Didier Laquet est le président fondateur de Phares de France, une association créée pour la sauvegarde du patrimoine local et national. Au micro de Boulevard Voltaire, il explique les raisons pour lesquelles les églises françaises, et notamment celles construites au XIXe, doivent être sauvegardées. Certaines, comme celle d’Asnan dans la Nièvre, sont menacées de démolition. Il en appelle à la prise de conscience de chaque citoyen.

Vous êtes président et fondateur de l’association Phares de France. Pourquoi tentez-vous d’alerter l’opinion concernant une église du XIXe menacée de démolition ?

La création de pharesdefrance.org est issue d’une longue observation de la dégradation du patrimoine français. À travers cette association, nous voulons défendre ce patrimoine.
Pour cela, nous sommes sur plusieurs combats.
L’église d’Asnan, pour laquelle nous travaillons depuis un an, est assez représentative de ce qui se passe en France pour un bon nombre d’édifices abandonnés du XIXe siècle. Certains édifices se retrouvent dans une situation de grand délabrement après 200 ans sans entretien. Certains maires, propriétaires des églises d’avant 1905, sont parfois désarmés.
Dans le cas de l’église d’Asnan, après un an de travail et une proposition concrète de cession de l’église, tous les clignotants sont au vert pour sauver cette église. Or, nous avons une fin de non-recevoir du maire dont l’entêtement nous paraît suspect. Par ailleurs, nous sommes un peu gênés par le fait que la présidente de l’association locale de défense du patrimoine, qui a dans ses statuts la protection de cette église, ait voté, en tant que conseiller municipal, la destruction de l’église.

Y aurait-il une idéologie architecturale consistant à éradiquer les bâtiments de cette époque-là ?

L’architecture du XIXe siècle est en réalité un mélange de plusieurs architectures. On peut donc être parfois confronté à une posture intellectuelle de mépris de l’architecture de cette époque.
Pour autant, il y a tout de même une prise de conscience de la valeur de ce mélange d’architectures, annonciateur de l’époque moderne et industrielle à venir.
Prenons l’exemple du musée d’Orsay, qui date du XIXe siècle et constitue un des plus grands musées modernes d’Europe. Nous ne l’aurions plus aujourd’hui si le Président Giscard d’Estaing ne s’était pas engagé comme il l’a fait pour le sauvegarder.
Pour les églises du XIXe siècle, c’est la même chose. Les arguments qu’ils portent sur l’architecture ou sur la fragilité des matériaux employés sont faux.
Vous parliez d’impostures architecturales, il peut en effet y avoir aussi une imposture idéologique, tout simplement.
Les églises du XIXe siècle sont nombreuses. Elles font partie intégrante de l’Histoire de France. Pour cela, elles méritent que l’on se batte pour les protéger.

Comment votre association peut-elle agir pour sauvegarder notre patrimoine ?

Il faut que chaque citoyen soit conscient qu’il a une portée et un rôle à jouer dans ce combat.
Dans le cas urgent du projet de l’église d’Asnan dans la Nièvre, il faut vraiment que les citoyens manifestent leur soutien. Ils peuvent nous soutenir via notre site. Nous serons sur place. Il faut réussir à faire bouger les lignes du maire qui s’entête à vouloir détruire l’église alors qu’on a un programme factuel pour la reprise.
Les églises doivent redevenir des centres de vie. Dès qu’une église redevient un centre de vie, elle est sauvée. Chacun peut donc agir à sa façon.