Vitraux de Notre-Dame : Buren va-t-il refaire le coup du Palais-Royal ?

Viollet-le-Duc peut s'inquiéter... © Harmonia Amanda Wikipedia Creative Commons
Viollet-le-Duc peut s'inquiéter... © Harmonia Amanda Wikipedia Creative Commons

Lancée par La Tribune de l’art, la pétition contre les vitraux contemporains dans Notre-Dame de Paris approche les 141.000 signatures. Elle a toujours cours. Il n’est pas trop tard pour faire monter le compteur et exprimer son refus d’un enlaidissement indu et programmé, et cela, même si le processus avance, inéluctable, supervisé par les institutions religieuses et politiques. La phase de réception des projets s’est achevée le 24 mai. 110 projets ont été réceptionnés, 83 restent en lice.

Une centaine de projets pour des vitraux… Qui aurait dit que l’art sacré était aussi florissant depuis que l’abstraction et Vatican II lui avaient donné le coup de grâce ? Même en réunissant les Ateliers d’Art sacré, l’Arche, l’Atelier Breton d’Art chrétien, la Rosace, les Artisans de l’Autel, etc. - la floraison de l’entre-deux-guerres -, on n’en aurait sans doute pas obtenu autant. L’explication est simple. Il ne s’agit pas, ici, d’art sacré mais d’art contemporain. Même Daniel Buren a envoyé un projet. L’homme qui a souillé le Palais-Royal aimerait bien aussi parasiter Notre-Dame.

Parmi les autres noms qui ont filtré, trois boomers de la « Figuration libre » : Hervé Di Rosa, Jean-Michel Alberola, Robert Combas (dont toute la contribution à l’art sacré consista en « une relecture décoiffante de chefs-d’œuvre exposés au Louvre »). Leur style se caractérise par l’agressivité et la vulgarité. Autres noms, ceux de plasticiens implantés sur le marché de l’art, dont un qui a produit quelques vitraux plutôt déprimants en 2008, Pascal Convert. La seule artiste à sortir du lot - talent et intériorité - est Claire Tabouret. On aimerait savoir si le peintre et sculpteur Augustin Frison-Roche a présenté un projet. Il a le goût du beau et l’expérience de l’art sacré. Il est vrai que dans un tel concours, ce serait plutôt un handicap.

Intéressées, les galeries se positionnent

Les 83 projets retenus vont être passés au crible par la commission menée par Bernard Blistène, un homme du milieu de l’art contemporain. Verra-t-on des négociations entre les différents acteurs, comme on en voit entre éditeurs au moment des prix littéraires ? Il y a, incontestablement, un jeu des galeries dans ces candidatures. Hervé Di Rosa, Jean-Michel Alberola, Robert Combas sont représentés par la galerie Michelle Champetier. Jaume Plensa et Barthélémy Toguo par la galerie Lelong & co., Philippe Parreno et Daniel Buren (dont Blistène est l’un des spécialistes) par la galerie Kamel Mennour. Le poulain (ou le cheval de retour) qui emportera le morceau verra sa cote monter - notion déterminante, dans ce milieu d’investissements et de spéculations.

L’évêque et le Président

À l’issue de la sélection, huit finalistes seront retenus, le 26 juin, desquels l'archevêque de Paris, Mgr Laurent Ulrich, discutera avec le président de la République. Leur légitimité à tous deux pour juger d’art sacré ? Autant que les plasticiens en lice, c’est-à-dire aucune. Le choix qui a été fait du mobilier liturgique parle de lui-même. Depuis Mgr Rouet, auteur de L'Église et l'art d'avant-garde : de la provocation au dialogue (Albin Michel, 2002), on sait que les évêques français parlent beaucoup moins bien d’art que saint Augustin en quelques phrases.

Mais - rappelons-le - de ces vitraux contemporains il n’est nul besoin. Conçus pour les chapelles en question, ceux de Viollet-le-Duc n’ont pas souffert de l’incendie. Seul le modernisme exige leur dépose, pour s’y loger à leur place. Le thème de ces vitraux contemporains sera l’arbre de Jessé. Merveilleux sujet, qui a inspiré des verrières splendides à Chartres, Saint-Denis, Soissons, Angers… Donner ce thème, en 2024, à des « plasticiens », c’est jeter des perles aux pourceaux.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

17 commentaires

  1. Les originaux n’ont pas été touchés par l’incendie (j’apprécie qu’il soit rappelé que ce dernier fut volontaire, même si on n’en parle plus..;) : pourquoi vouloir les remplacer ? Dépense inutile, destruction injustifiée, choix éventuellement douteux quant aux remplaçants. Non, il faut garder les vrais vitraux.

  2. petite citation d’Hector Berlioz
    « Les profanateurs qui osent porter la main sur les ouvrages originaux , leur font subir d’horribles mutilations qu’ils appellent Corrections et perfectionnements, pour lesquels disent ils il faut beaucoup de goût « Tels ces vulgaires oiseaux qui peuplent nos jardins publics ,se perchent avec arrogance sur les plus belles statues ,et quand ils ont sali le front de Jupiter,le bras d’Hercule ou le sein de Vénus ,se pavanent fiers et satisfaits,comme s’ils venaient de pondre un oeuf d’or « .

  3. Dans une église, on ne doit pas faire de commerce, or cette histoire de vitraux contemporains, c’est du commerce, c’est dicté par le diable, pas par Dieu. Vade retro Satanas!!!!

  4. Partout, dans tous les domaines ces nouveaux barbares ( souvent sans talent ) veulent du passé faire table rase.

  5. De quel droits certains décident de dévoyer nos monuments historiques bâti par la chrétienté ? Pourquoi ne pas imposer des fresques, choisies par des « mécréants », à la gloire des LGBTQ par exemple, sur les mosquées ?

  6. Pas de vitraux modernes dans notre cathédrale.arrêtons le massacre ..déjà le nouveau mobilier est laid ..quel manque de goût..au nom du modernisme .

  7. Pour moi cela relève du sacrilège : Notre Dame est une oeuvre d’art qu’il ne faut pas dénaturer : on a pris plus de précautions avec les grottes de Lascaux quand on en a fait la réplique

  8. Stop au saccage , les vitraux d’origine et rien d’autre . Ceux qui ont fait des dons doivent l’exiger . Ils ont déjà mis du mobilier qui ne ressemble à rien , ça suffit . Ne les laissons pas faire .

  9. Ah non alors ! Pitié ! Les colonnes burren étaient déja de pures horreurs dans un jardin du Palais Royal que j’avais connu enfant et où j’avais joué entre bosquets et roses…

  10. 140 signatures en 6 mois. Il peut continuer tranquillement l’histrion.

    Ça lui en bousculera une sans réveiller l’autre, pour reprendre sa rhétorique fleurie.

    C’est une pétition pour le dégager qui serait pertinente; je gage qu’elle recueillerait un nombre de signatures un peu plus massif.

  11. On pouvait croire que le calvaire de Notre Dame incendiée (Volontaire quoi qu’en dise la version officielle) soit terminé avec sa restauration mais non, les antéchrists veillent à sa salissure avec d’ignobles desseins, y compris chez certains évêques.

    • A quoi pense un Chevalier de la Légion d’Honneur ? A être élevé au grade d’Officier.
      Suivons la liste des heureux élus : si le nom d’Ulrich n’est pas dans la promotion de juillet, ce sera pour 2025.
      Il aura quand même été très accomodant avec le locataire de l’Elysée, non ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois