Vers une interdiction des lieux « No Kids » ? Enfin un peu de bon sens…

enfant pleure

Il faut savoir reconnaître les occasions dans lesquelles les socialistes font preuve de bon sens et même – osons le mot - d’intelligence. D’abord parce que nous sommes, nous, honnêtes intellectuellement – et, ensuite, parce que ces crises de lucidité sont si rares qu’elles ne bouleversent pas l’ordre des choses. En l’occurrence, c’est la sénatrice socialiste Laurence Rossignol qui est à l’origine d’une proposition de loi simple et honnête : l’interdiction, en France, des lieux « No Kids ».

Si vous ne savez pas de quoi il s’agit, une rapide recherche sur Internet vous permettra de vous apercevoir du degré d’aberration de notre société occidentale malade. Dans de nombreux pays européens, en Allemagne ou en Espagne par exemple, il existe des centaines d’établissements (hôtels ou restaurants, par exemple) qui refusent d’accueillir des enfants. C’est ce qu’on appelle des lieux « No Kids ». En France, le concept commence à arriver, notamment dans une vingtaine de campings, et ce, sans même parler des mariages, de plus en plus nombreux, où l’on est prié de venir sans enfants.

On peut expliquer cette haine de l’enfance de plusieurs manières. Tout d’abord, il est vrai que les enfants sont de plus en plus mal élevés. Hurleurs, analphabètes, capricieux et insolents, ces petits monstres empoisonnent parfois (c’est vrai) la vie des honnêtes gens. Ce n’est pourtant qu’une partie, minime, du problème de fond. Oui, les enfants font du bruit. Ils courent, ils tombent par terre, ils pleurent, ils se disputent. Ils renversent leur assiette sans faire exprès, slaloment entre les tables, refusent de faire la sieste. Ce sont des enfants, quoi ! Ils sont vivants. C’est, d’ailleurs, la deuxième partie du problème. Ces enfants sont vivants, et nous, collectivement, nous sommes morts. Ce que veulent les vieux pays d’Europe, qui râlent contre l’immigration de peuplement tout en refusant d’avoir des enfants à eux, c’est « un sommeil qui ressemble à la mort », comme dit le prince Salina, dans Le Guépard. En Europe, on veut avoir la paix. Du silence. On regarde brûler les voitures à la télé pour se donner le frisson, mais on adopte des stratégies d’évitement pour se ménager des vacances tranquilles. On se passionne pour la terrible affaire du petit Émile, mais on applaudit à la constitutionnalisation de l’avortement. Ce qu’on aime, c’est le vide, la paix, l’espace : on veut partir en vacances sur l’île des morts, avec des cyprès et du soleil, mais sans enfants. Surtout, pas d’entropie, pas de surprise et pas de continuité des générations. Cette terrifiante soif de mort n’est comparable qu’aux tout derniers temps de l’Empire romain – et encore.

Pour une fois, l’expression « interdit d’interdire » a du sens. On espère, ainsi, qu’il sera bientôt interdit d’interdire les enfants. On est obligé, pour cela, de faire confiance à une sénatrice socialiste. C’est une énième preuve que le clivage entre gauche et droite n’a plus de sens. Le seul véritable clivage opérant serait entre les gens de bon sens – il y en a dans tous les camps - et les idéologues abrutis – il y en a malheureusement aussi dans tous les camps. Si on nous avait dit que le Parti socialiste fournirait, un jour, des défenseurs du pays réel contre la dictature de l’idée, on aurait probablement ri, il n’y a pas si longtemps. La violence de notre époque médiocre nous oblige à former le carré avec tous ceux qui voient les choses telles qu’elles sont. Maigre consolation.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 05/04/2024 à 23:20.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Pour certaines vacances je privilégie désormais les hôtels « adults only » pour ne pas avoir de marmaille mal éduquée nous pourrir la tranquillité des repas ou le repos au bord de la piscine… sans compter parents ou pire grands-parents que leurs chères têtes blondes font s’agiter frénétiquement… Pourtant, pour qui voyage un peu, ce n’est pas l’apanage de tous les pays; allez comprendre pourquoi ?!?

  2. Etre des enfants vivants, n’empêche pas d’être des enfants bien élevés, c’est justement parce que les parents autorisent tout aux enfants que quelquefois ils sont insupportables même si ce ne sont que des enfants, ça n’exclut pas de leur apprendre les bonnes manières et à vivre en société.

