Editoriaux - 17 août 2018

Des ponts vont-ils s’effondrer en France ?

Quand une catastrophe se produit, éclate aussitôt une polémique sur ses origines et sur le thème « Aurions-nous pu l’éviter ? » Le pont de Gênes ne déroge pas à cette habitude. Les thèses sur son effondrement fleurissent : on incrimine la conception. Ce viaduc est, en effet, suspendu, mais sans câbles, qui étaient remplacés par du béton précontraint, c’est-à-dire qu’on lui interdisait de bouger par des moyens mécaniques. Ce type de construction est-il sûr ? Certains l’incriminent ; d’autres, aussi catégoriques que les premiers, prennent sa défense. A-t-on négligé d’entretenir le viaduc ? Y a-t-il eu des micro-fissures dues à l’infiltration d’eau ? L’enquête le dira peut-être, car rien n’est plus difficile que de reconstituer le passé.

Le gouvernement de coalition a, lui, trouvé son coupable : la compagnie concessionnaire. Il parle de casser les contrats qui la lient à l’État, au risque de devoir verser une indemnité de 25 milliards d’euros qu’il sera sans doute obligé de payer s’il persiste dans son idée, même si des fautes sont, par la suite, imputées à la compagnie concessionnaire. En désignant un bouc émissaire, le Mouvement 5 étoiles doit surtout faire oublier son opposition virulente au contournement de Gênes. Il a mené ce combat en se gaussant de la fable de l’effondrement du viaduc. Les faits sont cruels pour le mouvement de Beppe Grillo.

Et en France ? Est-on à l’abri d’une telle catastrophe ? Selon un rapport non rendu public et cité par Sud-Ouest, 7 % des 12.000 ponts que compte le réseau autoroutier non concédé (celui qui appartient donc à l’État et s’étend sur 12.000 km) sont menacés, à terme, d’effondrement ! 30 % sont à réparer. La dégradation des chaussées et des ouvrages d’art est jugée préoccupante. Si rien n’est fait, dans 19 ans, en 2037, 62 % des chaussées seront en très mauvais état, contre 17 % en 2016.

Les fonds manquent. Les restrictions budgétaires incessantes ont fortement réduit les capitaux nécessaires pour les réparations, sans compter que le réseau autoroutier n’a cessé de s’étendre. On a des capitaux pour construire de nouvelles voies rapides, mais on ne prévoit rien ou presque pour les maintenir en bon état.

Doit-on craindre, pour autant, une catastrophe telle que le pont Morandini ? Le cas de ce viaduc est sans doute exceptionnel. Il est, probablement, le résultat d’une série de circonstances. En tout cas, aucun ouvrage d’art en France n’est bâti comme le pont de Gênes, qui s’est écroulé d’un coup sans prévenir. En général, il existe des signes précurseurs que les inspections fréquentes détectent ; enfin, en principe. Il est difficile d’avoir des certitudes dans ce domaine, mais on peut espérer qu’une catastrophe semblable à celle qui a frappé la capitale de la Ligurie ne se produira pas chez nous.

Commentaires fermés sur Des ponts vont-ils s’effondrer en France ?

À lire aussi

Le mythe du réchauffement climatique s’effondre mais les taxes explosent

Le gouvernement taxe les Français sous ces prétextes écologiques qui l’arrangent et, pour …