Editoriaux - 17 août 2018

Course-poursuite mortelle rue Condorcet : mon soutien réfléchi va à la police

J’éprouve […] de l’inquiétude parce que, trop souvent, à cause de situations de tension extrême, une mort vient endeuiller une famille et que la police est mise en cause.

Sans minimiser le moins du monde le chagrin des proches, j’avoue cependant que mon premier sentiment est de craindre pour la réputation de la police et de faire preuve de vigilance afin que le procès qui lui sera intenté systématiquement soit équitable sans être gangrené par une présomption de culpabilité politique, médiatique et parfois même judiciaire. C’est à cause de cet empressement qui viendra massivement, souvent sans savoir, déplorer et soutenir la « victime » de la police que naturellement, modestement, je m’attache à rétablir la balance.

Non pas que je sois indifférent, comme citoyen, au fait que « la police tire de plus en plus » – en 2017, environ 400 tirs, représentant une augmentation de 54 % par rapport à 2016.

Une police de moins en respectée confrontée à des affrontements et des interpellations de plus en plus tendus et dangereux, la résistance des transgresseurs suivant le mouvement d’une contestation de plus en plus vive des forces de police. Comment s’étonner que cette quotidienneté, et pas seulement dans les cités de non-droit qui se font une gloire de refuser la police sur leur territoire ou de la molester quand elle a eu l’audace d’y pénétrer, suscite un climat où la maîtrise policière est mise à mal avec, en particulier, des voyous prêts à tout ?

Un policier, Kevin G., âgé de 23 ans, a tiré sur un jeune homme rue Condorcet lors d’une course-poursuite mortelle.

Ce dernier avait refusé de s’arrêter à un contrôle routier – un feu défectueux ayant été remarqué – dans le quartier des Halles en accélérant pour renverser la patrouille de trois policiers qui le lui avait intimé. Kevin G. avait la réactivité de réquisitionner un scooter en demandant à son conducteur de suivre le véhicule concerné. Rue Condorcet, le fuyard effectuait « une marche arrière brutale qui aurait pu blesser le conducteur du scooter et des badauds présents ». Dans ces circonstances, le policier avait tiré, selon lui de manière légitime pour répondre à une menace, et la balle, alors qu’il avait visé le bras, avait transpercé le membre pour atteindre l’automobiliste mortellement au thorax.

Je sais bien – et je n’élude pas l’argument – qu’on va alléguer à nouveau qu’il n’y a aucune commune mesure entre une fuite pour échapper à un contrôle et la tragédie qui en est résultée. Mais le policier se trouve dans le strict exercice de ses fonctions et le ressort initial, exclusif de la suite, relève de la responsabilité du jeune homme qui déclenche un processus dont il cherchera à tout prix à se dégager aux risques et périls d’autrui.

La mort sur un plateau de la balance ne permet pas de placer toute la culpabilité sur l’autre.

Kevin G. a été mis en examen du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d’exercer ses fonctions et de porter une arme. À la fois présumé innocent et coupable, en quelque sorte.

Sans démagogie et conscient des devoirs et des droits du fonctionnaire de police, j’aimerais qu’on appliquât parfois la même rigueur aux délinquants qu’à ceux qui les interpellent pour nous protéger.

La sœur de Romain, le jeune automobiliste de 26 ans, a déclaré avec mesure et dignité : « Pour nous, c’est une injustice. »

Son immense chagrin ne rend pas inutile ni secondaire la vérité des faits.

Ni mon soutien réfléchi à la police.

Extrait de : Justice au Singulier