Une première semaine 2022 folle ou « de oufs », comme on dit familièrement ! De fous, effectivement, et bien résumée par vert57 : « Le 31 décembre, je vous aime [les vœux du Président]. Le 1er janvier [le drapeau européen sous l’Arc de Triomphe], polémiques. Le 5, les insultes [l’interview dans Le Parisien]. Si tous les Français ne comprennent pas qu’on est dans la psychiatrie. » D’ailleurs, Volubilis, au passage, en commentant l'article de Jean-Pierre Pelaez (« Pour la première fois dans l’histoire de la République française, un gouvernement efface le principe d’égalité »), tient à rappeler « aux adeptes du café assis qu’auparavant le nous a dit de ne pas nous asseoir sur la plage… » Les propos provocateurs d’Emmanuel Macron à l’égard des non-vaccinés ont évidemment dominé cette semaine et ne passent pas pour beaucoup de nos lecteurs, non vaccinés comme vaccinés, d’ailleurs.

Leur vulgarité est pointée du doigt par Ulysse75010, commentant l'éditorial de Gabrielle Cluzel, « Le bon plaisir d'Emmanuel Macron est d'emmerder les non-vaccinés. Dont acte ! » : « Au moins, le doigt d’honneur (je sais, le terme est discuté) d’Éric Zemmour, juste candidat, après une journée épuisante, était pour répondre au même signe effectué par une opposante politique. Là, c’est le président élu, en fonction, qui se permet une vulgarité répétée, relue avant publication. Si le doigt d’Éric Zemmour avait été écrit et relu, il l’aurait bien probablement retiré. La vulgarité du Président est minorée, excusée, contrairement au tollé médiatique de la vulgarité du candidat [Éric Zemmour]. »

Mais c’est tout autant le fond des propos présidentiels que la forme qui sont dénoncés et suscitent la colère, comme chez Polaire30, toujours en commentant l'article cité plus haut : « Je suis vacciné mais je trouve ce qu’il a dit immonde et infect. Cinq ans de plus avec cet homme méprisable, c’est impossible. Une fois de plus, il pourchasse les citoyens respectueux de la loi, pour mieux fermer les yeux devant les délits et les crimes des racailles. Et les qu’il accueille chaque jour, ils sont vaccinés ? » Chassdaf y voit le mépris d’une certaine classe sociale, base de l’électorat de Macron. « Quelle différence entre un électeur citadin LREM triple vacciné et un provincial des territoires non piqué trois fois, fumant des clopes et roulant au diesel soupçonné de voter RN ou pire Z ! L’aristocratie ou le plouc, bravo Macron, ça c’est de la cohésion nationale. »

De la colère mais aussi de la lucidité chez nos lecteurs : les propos d'Emmanuel Macron, pour eux, étaient voulus. Ainsi, « il ne faudrait pas s’y tromper, les propos polémiques de Macron sont voulus, il souhaite mener pour sa réélection deux objectifs, hystériser le débat et diviser les Français », estime Yves Le Pog. P.-A. Foch n’y voit que manœuvre : « La crise, Macron l’instrumentalise, en dernier, un coup politique avec ses petites phrases méprisantes. Mais cette tombe à pic : pendant ce temps, où sont passés les vrais problèmes ? Sécurité ? Immigration ? Pouvoir d’achat, etc. Des points où le est en échec. Donc en ne parlant que du Covid, il occulte les problèmes et pratique une politique de la qui lui est favorable. » Et notre lecteur de donner ce conseil : « Il faut que l’opposition change de terrain. » Tout comme Lelonch : « On peut passer à autre chose maintenant ? L’élection présidentielle à venir, par exemple. Les errances de ce concernant différents thèmes : sécurité, économie, santé, culture, etc. Refusez l’élection covidentielle ! »

Patrick Sinclair estime, lui, en commentant une autre tribune de notre rédactrice en chef, « Emmanuel Macron a posé le curseur de la vulgarité. Et il a mis la barre très haut », que « Macron compte bien entretenir l’atomisation façon puzzle de ses oppositions, bien assis sur le socle en béton électoral de ses 24 %, l’abstention fera le reste ». Il poursuit : « Il sera élu minoritaire comme la première fois, et il prendra Pécresse comme Premier ministre, s’installant, en même temps, dans une cohabitation d’un nouveau genre. Et, surtout, ne pas parler ou parler le moins possible, de l’immigration et de l’islam, suivre l’exemple de la dernière élection allemande. » De son côté, 4834 moufise écrit, commentant ce même article : « Classique pour lui : le clivage, qui est la base de LREM. Il rejoue les “gilets jaunes”, espérant de nouvelles scènes de dégradations et pillages. Ainsi, l’opinion populaire (largement vaccinée pour pouvoir travailler, se déplacer, etc.) va s’offusquer et voter pour lui. Et dire qu’il fut “élu” par crainte d’un(e) candidat(e) fasciste… Donc acte. »

Schmitt fait un vœu, en ce début d'année : « Je souhaiterais qu’il emmerde la racaille… plutôt que les citoyens qui paient leurs impôts, des cotisations sociales et une mutuelle et respectent la loi ! » Et Maria William, en lisant l'article de Georges Michel, « Le temps du Grand Vaccinateur », dénonce la politique du bouc émissaire menée par le gouvernement : « Si 100 % de la population était vaccinée, qui seraient les boucs émissaires ? » Enfin, GR nous met en garde, à propos de la mise en place du passe vaccinal voté, cette semaine, par l'Assemblée nationale, et de ses suites : « Demain, chacun sera, à un moment donné, un non-vacciné et devra choisir entre l’asservissement procurateur de libertés et l’émancipation génératrice de bannissement social. »

Malgré tout, nos lecteurs ne perdent pas leur sens de l’humour. Ainsi, monvives.canalblog, en commentant l'article de Jean-Pierre Pelaez évoqué au début, nous explique que « la VMC (Véran-Macron-Castex) est un système permettant de renouveler l’air d’un logement français par ventilation et aération. Les occupants peuvent ainsi respirer en permanence un air sain à condition d’être vaccinés. Sinon, la VMC s’arrête automatiquement. » Renouveler l'air jusqu'à l'Élysée, c'est bien ce qu'espèrent nos lecteurs.

9 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
34 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires