Philippexit

Le Front national, un parti comme les autres ?

Journaliste, écrivain
 

La démission de Florian Philippot du Front national n’a pas fini de faire causer dans les chaumières et sur les plateaux de télévision. L’occasion d’y voir un brin plus clair ?

Quand les médias affirment que le Front national n’est pas un parti comme les autres – ce que prétendent également ses dirigeants –, c’est assez vrai ; mais pas forcément de la manière dont on l’entend communément. Deux raisons, pour commencer, voulant que la marginalité attire fatalement les marginaux et l’adversité les fortes têtes, cocktail par nature explosif auquel s’ajoutent encore deux autres raisons : la dimension familiale et amicale de sa direction. C’est à la fois la principale force et l’indéniable faiblesse du Front national.

Chez les concurrents, bien sûr que l’affect et la psychologie jouent sur le bon ou le mauvais cours des événements. Mais chez les lepénistes, cette dimension humaine est encore plus exacerbée. On s’y aime, on s’y déchire. On s’y fâche, on s’y réconcilie. On y pratique la culture du secret, on s’y donne en spectacle.

Jean-Marie Le Pen n’est pas le premier homme politique divorcé de France ; c’est le seul dont l’ex-femme a posé nue dans Playboy. Le Front national n’est pas le seul parti de France à avoir connu une scission ; c’est le seul dont le siège était tenu par des hommes en armes. Les « fils de » et les « filles de », les concubins et les conjointes, les épouses et les maris sont légion en politique, surtout en France ; mais le Front national demeure unique en son genre.

Le père pousse sa fille à la présidence du mouvement. Elle est aidée à la manœuvre par deux de ses beaux-frères – Samuel Maréchal et Philippe Olivier, chacun leur tour en disgrâce et en cour –, avant d’exclure son père dans un de ces psychodrames familiaux coutumiers des habitués de Montretout. Puis, Marine Le Pen dirige le Front national avec, entre autres proches, son compagnon, Louis Aliot, et un Florian Philippot victime, lors de leur première rencontre, d’un « coup de foudre amical et professionnel ». Pendant ce temps, c’est la nièce, Marion Maréchal-Le Pen – fille du Samuel Maréchal plus haut évoqué –, qui crée la surprise, encouragée par son grand-père, Jean-Marie Le Pen.

Saupoudrez le tout de rumeurs de liaisons homosexuelles dont l’influence politique dépasserait le simple cadre récréatif et tous les ingrédients sont idéalement réunis pour une parfaite série télévisée, quelque part entre Game of Thrones et La Famille Adams. À ce détail près qu’on aurait beau jeu de prétendre que les scénaristes sniffent en cocaïne l’équivalent du PIB des Hauts-de-Seine.

Pourtant, ce sont aussi ces liens qui sont l’atout de cette formation. Ils lui permettent de tenir bon par gros temps, de se serrer les coudes et de toujours – pour l’instant ? – rebondir. Gilbert Collard, nouveau venu dans cet univers impitoyable, n’a pas tort de voir en la démission de Florian Philippot « une fracture relationnelle plutôt qu’une divergence de vues ». En revanche, Robert Ménard, lui aussi novice en la matière, se berce peut-être un peu d’illusions lorsqu’il déclare : « Maintenant, à Marine de ne pas faire du Philippot sans Philippot. Il faut surtout et avant tout ne plus reprendre sa ligne politique. »

Car, une fois encore, la ligne « ni droite ni gauche » remonte à 1995, théorisée à l’époque par le même Samuel Maréchal, alors patron du Front national de la jeunesse ; Florian Philippot n’ayant donc fait que théoriser ce que Marine Le Pen défendait de façon plus instinctive. À cet égard, la collection complète de L’Aviso, le journal de son association d’alors, Générations Le Pen, prônait déjà la même ligne et ne professait qu’un mépris souverain pour cette hypothétique union des droites.

Pareillement, c’est de concert, après l’élection présidentielle de 2002, que Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen décidèrent d’entamer le processus de ce qu’on allait appeler la « dédiabolisation » du Front national, allant même jusqu’à envisager d’en changer le nom. Rien de bien neuf sous le soleil, donc.

On conclura en disant qu’en politique, la dynamique compte plus que cette union censée faire la force. Une dynamique qui semble, pour le moment, connaître un sérieux coup de mou. Ce ne sera pas le premier ; encore faudrait-il que ce ne soit pas le dernier. Là est toute la question.

POUR ALLER PLUS LOIN