiance. Ces convictions, vous les connaissez. Elles concernent la sécurité, l’éducation, les valeurs familiales… C’est cela que je défendrai à l’Assemblée, pas les idées de mon mari.

POUR ALLER PLUS LOIN