C’est gentil, les cartes de vœux. Un peu désuet, un peu officiel peut-être, mais c’est l’occasion de retrouver le goût de l’écriture manuscrite, du papier timbré, des mots personnels que l’on envoie à ceux qui nous sont chers, ou que l’on n’a pas vus depuis longtemps.
Dans ce domaine comme dans tant d’autres, le nouveau monde n’en finit pas de nous surprendre. Voyez, par exemple, les vœux du préfet de de Paris, Didier Lallement, qui fait figurer sur sa traditionnelle carte cette immortelle citation de Léon Trotski : « Je suis profondément convaincu, et les corbeaux auront beau croasser, que nous créerons par nos efforts communs l’ordre nécessaire. Sachez seulement et souvenez-vous bien que, sans cela, la faillite et le naufrage sont inévitables. »
Voyons donc ce qu’il y a derrière tout ça. La citation du bon Léon est datée de 1918, l’époque de ce que les contre-révolutionnaires petits-bourgeois appellent volontiers la Terreur rouge, étape obligatoire vers le paradis socialiste, et qui fit la bagatelle de 140.000 morts (selon la police, je suppose, et beaucoup moins, pour une fois, selon les organisateurs).
En envoyant un tel message, le préfet Lallement savait qu’il ferait grincer des dents, mais je pense qu’on ne fait pas ce métier pour avoir des supporters. Surtout, au fond, quel message envoie-t-il ? Selon son entourage, il voulait dire que l’ordre n’était ni de droite ni de gauche. Soit. Il pourrait tout aussi bien vouloir dire que Black Blocs trotskistes et policiers à la main leste sont des alliés objectifs dans la lutte contre l’ordre ancien et les récriminations populistes.
Il aurait aussi pu, sait-on jamais, vouloir dire que l’attente du Grand Soir justifiait la descente de la police au petit matin. Ou encore que le progrès était en marche et que les « corbeaux » qui « croassaient » seraient éradiqués, comme les oiseaux de lors des très riches heures de la révolution culturelle (petit miracle d’intelligence communiste, là encore). Je n’affirme rien, notez, je glose, si c’est encore permis en 2021.
On ne peut d’ailleurs que se perdre en conjectures, tant le voisinage d’une citation du sympathique Trotski et du logo de l’héroïque police parisienne (décorée de la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur pour son comportement irréprochable pendant la libération de Paris, à défaut de l’Occupation) surprend l’œil réactionnaire du lecteur.
En parlant d’yeux réactionnaires, sous les ordres du préfet Lallement, un bon nombre ont été perdus dans les dernières années, mais il en restera bien quelques-uns dans les derniers mois du quinquennat de Macron.
Et l’impavide serviteur de l’ordre vient désormais d’ajouter une autre corde à son arc : celle d’humoriste politique. Si ce prix existe encore.

1 janvier 2021

À lire aussi

Éviction de Finkielkraut par LCI : une affaire où tout le monde a tort

Il y a dans ces deux réactions successives toutes les marques de notre époque. …