  3. On interdit les plages a tous les chiens parceque certains propriétaires ne ramassent pas leurs déjections.Et on interdit certains lieux aux enfants parceque leurs parents ne les éduquent pas..Tout ça parcequ’on ne veut pas s’en prendre aux vraies causes.Quant à interdire certains lieux aux enfants,c’est la liberté du commerçant et elle vaut bien celle de petits sauvageons..

  4. Je trouve que dans certains lieux les enfants sont tellement odieux et mal élevés que l’on repart en courant.
    Il faudrait tout de même que les enfants doivent avoir un minimum d’education pour accéder à des lieux de calme et de repos .

  5. C’est bien connu, l’habit ne fait pas le moine et ce que cette sénatrice a exprimé n’est, hélas, que le seul jugement positif de ses propres préceptes woke et de son idéologie socialisante. !

  6. Encore et encore une loi!
    Sans doute pour occuper nos parlementaires qui, c’est vrai, n’ont pas assez de sujets sérieux à traiter.
    Si on n’aime pas les lieux  » no kids », c’est simple, il suffit de prévoir sa soirée ou ses vacances dans un lieu  » yes kids »!

  7. Nous avons là les conséquences de la suppression de la fessée et des punitions. Les enfants sont de + en + mal élevés et indisposent les voisins. Logique ! Les enfants sont une richesse à condition d’être bien dressés (je sais, ce mot en agace certains mais tant mieux !)

  8. Tout n’est que question d’éducation, je dirais même de culture, dans certains pays comme en Italie les enfants sont rois, en Afrique, il y a toujours un « tonton, une tata » même sans au un lien de parenté pour réprimander un enfant , et je me souviens au Japon de mon étonnement de voir dans une cours d’école, des petits jouer sans crier ni se disputer, et bizarrement ce sont des pays où les Anciens sont le moins souvent délaissés

  9. Bonjour.

    Je ne suis pas d’accord du tout.

    Il y a bien des endroits interdits aux moins de 18 ans. Est-ce que les enfants entrent en boîte de nuit ? Pourquoi n’y aurait-il pas des endroits interdits aux enfants ? Au Club Med, ça fait des années qu’ils mettent en oeuvre ce concept : d’un côté des clubs « famille », de l’autre des clubs réservés aux adultes.

    On a le droit légitime de vivre en paix, sans être dérangé physiquement ou sonorement par de la marmaille.

  10. Eh bien, certains de vos lecteurs sont favorables à des espaces « no kids », havres de tranquillité. D’autres, ou peut-être les mêmes, sont favorables à la liberté d’avorter, en tout début de grossesse bien sûr. Avoir un enfant doit être voulu, préparé, et est trop important pour ne pas laisser cela à une aventure fortuite, un abandon de sa conscience, un raté de contraception. Le monde est en surpopulation catastrophique et même si la France n’est pas le pays le plus menacé, une réduction globale de la population humaine de la terre ne sera pas une mauvaise chose. On peut être de droite et penser ça.

    • Il n’y a pas de surpopulation catastrophique. La civilisation occidentale se meurt, elle tue aux deux bouts de la chaîne et abîme les autres car elle manque d’espérance, symptôme : les burn out et elle ne veut plus d’enfants et l’enfant c’est la vie. Vous auriez dû voir aux fêtes pascales mes grands gueugnants de 30 ans jouer à loup ballon avec leur petit neveu et nièce, leur énergie et la franche rigolade, et la petite dernière à 4pattes, crapahuter entre les chaises, ça c’est la vie !

    • Je ne pense pas que tous les avortements soient des « accidents » de contraception. C’est aussi une question de respect de soi. On peut se contrôler lorsque l’on est adulte sauf bien sûr si on n’a jamais appris. J’ai eu mon premier enfant après plus de deux ans de mariage car nous étudiions tout en travaillant ma femme et moi et n’avions pas les moyens d’en avoir. Mais dès que nos moyens ont évolué, nous avons mis notre aîné en route. Le second 3 ans plus tard et il n’y avait pas de contraception alors. Le préservatif était très peu répandu ! Mon père m’avait expliqué « tu descends en marche ! » et ça marche très bien. L’égoïsme fait que l’on veut jouir sans entrave et ensuite on avorte ! Le respect de soi et de l’autre c’est çPar contre, les viols évidemment justifient la mesure radicale.

