Editoriaux - Médias - Santé - 13 mai 2018

Préserver notre Terre est possible, mais pas avec du vent !

Nous consommons trop d’énergies fossiles, de métaux rares, nous voudrions que cela cesse. Sachons que protéger notre planète, la garder propre est possible et qu’il existe des sources d’énergie renouvelables éternelles.

Non, pas l’énergie du vent ! À grande échelle, l’énergie éolienne impose que 82 % de l’énergie soit produite avec du gaz… avec du lignite ou du charbon, comme en Allemagne. Il n’y a malheureusement pas de vent « toujours quelque part ».

De plus :
– l’éolien est nocif pour la santé, les riverains souffrent par le bruit, les infrasons, l’effet stroboscopique ;
– l’éolien consomme en masse des métaux rares en voie de disparition ;
– l’éolienne, même quand elle tourne, ne produit le plus souvent rien ;
– l’éolienne doit être accompagnée de centrales thermiques polluantes : il n’y a pas de vent quand on a besoin d’énergie et ces centrales doivent être au moins en stand-by 100 % du temps ;
– l’Allemagne n’a jamais autant pollué que depuis qu’elle a beaucoup d’éoliennes… Ses nuages de pollution arrivent sur la France ;
– l’éolien rapporte des fortunes (jusqu’à 600 % de bénéfice sur investissement par an, en Belgique) aux promoteurs ;
– l’éolien coûte des fortunes aux citoyens qui payent l’électricité de plus en plus cher.

Quelques réelles solutions sont au point mais pas encore industrialisées (à cause du souvenir de Tchernobyl et de la publicité pour l’éolien). Ces sources d’énergie ne sont pas connues du public car les énergies vertes « autorisées » rapportent gros et les médias sont payés pour vanter leurs mérites.

Le photovoltaïque en couches minces de moins en moins cher pourra bientôt couvrir nos toits grâce à des tuiles adaptées.

La géothermie fait d’énormes progrès grâce aux techniques de plus en plus performantes. Le magma de notre Terre est inépuisable, on a réussi à l’atteindre et à l’exploiter en Islande.
Les centrales nucléaires civiles de 4e génération, sans le moindre danger, même en cas d’accident grave ou d’attaque, peuvent consommer l’uranium des océans disponible pour des milliers d’années et aussi les déchets des centrales précédentes. Elles sont déjà en production en Russie, en Chine, bientôt en Inde et au Canada… Ce dernier pays pouvait livrer à l’Iran une technologie nucléaire évitant toute dérive vers les armes nucléaires (les CANDU).

Nul ne sait quelles vraies solutions seront les plus efficaces. En attendant, préférons les centrales au gaz « turbine-vapeur » au couple hyper polluant éoliennes–centrales au gaz « turbine simple ». Ces dernières centrales sont souples, indispensables aux perpétuelles variations du vent, consomment deux fois plus que les « turbine-vapeur »… comme une voiture en centre-ville consomme plus que sur route.

Il est important d’épargner l’électricité en réduisant notre consommation par l’isolation des maisons, les lampes économiques, le pull… de nous instruire pour éviter que des lobbies sans scrupules nous imposent la ruine, la pollution, la maladie.

Commentaires fermés sur Préserver notre Terre est possible, mais pas avec du vent !

À lire aussi

Une « canicule » bien commode pour continuer la propagande sur le réchauffement

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleSelon la météo, la vague de chaleur de 2018 se…