Editoriaux - Politique - 18 décembre 2018

Vox populi : en marche vers des votations ?

Après la seconde manifestation des gilets jaunes et le début de graves débordements marqués parallèlement de dégradations et saccages, je suggérais, ici-même le 29 novembre, le retour démocratique aux urnes plutôt que le désordre dans les rues et campagnes.

Le temps laissé par les atermoiements du Président et de son gouvernement et les cogitations populaires sur les ronds-points ont accouché, entre autres requêtes, du référendum d’initiative citoyenne, ou RIC, sur les banderoles et pancartes brandies lors des dernières manifestations.

Cet exercice patent d’une démocratie moderne et pacifique est bien connu chez nos voisins suisses, qui en font un usage glouton, voire indigeste. Ainsi, durant l’année 2018, ils auront voté quatre fois sur dix sujets très divers, aux conséquences plus ou moins vitales pour l’avenir de la Confédération. Par exemple, les trois forts disparates lors de la dernière votation du 25 novembre 2018 que sont “la subvention aux détenteurs de vaches à cornes”, “les détectives contre les fraudeurs à l’assurance sociale” et “l’initiative et la primauté du droit suisse sur le droit international”

Je laisse aux curieux le soin d’aller rechercher les surprenants résultats de deux non et un oui ! “Tell” était leur choix incontesté…

En France, il n’est guère possible, et souhaitable, de copier cette forme de démocratie participative exacerbée que seul le tempérament suisse rend possible. Cependant, il paraît légitime de répondre à un souhait exprimé par ces citoyens actifs qui sont, en l’occurrence, porte-parole d’autres nombreux, quoique discrets.

Car le pays a été totalement frustré de l’application du référendum d’initiative partagée, inscrit dans la Constitution depuis dix ans !

Véritable usine à gaz, comme seule notre République sait en installer, il est quasiment impossible à lancer, car l’initiative en appartient aux parlementaires. Et allez-donc demander, en ce moment, aux godillots de Ferrand – après ceux, jadis, de Sarkozy ou Hollande, pour être totalement honnête ! – de se mobiliser dans ce but…

La Constitution doit donc être modifiée une fois de plus pour en simplifier la procédure en en laissant l’initiative à un nombre raisonnable de citoyens. Ce n’est, d’ailleurs, pas le seul sujet d’amendements dont l’étude retardée par les événements devrait opportunément permettre d’ajouter cette nouvelle exigence. Ainsi, le vote blanc, la prestation de serment du Président lors de son investiture ou encore le vote obligatoire sont des sujets de nature à la rendre plus compatible avec les exigences du monde contemporain et réel.

À ce propos, notons que six pays européens ont rendu le vote obligatoire et que deux autres l’ont adopté partiellement dans un Land – Autriche – ou un canton suisse. S’agissant encore de cette voisine référence, certains scrutins sont obligatoires quand d’autres restent facultatifs.

Mais tout ceci est probablement beaucoup trop compliqué à comprendre dans un pays aussi jacobin que la France…

À lire aussi

Chic, une élection où l’on peut oublier le vote blanc !

Les longs panneaux d'affichage montés devant les mairies et bureaux de vote, tels une mura…