  11. J’ai un magnifique toutou que j’adore. J’ai aussi une adorable petite fille de 18 mois qui fait mon bonheur. Et je prétends aussi avoir un peu d’éducation. Quand je vais au restaurant je laisse Sultan à la maison et Virginie est très contente de retrouver sa baby-sitter. Ça nous laisse à ma femme et moi un peu de repos et nous n’emmerdons pas nos voisins

    • Bjr je ssuis tout à fait d’accord avec vous bien que j’ai eu 2 enfants hélas une grande majorité d’enfants sont très mal éduqués…même au supermarché dess enfant qui jouent aux ballons ou qui courent partout entre les rayons….Quand mes enfants étaient petits soit ils étaient gardés par papi mamie ou bien par une baby sitter bien que assez calmes. Quand on fait une sortie au resto par exemple c’est pour se detendre et profiter parfois d’un tête à tête.. J’ai horreur des enfants qui courent entre les tables, reclament à grands cris des desserts et parfois se roulent par terre quand ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent….pas obligés de supporter les enfants mal pomis des autres….

  12. Comme je plains ces gens et accepter cela aujourd’hui ouvrira la porte à d’autres dérives . Un jour on ne voudra plus de très vieux dans les hôtels parce que quand ils mangent ils en mettent partout , il faut de la place pour les déambulateurs , des douches adaptées …..Ce sont nos enfants d’aujourd’hui qui s’occuperont de ces personnes en hôpital , en ephad ou alors il faudra que ces enfants , devenus adultes , ne s’occupent que de gens qui ont eu des enfants pour assurer leurs vieux jours . Que les autres , les aigris et les égoistes , s’assument seuls .

    • Vous avez tellement raison. Mais ça, l’individu n’y pense pas lorsqu’il a 20 ou 30 ans.

    • Avez vous eu des enfants? en tout cas beaucoup aujourd’hui sont aussi mal élévés que leurs parents….

      • 3 enfants et 3 petits enfants que du bonheur , bien éduqués et les petits dans le privé , tout baigne .

    • En effet, dans l’Allemagne du national-socialisme il ne fallait pas être handicapé, vieux, maladif, etc, et on connait le sermon de ce cardinal dont je n’ai pas ici le nom en tête qui avait dit en chaire de vérité qu’il avait peur pour les jeunes qui partaient au front se faire amputer pour le régime.

  13. si les enfants sont  » Hurleurs, analphabètes, capricieux et insolents, » c’est le résultat de l’absence d’éducation de la par de leur géniteurs, trices !
    Donc ce sont leurs parents qu’ils faut  » interdire d’accès » à certains lieux, puisqu’ils n’ont pas la compétence d’élever correctement leurs enfants ! Par ailleurs tout les enfants ne sont pas comme décrit sommairement ci dessus, il en existe encore qui savent se comporter, je le sais, j’en garde tout les jours ! Tout est affaire de positionnement, on est pas le  » pote » de ses enfants, quand on est parent, ou grand parent, ou même nounou !

    • Attention aussi à cette tendance généralisée à dénigrer « les parents ». Tout comme les enfants, ils ne sont pas tous à mettre dans le même sac. D’autre part, l’éducation prend par définition du temps, on peut donc ne pas s’offusquer outre mesure du comportement pas encore parfaitement policé d’un petit enfant. Notre société manque cruellement de bienveillance.

    • Tout a fait d’accord. Aujourd’hui les carences éducatives sont paliees par les psy de tout genre au nom d’un trouble de la sphère autistique. Quel foutage de g.qui porte préjudice aux enfants réellement atteints.

    • Tout à fait ! Il fut une époque où l’éducation, l’enseignement des valeurs, de respect envers autrui nous était inculqué ! À l’école, nous avions même droit à notre heure de leçon de morale ! Mais depuis 68, avec le fameux slogan « il est interdit d’interdire » nous en recueillons les fruits, et les fruits sont pourris ! Notre individualisme, notre égoïsme nous perdront !

    • Tout à fait d’accord avec vous ! Nous avons 4 enfants et aujourd’hui 7 petits enfants , nous pouvons aller n’importe où avec nos petits enfants comme nous l’avons fait avec nos enfants sans être remarqués parce qu’ils ne sont ni hurleurs ni turbulents !
      Tout est question d’éducation !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois